Pectinatelle

Pectinatella magnifica | (Leidy, 1851)

N° 964

Eaux douces des régions de l’Hémisphère Nord

Clé d'identification

Grosses masses gélatineuses, souvent brunâtres, présentes entre deux eaux ou grandes colonies fixées sur des branches immergées et d'autres substrats
Pigmentation rouge autour de la bouche
Taches blanches sur les bras du lophophore
Statoblastes avec une seule rangée d'épines périphériques en forme d'ancre

Noms

Autres noms communs français

Pectinatelle

Noms communs internationaux

Magnificent bryozoan (Amérique du Nord), Schwammartiges Moostierchen (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pectinella magnifica

Distribution géographique

Eaux douces des régions de l’Hémisphère Nord

Zones DORIS : Eau douce d'Europe

Espèce d'eau douce nord-américaine, introduite en Europe au XIXe siècle, probablement dans l'eau de ballast d'un navire, et découverte en 1883 en Allemagne dans la région de Hambourg. Elle s'est ensuite étendue vers l'est de l'Europe (Pologne, Tchécoslovaquie, Roumanie).

En France, elle a été trouvée en 1995 dans l'étang de la Héronnière près de Nomexy (département des Vosges), découverte publiée en 1996. Une observation antérieure (P. magnifica recueillie en 1994 sur le canal de la Haute-Saône, à la hauteur de Bermont, Territoire de Belfort) n'a été publiée qu'en 2002. Depuis sa découverte, elle a été observée dans de nombreuses régions de France, dont la Bretagne (2007) et la Corse (2006). Plus récemment, elle a été observée dans l'Allier dans l'étang de Saint Bonnet, en Forêt de Tronçais, fin août début septembre 2011, et dans la région Midi-Pyrénées en 2012.

P. magnifica est désormais également présente en Autriche, en Suisse, aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Slovaquie, Hongrie et Ukraine.

Au Japon, P. magnifica a été découverte en 1972, en Corée en 1996 et en Chine en 2015. Elle a été signalée en 1957 en un endroit unique en Turquie.

Les oiseaux migrateurs et les péniches, bateaux et navires contribueraient à sa diffusion.

Biotope

Pectinatella magnifica fréquente les étangs, les pièces d'eau et les cours d'eau à faible courant. Elle apprécie les eaux non polluées et chaudes (température supérieure à 20 °C). Une sédimentation importante serait une cause d'absence de cette espèce.

Description

Pectinatella magnifica se présente sous forme de colonies massives, gélatineuses, visqueuses au toucher, mais de consistance ferme. Elles sont fixées sur des substrats* variés, des pierres, des branches mortes ou des racines partiellement ou entièrement immergées dans l'eau. Elles peuvent être fusiformes, en forme de massue, de boule ou de boudin. Sur un substrat plat, elles forment des coussinets. En vieillissant elles peuvent se détacher du substrat et flotter à la surface de l'eau. Leur masse principale est formée par une gelée commune, autour de laquelle se distribuent les individus de la colonie appelés zoïdes* comprenant chacun une partie antérieure, le polypide*, caractérisé par une couronne en U de 40-80 tentacules (lophophore*) et une partie postérieure, le cystide*, correspondant à la paroi du corps. Les zoïdes sont regroupés en des sortes de rosettes de 12 à 18 individus. La région entourant la bouche du polypide contient des pigments rouges bien visibles. À l'extrémité de chaque bras du lophophore et du côté anal du col du cystide, se trouvent des taches blanches (« white spots ») caractéristiques. Immergés et en l'absence de perturbation, les zoïdes sortent leur lophophore grâce auquel ils filtrent l'eau pour y trouver leur nourriture (microorganismes, particules organiques) et absorber de l'oxygène.

Les colonies peuvent atteindre des volumes considérables, atteignant facilement la taille d'une balle de tennis ou d'un ballon de football. Des colonies géantes ont été décrites dans la littérature : des cordons dépassant un mètre de longueur pour un diamètre de plus de 10 cm ; des masses flottantes de 2,5 m de longueur et 50 cm de largeur, des disques d'un mètre de diamètre, etc.

P. magnifica produit des statoblastes* de grande taille, de l'ordre d'un millimètre, légèrement incurvés, au contour plutôt circulaire, avec quelque 11-22 épines périphériques en forme d'ancre, avec une hampe aplatie se terminant par 2 crochets.

En automne, les colonies meurent et se désagrègent ; les statoblastes sont libérés et passent l'hiver en état de dormance.

Alimentation

Ces animaux se nourrissent de particules en suspension, filtrées grâce à leur lophophore.

Reproduction - Multiplication

Les individus de cette espèce sont hermaphrodites*. La fécondation est interne ; elle aboutit à des larves qui, une fois libérées, se fixent et fournissent une nouvelle colonie par bourgeonnements successifs.

À côté de cette reproduction sexuée, il existe une reproduction asexuée par l'intermédiaire des statoblastes contenant du matériel germinatif. En conditions favorables, ils germent pour donner un nouvel individu (ancestrule*) qui se développe en une colonie par bourgeonnements successifs.

Les jeunes colonies sont capables de se déplacer très lentement. Lors de ces mouvements, elles peuvent se diviser en colonies-filles. C'est un moyen supplémentaire de multiplication asexuée. Des colonies qui viennent en contact lors de ces déplacements fusionnent.

Les statoblastes sont capables de résister à de sévères changements du milieu (température, dessèchement...) et expliquent la diffusion et la persistance de cette espèce d'année en année. Certains statoblastes de bryozoaires sont connus pour s'être à nouveau développés après un séjour de 50 mois au sec.

Vie associée

P. magnifica est souvent trouvée en compagnie du bryozoaire Cristatella mucedo.

Divers biologie

Pectinatella magnifica ne fréquente pas les eaux polluées et, au contraire, signale une bonne qualité des eaux, mêmes stagnantes. La prolifération de cette espèce serait favorisée par des étés chauds.

Informations complémentaires

De grandes capacités d'épuration des eaux leur sont attribuées.

Origine des noms

Origine du nom français

Francisation du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Pectinatella : du latin [pecten] = peigne, sans doute en référence à l'aspect du lophophore avec ses tentacules,

magnifica : signifie magnifique, somptueux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Phylactolaemata Phylactolèmes Exclusivement en eau douce (sans vase excessive). Les zoïdes sont cylindriques et le lophophore est en forme de fer à cheval (sauf chez Fredericella). Les zoécies ne sont pas calcifiées et les zoïdes sont tous identiques.
Ordre Plumatellida Plumatellides
Famille Pectinatellidae Pectinatellidés
Genre Pectinatella
Espèce magnifica

Nos partenaires