Oursin violet

Paracentrotus lividus | (Lamarck, 1816)

N° 1437

Méditerranée et Atlantique

Clé d'identification

Ousin très commun
Taille autour de 8 cm (test et piquants)
Piquants assez longs (~ 3 cm)
Couleur allant du vert olive au brun avec différentes nuances de violet
Test arrondi, peu élevé, aplati dorsalement

Noms

Autres noms communs français

Châtaigne de mer

Noms communs internationaux

Brown sea-urchin, rock-urchin (GB), Riccio femina, riccio viola (I), Erizo de mar comun, castan de mar, erizo marron (E), Ouriço do mar, castanho (P), Steinseelgel (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Echinus saxatilis (Tiedemann, 1815)
Echinus lividus (Lamarck, 1816)
Echinus vulgaris (Blainville, 1825)
Toxopneuste lividus (Agassiz & Desor, 1846)
Toxopneuste concavus (Agassiz & Desor, 1846)
Toxopneuste complanatus (Agassiz & Desor, 1846)
Strongylocentrus lividus (Agassiz, 1872)

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce très courante en Méditerranée, un peu moins en Atlantique et en Manche.
On le rencontre, au nord, jusqu'en Cornouaille britannique et en Irlande et au sud jusque sur les côtes du Maroc, aux Açores et aux Canaries.

Biotope

L'oursin commun vit sur les fonds rocheux, les herbiers de posidonies ou de zostères, parfois sur fonds sableux ou coralligènes* jusqu'à 80 m de profondeur, quoiqu'il soit plus abondant jusqu'à 30 m. Il vit souvent dans des creux ou logettes qu'il a creusés à l'aide de ses piquants et où il peut s'ancrer solidement, ce qui lui permet de résister au ressac et de décourager d'éventuels prédateurs.

Description

Paracentrotus lividus est un oursin commun, particulièrement en Méditerranée.
Les piquants, assez longs, autour de 3 cm, sont lisses et épais. Ils présentent une couleur allant du vert olive au brun, en passant par différentes nuances de violet.
Oursin régulier, le test est arrondi (contour circulaire), peu élevé, aplati en face ventrale.
La taille du test se situe généralement entre 5 et 7 cm. Test et piquants compris, la moyenne est d'environ 8 cm.

Espèces ressemblantes

Par l'aire de distribution et le biotope qu'ils partagent, on peut confondre P. lividus avec l'oursin noir Arbacia lixula (Linnaeus, 1758) qui est encore parfois considéré à tort comme le mâle de celui-ci. Cependant A. lixula est plus foncé, le test plus aplati, les piquants proportionnellement plus longs.
De plus, l'oursin noir possède une zone dépourvue de piquants autour de la bouche, contrairement à l'oursin violet.

Alimentation

P. lividus est un herbivore benthique*. Il se nourrit principalement d'algues, y compris encroûtantes.
Au sein des invertébrés marins de zone tempérée, il figure comme l'un des principaux "brouteurs" et peut être responsable du développement de zones dites "stériles" ou "désertiques".
La biomasse et la densité de P. lividus et de Arbacia lixula ont donc un impact majeur sur l'abondance d'algues foliacées. P. lividus broute également la posidonie et peut, occasionnellement, consommer des éponges.

Reproduction - Multiplication

Paracentrotus lividus est une espèce gonochorique* (c'est-à-dire qu'il existe des individus mâles et femelles distincts) et ovipare* (à fécondation externe). Le système reproducteur est composé de 5 gonades (parties que l'on consomme chez les oursins). La reproduction de P. lividus suit un cycle annuel : le développement des gonades a lieu durant l'été et l'automne, la maturation se déroule le long de l'hiver. Les gamètes* sont ensuite libérés au printemps, début été. Une fois fécondé, l'œuf se segmente pour donner une larve* pélagique* à symétrie bilatérale ; celle-ci subira une série de transformations (métamophoses) avant de donner un jeune oursin.

Vie associée

P. lividus peut vivre en groupes avec Arbacia lixula ou Sphaerechinus granularis. La langouste Palinurus vulgaris, l'étoile de mer Marthasterias glacialis ou encore les poissons du genre Diplodus figurent parmi ses prédateurs.

Divers biologie

L'herbivorie liée aux oursins a particulièrement retenu l'attention des scientifiques. Les oursins, par leur action, constituent un facteur important de contrôle des communautés algales.
En Méditerranée, en Atlantique, Paracentrotus est à l'origine de zones surbroutées, caractérisées par la disparition d'algues non-encroûtantes et la formation de zones partiellement ou complètement recouvertes d'algues calcaires encroûtantes (par opposition aux algues foliacées).

Informations complémentaires

Les gonades sont consommées en tant que fruits de mer.
La récolte exagérée de cet oursin a fortement contribué à réduire leur population dans certaines régions.

Réglementation

L'oursin violet est inclus dans la loi de 1852 sur l'exercice de la pêche maritime et le décret n° 99-1163 du 21 décembre 1999 modifiant le décret n°90-618 du 11 juillet 1990, relatif à la pêche maritime de loisir.

Certaines mesures définissent, entre autres:
- les personnes autorisées à pêcher : sont autorisés à pêcher et à vendre les oursins, les personnes et navires professionnels titulaires d'un permis de mise en exploitation et titulaires d'un rôle,
- la taille minimale de capture des oursins ( fixée à 5 centimètres, sans les piquants),
- les périodes de pêche et les lieux de pêche.

Des réglementations locales existent également, comme en Bretagne où la pêche de l'oursin violet est interdite du 16 avril au 14 octobre, au nord de l'anse de Kervigen (commune de Plomodiern) et jusqu'à la limite de la Normandie. Il est donc recommandé de se renseigner avant d'organiser son oursinade !
En Méditerranée, les périodes de collecte étant variable, il est nécessaire de consulter les Affaires Maritimes locales pour être certain de n'être pas dans l'illégalité. La quantité autorisée par personne à l'eau est de 4 douzaines.

Origine des noms

Origine du nom français

"Châtaigne de mer", sa morphologie et parfois sa couleur rappellent la bogue des châtaignes, hérissée de piquants.

Origine du nom scientifique

lividus (latin) : bleuâtre, noirâtre, livide.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Echinozoa Echinozoaires Echinodermes non étoilés de forme globuleuse ou allongée. Ce groupe renferme les oursins et les concombres de mer.
Classe Echinoidea Echinides Ce sont les oursins. Forme globuleuse ou hémisphérique, squelette qui porte des piquants mobiles, des pédicellaires et des pieds ambulacraires. Pouvoir de régénération limité.
Sous-classe Euechinoidea Euéchinides Oursins plus ou moins sphériques, dits "oursins réguliers". Plaques ambulacraires composées. Bouche ventrale et anus dorsal. 
Super ordre Echinacea Echinacés

10 plaques péristomiales

Ordre Camarodonta Camarodontes Les épiphyses qui surmontent les demi-pyramides de la lanterne d'Aristote sont hautes et jointives.
Famille Parechinidae Paréchinidés
Genre Paracentrotus
Espèce lividus

Nos partenaires