Tortue de Floride

Trachemys scripta | (Schoepff, 1792)

N° 1326

Toutes zones tempérées à chaudes où elle a été introduite comme animal de compagnie

Clé d'identification

Tortue dulcicole à dominante verdâtre
Tache rouge sur la tempe

Noms

Autres noms communs français

Tortue à oreilles rouges, tortue à oreillons rouges, tortue à tempes rouges, tortue à tympans rouges, tortue à ouïes rouges, trachémyde écrite

Noms communs internationaux

Common slider, elegant terrapin, red-eared slider, red-eared terrapin, red-eared turtle (GB), Testuggine palustre dalle orecchie rosse (I), Tortuga de Florida (E), Gelbwangen-Schmuckschildkröte (D), Roodwangschildpad (NL), Rødøret terrapin (DK)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cette fiche traite exclusivement de la sous-espèce elegans.

Emys elegans Wied, 1839
Emys holbrooki Gray, 1844
Emys sanguinolenta Gray, 1855
Trachemys lineata Gray, 1873
Chrysemys scripta var. elegans Boulenger, 1889
Pseudemys scripta elegans Stebbins, 1985

Distribution géographique

Toutes zones tempérées à chaudes où elle a été introduite comme animal de compagnie

Zones DORIS : Eau douce, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

Cette tortue est originaire du sud-est de l'Amérique du Nord.

Suite à l'élevage en captivité et au relâcher abusif des tortues adultes, on les retrouve à présent dans tous les continents :
- Etats-Unis, Amérique centrale, Mexique, Guadeloupe, nord du Brésil ;
- Afrique du Sud, nord du Maroc, Arabie, Bahrein (golfe Arabo-Persique), Israël ;
- Asie du sud-est, Japon ;
- Europe (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne, etc.).

Elle est présente partout en France (y compris la Corse) et en Belgique.

Biotope

La tortue de Floride fréquente les mares, étangs et rivières à cours lents, avec végétation dense.

Description

Cette tortue d'eau douce atteint, à l'âge adulte, une taille de 12 à 20 centimètres.

Sa dossière* (partie supérieure de la carapace) est d'un brun-vert sombre, basse, de forme régulière sans carène* vertébrale. Elle peut être légèrement dentelée ou non à l'arrière. Le plastron* (partie inférieure de la carapace) est jaune orangé, marqué de grosses taches verdâtres. Une tache ou bande rouge orangé est visible sur la tête, derrière l'œil, sauf chez les très vieux spécimens mâles qui sont uniformément brun sombre.

Chez les juvéniles, le plastron est jaune avec des marques circulaires verdâtres larges et compliquées sur toutes les plaques de la carapace. La dossière est légèrement carénée le long de la colonne vertébrale. La bande colorée derrière l'œil (parfois absente) est d'un rouge vif et se détache sur la tête aux dessins linéaires verts et jaunes.

Espèces ressemblantes

Une autre espèce de tortue aquatique est présente en France : il s'agit de la cistude d'Europe (Emys orbicularis), indigène. D'une taille de 14 à 20 cm au maximum, elle possède une carapace plate et bien arrondie en forme de galet. Lisse, de couleur olivâtre à noire, cette espèce arbore une dossière et une peau constellées de petits points jaunes.

Alimentation

A l'état sauvage, les adultes sont omnivores. Ils se nourrissent de poissons, amphibiens, têtards, invertébrés aquatiques et terrestres, insectes, vers de terre, crustacés (écrevisses, gammares...), larves, escargots, végétaux, fruits, graines...

Les juvéniles sont beaucoup plus carnivores et consomment essentiellement des insectes ou larves d'insectes, petits poissons, etc., soit près de 90 % de proies et 10 % de végétaux.

Reproduction - Multiplication

Dans les fermes d'élevage, on reconnaît ainsi le sexe d'un individu : il suffit de caresser ses pattes avec du coton, si c'est un mâle, il aura à coup sûr une érection ! Il y a cependant un léger dimorphisme* sexuel :
-les individus mâles sont plus petit avec une large tache rouge derrière les yeux. Ils ont un plastron plutôt concave, une queue longue et large souvent terminée par un éperon. Les pattes antérieures sont armées de longues griffes recourbées, grâce auxquelles ils s'agrippent à la dossière de la femelle lors de l'accouplement.
- les femelles, plus grosses, ont une bande colorée étroite derrière les yeux. Leur plastron est plat ou convexe, la queue courte et étroite et les griffes des pattes antérieures sont courtes et rectilignes.

La maturité sexuelle est atteinte, pour les mâles, à partir de l'âge de 2 ans et pour les femelles vers l'âge de 3 ans.
Les accouplements se déroulent entre avril et juin. Ils sont précédés d'une parade nuptiale : dans l'eau, le mâle effectue une sorte de danse, il se met ensuite face à la femelle convoitée et tend ses deux membres antérieurs face à elle en faisant frissonner ses longues griffes devant le nez de celle-ci. Si la femelle refuse les avances du mâle, elle tentera de fuir, voire essayera de le mordre vigoureusement. Si elle accepte, l'accouplement se fera dans l'eau.

La femelle pond, préférentiellement à l'aube ou en fin d'après-midi, sur les berges de terre ou de sable bien exposées au soleil, dans un trou d'environ 15 cm de profondeur. Chaque ponte comprend en moyenne une dizaine d'œufs (de 2 à 23). Ceux-ci sont de forme elliptique, pèsent de 8 à 10 grammes, et mesurent 2,8 à 4 centimètres de long. Une femelle est capable de produire de 1 à 2 pontes annuelles pendant toute sa vie, soit pendant une quarantaine d'années.
L'incubation durera 60 jours environ à 30°C, mais souvent plus de 2 mois selon les conditions climatiques. A l'éclosion, les petits font 25 à 30 millimètres de longueur, pour un poids de 5 grammes. Leur croissance est rapide en présence de nourriture disponible :
à 2 mois : 40 mm pour un poids de 10 g ;
à 1 an : env. 60 mm ;
à 2 ans : env. 80 mm ;
à 7 ans : env. 125 à 250 mm (exceptionnellement 280 mm) pour un poids de 1,5 kg (exceptionnellement 2 kg).

Comme chez d'autres espèces de tortues, la détermination du sexe des jeunes n'est pas simplement génétique, elle dépend de la température d'incubation des œufs. En effet, les œufs incubés à basse température (moins de 27°C) produisent plutôt des mâles, tandis que ceux incubés à température haute (plus de 29°C), plutôt des femelles. Entre 27°C et 29°C, le sex-ratio est relativement équilibré.

Vie associée

Dans sa zone géographique d'origine, les prédateurs de la tortue de Floride, en dehors de l'homme, sont principalement les alligators américains (Alligator mississippiensis) et les ratons-laveurs (Procyon lotor), qui prélèvent aussi bien les œufs que les adultes.

En Europe, elle n'a que des prédateurs opportunistes ou généralistes comme le goéland argenté (Larus argentatus). Celui-ci a été souvent observé chassant des tortues de Floride, qu'il capture aussi bien à terre que par 80 cm de profondeur (observation personnelle). Il les consomme et ne laisse le plus souvent qu'une carcasse mutilée et sanguinolente.

Divers biologie

Dimensions : vers l'âge de 6 à 8 ans, la tortue de Floride pèse 1,5 kg (75 % d'ossature et 25 % de chair). Elle peut vivre 15 à 25 ans en moyenne et parfois plus de 60 ans. Le record de taille est de 27,9 cm, le poids atteint alors 2 à 2,5 kg.

Ecologie : c'est une espèce diurne, active préférentiellement entre 10°C et 37°C. Elle aime le soleil et recherche de petites berges, des troncs d'arbre ou des rochers qui affleurent, pour s'exposer au soleil et se chauffer.
Elle vit principalement dans l'eau mais se rend souvent à terre, parmi la végétation, sans beaucoup s'éloigner de l'eau.

Hibernation : de novembre à mars, lorsque la température descend en dessous de 10°C, les tortues situées en régions froides hibernent dans la vase, ou sous un abri (roche, bois, etc.), voire dans une galerie ou un terrier de mammifère établi en bord d'eau. Certaines sont même capables de résister à de fortes chutes de températures, tel un gel total, et peuvent ainsi survivre à une "mort apparente" de deux ou trois mois.
Quant aux tortues habitant en régions plus clémentes, elles se passent d'hibernation mais entrent néanmoins dans un état quasi léthargique en limitant leur alimentation.

Informations complémentaires

Importation en France et dans le monde :
La commercialisation de cette sous-espèce a commencé dans les années 1950 aux USA. La décennie suivante, plus de 150 fermes d'élevage produisaient des juvéniles, à des fins d'exportation vers l'Europe et l'Asie principalement. En 1975, première interdiction, pour raisons sanitaires, de la production des petites tortues sur injonction de la Food and Drugs Administration (USA). Seulement une cinquantaine de fermes pratiquant le "ranching" ont poursuivi l'élevage, notamment en Louisiane et dans le Mississippi. En Asie, le principal importateur est la Corée du Sud, suivie du Japon et de Hong-Kong.

Par la suite, des individus importés des USA en nombre pendant des années (2 millions de jeunes tortues pour les seules années 1989 et 1990 en France), ont été massivement abandonnés par leurs propriétaires un peu partout, en raison de leur longévité, perte d'intérêt, soins à accorder aux animaux et à leurs eaux d'aquarium à renouveler constamment …

En France, la tortue de Floride était encore totalement inconnue dans les années 1970. En tant qu'espèce potentiellement invasive, ce Nouvel Animal de Compagnie (NAC) peut poser de graves dommages à la faune et à la flore locale des milieux qu'elle occupe.

Compétition avec la faune locale :
La tortue de Floride est une espèce très adaptative et combative qui peut s'implanter durablement et au détriment de la cistude d'Europe (Emys orbicularis), dans les zones qu'elle partage avec cette dernière.
Omnivore, la Tortue de Floride peut créer localement, (lorsque sa population est trop importante ou lorsque le site où elle est implantée est insuffisant pour accueillir une forte population), un déséquilibre au sein des chaînes alimentaires, voire éradiquer certaines espèces animales comme les Amphibiens notamment.

Réglementation

La tortue de Floride, considérée comme espèce invasive, a été interdite d'importation dans l'Union Européenne depuis 1997 (le 15 décembre 1997, Règlement CE 2551/97).

International : Convention de Berne, Annexe III.

Origine des noms

Origine du nom français

La tortue de Floride, bien qu'originaire du bassin du Mississippi situé au sud-est des Etats-Unis d'Amérique, doit son nom au fait qu'elle fut élevée dans de nombreuses fermes d'élevages ("ranching") en Louisiane et en Floride à des fins de commercialisation.

Attention ce nom vernaculaire peut créer la confusion avec Pseudemys floridana, la "vraie" tortue de Floride.

Le nom de trachémyde à tempes rouges (Bour & David in David, 1994), de plus en plus utilisé, n'est que la traduction du nom vernaculaire anglais « Red-eared slider ».

Origine du nom scientifique

Trachemys vient du grec [trachy-] = âpre, rude, et [emys] = tortue d'eau douce. La carapace des adultes est marquée de stries en relief qui lui donnent un aspect rugueux. Descripteur du genre : Jean Louis Rodolphe Agassiz (1807-1873), célèbre paléontologue et herpétologue du XIXe siècle.

scripta (latin) signifie dessiné, tracé, écrit. En effet sa dossière (partie supérieure de la carapace) ainsi que son plastron (partie inférieure de la carapace) sont ornés de fines lignes rappelant des dessins ou écritures.
Descripteur de l'espèce : Johann David Schoepff (1752-1800).

elegans (latin) veut dire élégante, en raison de la beauté, notamment, des jeunes individus.
Descripteur de la sous-espèce : le Prince Maximilien de Wied-Neuwied (1782-1867), explorateur naturaliste et ethnologue du XIXe siècle.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Reptilia Reptiles Groupe paraphylétique incluant les vertébrés tétrapodes "rampants" à la peau sèche et écailleuse : tortues, serpents, crocodiles et lézards.
Ordre Testudines Chéloniens Reptiles possédant une carapace dorsale, une carapace ventrale (plastron), et un bec corné. Ce sont les tortues.
Sous-ordre Cryptodira Cryptodires Le cou se rétracte à l’intérieur du corps, sous la carapace, dans un plan vertical, les vertèbres formant alors un S. Le bassin est libre.
Famille Emydidae Emydidés Tortues d'eau douce, de petite taille.
Genre Trachemys
Espèce scripta

Nos partenaires