Crénilabre de Baillon

Symphodus bailloni | (Valenciennes, 1839)

N° 2127

Atlantique Nord-Est et Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Flancs parcourus de trois larges bandes sombres et marbrées
Lèvre supérieure très développée
Une ou deux taches sombres en partie postérieure de la nageoire dorsale
Pédoncule caudal très large

Noms

Autres noms communs français

Vieille (nom à éviter car utilisé pour d'autres espèces, notamment Labrus bergylta et Labrus viridis)

Noms communs internationaux

Baillon's wrasse (GB), Bello, tort, porredano (E), Bodião (P), Bailloni's lipvis (NL), Baillonsnultra (S)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Crenilabrus bailloni Valenciennes, 1839
Crenilabrus donovani Valenciennes, 1839

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est et Méditerranée occidentale

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Le crénilabre de Baillon se rencontre du sud de la mer du Nord à la Mauritanie ainsi quʼen Méditerranée occidentale.

Biotope

Le crénilabre de Baillon vit principalement dans des environnements rocheux, mais aussi sur des fonds de maërl et de zostères à des profondeurs comprises entre 1 et 50 m.

Description

Ce crénilabre atteint 20 cm, mais généralement sa taille est plus proche de 18 cm. Il est de couleur beige plus ou moins sombre, les flancs sont parcourus en partie médiane et supérieure de trois larges bandes sombres et marbrées. Le mâle en période de reproduction présente des teintes plus vives avec des motifs verts et d'autres rouge-orange. Devant et dessous les yeux, ce mâle possède des lignes et des ponctuations orange sur fond bleuté. Les yeux de ces poissons sont verts. Leur lèvre supérieure est très développée, s'avançant bien en avant de la lèvre inférieure.
En partie postérieure de la nageoire dorsale ces poissons peuvent présenter en partie basse une ou deux taches sombres, plus ou moins allongées :
- la première, plus importante, se trouve au début de la partie molle de la nageoire,
- la seconde, plus petite, à la fin de cette partie.
Le pédoncule* caudal est très large (dans le sens de la hauteur), il peut porter en son centre une petite tache sombre, mais celle-ci n'est pas systématique.

Espèces ressemblantes

- Symphodus melops, le crénilabre commun ou mélops, fréquent sur nos côtes atlantiques, plus rare en Méditerranée. Celui-ci se distingue de Symphodus bailloni principalement par la présence d'une marque sombre en forme de haricot derrière l'œil. Attention, cette espèce peut présenter, comme Symphodus bailloni, une tache sur le pédoncule caudal (mais celui-ci est moins élevé).

- Symphodus roissali, le crénilabre à cinq taches, présent en Méditerranée et sur une partie des côtes atlantiques de la péninsule ibérique. Celui-ci se distingue de Symphodus bailloni principalement par la présence d'une marque sombre allongée entre l'œil et le museau. Attention, cette espèce peut elle aussi présenter, comme Symphodus bailloni, une tache sur le pédoncule caudal (mais celui-ci est moins élevé) et des taches sur la deuxième partie de la nageoire dorsale.

Alimentation

On ne connaît rien de l'alimentation de cette espèce en particulier. On peut toutefois supposer qu'il se nourrit, à l'instar des autres crénilabres, de mollusques, de crustacés, de vers et d'autres petits organismes mobiles ou fixés.

Reproduction - Multiplication

Chez le crénilabre de Baillon, comme chez les autres crénilabres, les couleurs arborées comme dimorphisme* sexuel sont d'une grande importance : le mâle présente des couleurs vives et la femelle présente une papille génitale dilatée et colorée.
En Atlantique, la période de reproduction s'étend de mars à mai.
Les femelles pondent dans des nids fabriqués par les mâles avec des algues ou des morceaux d'herbes marines dans les zones rocheuses, notamment dans des creux de roches. Le mâle peut parfois aussi apporter du fin gravier sur le nid.
Ce nid est surveillé par le mâle.
La fécondation est externe, et après éclosion les larves se développent en pleine eau.

Divers biologie

Les couleurs plus vives du mâle en période de reproduction favorisent ses probabilités d'accouplement auprès des femelles, mais elles augmentent simultanément ses risques d'être capturé par un prédateur.

Informations complémentaires

Symphodus bailloni est une espèce qui a été essentiellement étudiée après prélèvements par chalutages, les scientifiques déplorent le peu d'observations de ce crénilabre dans son milieu.

Réglementation

Cette espèce est évaluée et classée dans la liste rouge 2010 UICN sous le statut LC (Least Concern), soit "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom crénilabre provient directement de son ancien nom scientifique : Crenilabrus du latin crena = crénelé, en référence à la forme de l'opercule des crénilabres, et labrum en référence aux grosses lèvres de ces animaux.

de Baillon : voir infra.

Origine du nom scientifique

Symphodus : du grec [symphysis] = jonction naturelle, ensemble et [odont] = dent. Les dents sont fusionnées à chaque mâchoire.

bailloni en hommage à Louis Antoine François Baillon (1778-1851) qui était zoologiste, comme son père Jean François Emmanuel Baillon. Il a été "embauché" par le Muséum National d'Histoire Naturelle en l'an VII, mais sans pouvoir obtenir de poste... Il a étudié les oiseaux, les insectes, mais aussi les poissons et les mollusques marins. Il a aussi donné beaucoup de pièces zoologiques au MNHN. Il n'a pas beaucoup publié, mais a échangé beaucoup de matériel avec ses collègues européens, entre autres au sujet de ce crénilabre.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Symphodus
Espèce bailloni

Nos partenaires