Coquille Saint-Jacques de l'Atlantique

Pecten maximus | (Linnaeus, 1758)

N° 655

Manche, Atlantique

Clé d'identification

Deux valves asymétriques dont une convexe et l'autre plate
Côtes arrondies (15 à 17 environ)
Oreilles identiques

Noms

Autres noms communs français

Coquille Saint-Jacques, grande vanne, ricardeau, grande peigne

Noms communs internationaux

Great scallop, St James' shell (GB), Vieira, avineira, venera grande (E), Grosse Pilgermuschel, Grosse Kammuschel (D)

Distribution géographique

Manche, Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

C'est un bivalve que l'on rencontre principalement en Manche et en Atlantique. La coquille Saint-Jacques, Pecten maximus, est présente dans les eaux tempérées européennes depuis les côtes de Norvège jusqu'au nord de l'Espagne.

Biotope

La coquille Saint-Jacques se trouve sur les fonds sablonneux meubles (mäerl*, sable, vase), depuis le niveau des basses mers jusqu'à la profondeur de 150 m à 200 m environ. Les gisements se tiennent généralement entre 20 et 50 mètres. L'animal repose sur sa valve droite très convexe. Il s'enfouit dans le sable entre 5 et 40 cm. Il supporte mal les dessalures et l'émersion.

Description

Pecten maximus est un bivalve asymétrique avec une valve ronde et une valve plate mais deux oreilles égales de part et d'autre de la charnière. Ce point permet sans coup férir de distinguer une coquille Saint-Jacques d'un pétoncle Aequipecten opercularis,aux valves convexes et aux oreilles inégales.
Les côtes des valves sont arrondies et au nombre de 15 à 17 environ. La taille maximale est de 16 cm pour un âge de 7 ans. La taille commercialisable est de 10,2 cm. Le bord du manteau est couvert d'yeux sensibles à la lumière, mais aussi de tentacules détecteurs de tous stimuli chimiques environnants.

Espèces ressemblantes

Pecten jacobaeus : elle possède des bords de valves en créneaux et non pas arrondis comme maximus. Sa distribution est plus méridionale et s'étend du Maroc à la Mauritanie en passant par la Méditerranée occidentale.

Alimentation

La coquille Saint-Jacques est détritivore* et planctophage*. C'est un mollusque purement filtreur*. Sa nourriture consiste en végétaux microscopiques, diatomées principalement, et autres algues, retenus par ses branchies*.

Reproduction - Multiplication

Pecten maximus comme tous les Pectinidés est hermaphrodite*. La glande génitale s'étend sur le côté du muscle adducteur et comprend deux parties :
- la partie mâle, blanchâtre est supérieure.
- la partie femelle, rouge orangé, est inférieure.
Les gonades ou "corail" sont de taille réduite en période de repos sexuel. Les larves* planctoniques* durent 40 jours et ensuite le jeune coquillage se fixe par un byssus* pendant 4 mois. En Baie, la première maturité sexuelle survient à l'âge de 2 ans. En dehors de la zone côtière, la maturité intervient à l'âge de 3 ans.

Vie associée

Les valves supérieures plates sont envahies d'épibiontes* (bryozaires, éponges, hydraires… etc) ou de parasites.

Divers biologie

Prédateurs
Les astéridés comme Asterias rubens et Marthasterias glacialis sont de redoutables prédateurs de la coquille Saint-Jacques. La seule présence olfactive de ces deux étoiles suffit à provoquer des sauts par claquement des valves de Pecten maximus qui rentre dans une danse étonnante produisant un véritable spectacle sous-marin. Les autres prédateurs sont les bigorneaux perceurs, les pagures et les tourteaux.
Les stries de croissance
La croissance de l'animal est saisonnière avec un ralentissement en hiver et une reprise en été.
Ceci se traduit par des stries de croissance annuelles sur la coquille sauf pour les premiers 6 mois. Ces lignes concentriques permettent de dater la coquille Saint-Jacques comme les stries d'une coupe de tronc d'arbre. La durée de vie maximale est de 20 ans.
Filtreurs de pollution
Le corail et les intestins accumulent les toxines présentes dans l'eau (hydrocarbures, HAP-Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques), le rein et la glande digestive les métaux lourds. Certaines de ces toxines sont maintenant bien connues pour être des cancérogènes. La qualité de l'eau des parcs sous-marins où sont récoltées les coquilles Saint-Jacques fait donc l'objet d'un contrôle rigoureux.

Informations complémentaires

Site exceptionel
La baie de Morlaix possède plusieurs sites de reproduction où se crée le naissain sans qu'on puisse totalement expliquer pourquoi.
Ecologie
Très appréciée en gastronomie, la sur-pêche tend à raréfier l'animal qui dans certaines zones est commun. La gestion du stock et la notion de sanctuaire devraient être organisés en plus de la règlementation sur la taille existante. Partout où des réserves ont été organisées et respectées, la productivité des espèces s'en est trouvée décuplée et l'activité économique associée développée (en général dans un rapport 5). Partout où les hommes ont pillé sans réflexion, l'activité économique a été florissante un moment mais a décliné pour disparaître ensuite. Des études sont menées pour suivre l'évolution d'élevages larvaires de Pecten maximus (IFREMER Brest, écloserie expérimentale).
Recettes
Pour les recettes de cuisine : cliquez ici

Réglementation

Sa pêche est règlementée en France par arrêté ministériel. Elle n'est autorisée, que du 1er octobre au 15 mai pour des tailles supérieures à 10,2 cm.

Origine des noms

Origine du nom français

Au XIIème siècle, les pèlerins qui revenaient de Saint-Jacques de Compostelle rapportaient des coquilles de Pecten maximus, d'où le nom donné à ce bivalve.

Origine du nom scientifique

Pecten : du latin [pecten] = peigne.
maximus : du latin [maximus] = le plus grand.



Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Pteriomorphia Ptériomorphes Muscle adducteur postérieur développé, antérieur réduit.
Ordre Pectinida Pectinides
Famille Pectinidae Pectinidés

Coquille plate, arrondie, avec des côtes ou des plis radiaux. De part et d'autre du crochet, des "oreilles". Le bord du manteau porte de nombreux tentacules sensoriels et des yeux. Un seul grand muscle adducteur.

Genre Pecten
Espèce maximus

Nos partenaires