Tanche-tautogue

Tautogolabrus adspersus | (Walbaum, 1792)

N° 1550

Atlantique Nord-Ouest

Clé d'identification

Tête pointue, petite bouche, lèvre épaisse
Ligne latérale complète et arquée
Adulte marbré avec du brun, rouge, bleu et vert olive
Ventre habituellement bleuâtre ou blanc
Juvénile orange, point noir bien défini sur la dorsale

Noms

Autres noms communs français

Limbert achigan, tanche grise, perche de mer, achigan de mer, vieille

Noms communs internationaux

Cunner, blue perch, chogset, conner, perch, sea perch (GB), Tordo americano (I), Tautoga americana (E), Amerikanischer Lippfisch (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Labrus adspersus Walbaum, 1792
Tautoga caerulea Mitchill, 1814
Tautoga niger Mitchill, 1814
Labrus chogset Mitchill, 1815
Labrus chogset fulva Mitchill, 1815
Tautogolabrus chogset (Mitchill, 1815)
Tautogolabrus chogset fulva (Mitchill, 1815)

Distribution géographique

Atlantique Nord-Ouest

Zones DORIS : Atlantique Nord-Ouest

La tanche-tautogue est présente sur la côte atlantique de l'Amérique du Nord : du nord de Terre-Neuve, du sud du golfe du Saint-Laurent et des bancs du large vers le sud jusqu'à l'embouchure de la baie de Chesapeake aux États-Unis.

Biotope

Les tanches-tautogues vivent sur le fond ou près du fond parmi les roches dans les eaux côtières. Elles ne pénètrent pas dans les estuaires. Elles se rassemblent souvent autour des quais, des épaves et des amas d'algues. Elles préfèrent les eaux tempérées dont la température avoisine les 20 degrés Celsius. Elles supportent mal les basses températures hivernales, et se réfugient dans les crevasses et les trous d'eau peu profonds.

Description

Le corps de la tanche-tautogue est oblong et modérément comprimé. Elle peut atteindre 43 cm de long et peser 1,5 kg. Elle est pourvue d'une longue dorsale ininterrompue dont les trois quarts des rayons sont épineux (18 au total). Sa tête est plate sur le dessus entre l'extrémité du museau et la nageoire dorsale. Sa bouche est petite et ses lèvres sont charnues, parfois jaunes. Ses dents sont coniques, inégales et disposées en plusieurs rangées. La nageoire anale est munie de trois aiguillons et de neuf rayons mous. Les nageoires pelviennes sont situées sous la base des nageoires pectorales. La caudale est arrondie. Le corps est recouvert de grandes écailles rugueuses. La ligne latérale est continue et arquée. La coloration présente souvent des motifs éclatants : brune, gris-brun, rouge, bleuâtre ou vert olive et tachetée. Le ventre est bleuâtre ou blanc.
Les jeunes tanches-tautogues possèdent une tache noire sur le devant de la nageoire dorsale, et un corps orange cuivré éclatant.

Espèces ressemblantes

Le tautogue noir Tautoga onitis se différencie de la tanche-tautogue à son profil dorsal qui est arrondi avec un front busqué, mais également par son pédoncule caudal plus étroit et sa caudale plus large. Il est également plus robuste, voire beaucoup plus lourd pour les plus gros spécimens. La partie inférieure de l'opercule est nue chez le tautogue noir, elle est couverte d'écailles chez la tanche-tautogue. Les pelviennes du tautogue noir sont insérées plus en arrière que celles de la tanche-tautogue.

Alimentation

La tanche-tautogue se nourrit principalement de mollusques (patelles, moules et bigorneaux), de crustacés (crabes, crevettes, mysides et amphipodes). Ses fortes dents lui permettent de broyer ses proies. On relève également qu'elle peut se nourrir de crustacés cirripèdes, d'oursins verts, d'ascidies, d'œufs de poissons, de zostère marine, de déchets de poissonneries et autres détritus.

Reproduction - Multiplication

La maturité sexuelle est atteinte vers l'âge de trois ans. Les tanches-tautogues fraient de juin à la mi-août dans le golfe du Saint-Laurent, et un peu plus tard sur la côte de la Nouvelle-Écosse. Les œufs sont sphériques et transparents, ils mesurent environ 0,8 mm de diamètre. Ils sont flottants et éclosent en moyenne en 3 jours en fonction de la température. Les poissons des deux sexes peuvent s'accoupler plus d'une fois par jour. La coloration nuptiale apparaît à la fois chez les mâles non-territoriaux et les mâles territoriaux et se développe de la fin de la période de torpeur de l'hiver jusqu'au début du frai. Les mâles non territoriaux sont exclus avec vigueur des territoires par les mâles résidents et leur contribution à la reproduction de la population semble assez minime. La cour et l'accouplement ne se font qu'à l'intérieur des territoires des mâles. Les accouplements en groupe n'ont pas été observés.

Vie associée

De nombreuses espèces de vers parasites ont été identifiées chez la tanche tautogue : dix trématodes (dont Lepocreadium areolatum), cinq cestodes (dont Eubothrium parvum), un monogène (Gyrodactylus adspersi), six nématodes et un acanthocéphale.
Tautogolabrus adspersus ne semble en revanche pas porteur de parasites annélides achètes, même en présence d'autres espèces fortement infestées par des sangsues.
Elle peut en revanche être hôte intermédiaire pour des parasites d'autres espèces comme Cryptocotyle lingua, un ver plat trématode parasite de l'estomac des grands goélands à tête blanche (Larus sp.).

Informations complémentaires

La tanche-tautogue n'a pas de valeur commerciale au Canada, elle a déjà servi de nourriture pour les porcs et d'engrais. C'est une espèce recherchée par les pêcheurs à la ligne pour la pêche sportive. Sa chair comestible renferme beaucoup d'arêtes.

Origine des noms

Origine du nom français

Tanche : du gaulois [tenche]. Dictionnaire ATILF : du bas latin [tinca]. Du vieux françois étanche, car elle ne se noie pas dans l'eau.
Le terme tautogue est dérivé du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Le terme générique "tautog" vient des tribus indiennes Narrangaset d'Amérique du Nord vivant dans le nord-est des États-Unis. Le terme signifie littéralement "poisson noir".

Du latin [labrum] = lèvre, en référence aux lèvres charnues des poissons de cette famille (Labridés).

Du latin [adpersus] = mouillé, arrosé.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Tautogolabrus
Espèce adspersus

Nos partenaires