Petite crevette rose

Palaemon elegans | Rathke, 1837

N° 337

Méditerranée, Atlantique Nord-Est et Sud-Est

Clé d'identification

Taille petite à moyenne (2 à 6 cm)
Transparente avec multiples ponctuations (blanches, jaunes ou sombres)
Bande et lignes transversales brun rouge sur chaque segment de l’abdomen
Stries transversales et obliques brun rouge sur la carapace
Articulations des pattes colorées en bleu et jaune
Rostre assez rectiligne arrivant au niveau de l’écaille antennaire
Sur fond rocheux ou végétaux près de la surface
Parfois en eau légèrement dessalée

Noms

Autres noms communs français

Bouc, crevette bouquet, bouquet de flaque, bouquet salicoque, chevrette, calembo (Provence), tête d’âne (Languedoc), ronde (Arcachon), cheor-goumon (Bretagne), gambeta (Catalogne)

Noms communs internationaux

Rockpool prawn, white prawn (GB), Gamberetto squilla, gambero di scogliera, gambero di fascina (I), Camaron de roca, quisquilla (E), Kleine Felsengarnele, Sägegarnele (D), Gewone steurgarnaal, gewone steurkrab (NL), Creveta-de-iarba (RO), Stripestrandreke (N), Elegant tångräka (S), Krewetka elegancka (PL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Leander squilla elegans (Rathke, 1837)
Leander squilla var. brevidigitata Czerniavsky, 1884
Leander squilla var. intermedia De Man, 1915b
Leander squilla var. prototypa Czerniavsky, 1884
Palaemon minans Norman, 1861
Palaemonella gracilis Paul’son, 1875

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Nord-Est et Sud-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La petite crevette rose est présente dans toute la Méditerranée, en mer Noire, mer Caspienne et mer d’Aral.
On la trouve sur les côtes du nord-est Atlantique depuis le sud de la Norvège et la Baltique jusqu’en Afrique en passant par la mer du Nord et la Manche, ainsi que sur les côtes des îles atlantiques (Açores, Canaries, Madère, Cap-Vert). Plus au sud, elle est signalée dans le sud-est Atlantique jusqu’en Namibie.
Depuis 2010 elle est considérée comme espèce invasive sur la côte nord-ouest de l’Atlantique en Nouvelle Angleterre (Salem Sound).

Biotope

Palaemon elegans se rencontre en bord de mer, dans les ports ou les lagunes, sur des rochers souvent couverts d’algues ou dans des cuvettes rocheuses et généralement à très faible profondeur. Sur les côtes de l’Atlantique on la trouve dans des mares résiduelles de l’estran*. Cette espèce est bien adaptée aux conditions difficiles de cet habitat : elle affectionne les eaux agitées et très ensoleillées, elle tolère de fortes variations de températures (1 à 30 °C) et de salinité (1 à 40 g de sel/l). On la voit aussi sur ou dans les algues et parfois dans des herbiers (zostères).
Elle peut se trouver sous quelques cm d’eau et jusqu’à 2 m de fond en Méditerranée. Par temps froid elle se déplace vers le fond. Dans le nord de l’Europe, elle peut descendre vers 10 m (Baltique, Pologne) ou migrer vers le large (nord des îles Britanniques).

Description

La petite crevette rose est de taille petite à moyenne (2 à 6 cm). Sa forme est plutôt cylindrique et elle a de longues antennes (environ 1,5 fois la longueur du corps).
Elle est transparente, avec de nombreux points blancs, jaunes ou sombres et des dessins variables comprenant en général des lignes et stries brun foncé légèrement rougeâtre. Sur l’abdomen des bandes transversales bordent chaque segment et des lignes plus fines s’intercalent entre ces bandes sur la moitié dorsale. La carapace* sur le céphalothorax* est marquée surtout par des lignes et stries obliques.
Ses yeux pédonculés sont souvent vert grisâtre. Une partie des pattes est colorée de bleu avec des anneaux d’un jaune vif au niveau des articulations.
Les deux premières paires de pattes sont munies de pinces, la deuxième étant plus grande que la première.
A l’avant de sa carapace le rostre* droit ou légèrement recourbé vers le haut ne dépasse pas l’écaille antennaire*. Ce rostre est denticulé* avec sur le bord dorsal 7 à 9 dents dont 3 situées en arrière de l’orbite et sur le bord ventral 3 dents. Il se termine par une ou deux pointes.
D’autres caractères spécifiques sont surtout observables en laboratoire (loupe ou microscope) : deux épines sont présentes sur le bord antérieur de la carapace ; Les palpes mandibulaires sont constitués de 2 segments ; le doigt de la deuxième paire de pattes est légèrement plus long que la moitié de la paume ; la partie libre de la branche la plus courte du fouet antennulaire est plus longue que la moitié de la partie fusionnée.

Espèces ressemblantes

Palaemon elegans peut être confondue avec d’autres espèces du même genre et plus particulièrement avec les 3 espèces suivantes :
Palaemon serratus est une espèce plus grande (5 à 11 cm) mais ses juvéniles peuvent être confondus avec les jeunes et les adultes de la petite crevette rose. Cette espèce fréquente les endroits ombragés depuis la surface jusqu’à 40 m de profondeur, sur des fonds rocheux, sablo-vaseux ou dans les herbiers. La différence se fait par l'observation du rostre (voir photo) : chez Palaemon serratus le rostre est plus long, et l'espace entre la première et la deuxième épine du rostre est plus long que l'espace situé entre le deuxième et la troisième épine. Cette différence est moins évidente chez les jeunes.

Palaemon adspersus : de taille petite à moyenne (jusqu’à 7 cm), présente une coloration homogène avec éventuellement des motifs orange à bruns. Le rostre est assez court comme celui de la petite crevette rose mais avec des chromatophores* sombres sur sa moitié ventrale et une ligne bleue sur son bord inférieur. Elle est commune sur fond vaseux et sur végétaux dans les estuaires et dans des lagunes littorales de très faible profondeur.

Palaemon xiphias : crevette moyenne à grande (jusqu’à 7 cm), est transparente mais sans bande colorée, couleur gris-vert de jour, bout de la queue rouge de nuit, rostre long dépassant l’écaille antennaire. Elle habite principalement les posidonies mais elle est aussi présente dans d’autres herbiers et parmi des algues photophiles*. Uniquement en Méditerranée.

Palaemonetes varians est également assez voisine. Rostre avec 2 dents seulement sur le bord inférieur. Cette espèce très peu colorée (transparente) se rencontre dans les anciens marais salants, les parcs à huîtres, les lagunes littorales et les estuaires au niveau des zones de transition entre eau douce et eau salée.

Alimentation

La petite crevette rose est un omnivore opportuniste. Elle se nourrit d’algues, de petits invertébrés (petits crustacés en particulier). Elle est également détritivore* et nécrophage* car elle consomme débris organiques et animaux morts.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés, la distinction entre sexes est difficile en dehors des périodes de reproduction : les mâles sont légèrement plus petits et leur rostre* est un peu plus court que celui des femelles.
L'accouplement a lieu à la nuit tombée, le mâle se positionne "en croix" en passant ventre contre ventre sous la femelle molle qui vient de muer. Cet accouplement ne dure au plus que quelques secondes. La fécondation est externe et se produit pendant la ponte en utilisant le sperme déposé au préalable par un mâle près des orifices génitaux de la femelle, c'est-à-dire entre la base des pattes arrières. Les œufs sont ensuite fixés sur les pléopodes* (appendices abdominaux). Les femelles portant leurs œufs, sous l’abdomen, sont dites ovigères* ou « grainées ». On peut trouver des femelles ovigères de mars à octobre en Méditerranée et pendant une période plus courte en Atlantique surtout aux latitudes les plus élevées.

La fécondité est très variable : de moins de 100 à plus de 1 700 œufs par ponte selon la taille de la femelle. Les femelles les plus âgées pondent plusieurs fois, les éclosions ont lieu au printemps et en été en Méditerranée mais pendant toute l’année en mer Noire. La durée d’incubations des œufs est voisine de 10 jours en conditions favorables (température entre 19 et 27 °C).
A l’éclosion, les larves* nageuses (au stade zoé*) sont libérées dans l’eau. Le développement larvaire planctonique* dure 3 semaines lorsque la température de l’eau est de 26 à 27 °C, mais plus de 6 semaines en conditions défavorables. Après plusieurs mues (9 stades) les juvéniles, ressemblant aux adultes mais en moins colorés, deviennent benthiques* sur des fonds rocheux couverts d’algues où ils poursuivent leur croissance.
La longévité est de l’ordre de deux ans.

Vie associée

Quelques parasites peuvent modifier l’aspect de la petite crevette rose : l’isopode épicaride Bopyrus squillarum qui se fixe dans les cavités branchiales de Palaemon elegans et de Palaemon serratus provoque un gonflement latéral du thorax.
La microsporidie (protozoaires sporozoaires) Inodosporus octospora envahit le corps de la crevette et lui donne une couleur blanche, laiteuse. Cette parasitose concerne en particulier Palaemon elegans et Palaemon serratus.
La larve du nématomorphe Nectonema agile parasite de nombreuses espèces de décapodes, dont Palaemon elegans.

Palaemon elegans est aussi une crevette nettoyeuse de poissons, comme le révèle une étude suédoise récente, indiquant qu’elle enlève et consomme des ectoparasites de la plie Pleuronectes platessa (vers plats Gyrodactylus sp et copépode Lepeophtheirus pectoralis). Les résultats de cette étude, menée en laboratoire, méritent d’être confirmés en milieu naturel.

Divers biologie

Cette petite crevette se déplace surtout en marchant et parfois en nageant (grâce à ses appendices abdominaux). Pour fuir, elle peut reculer rapidement en repliant brusquement son abdomen. Elle est active le jour.
Sa transparence partielle associée à une pigmentation qui s’adapte à son environnement lui assure un très bon camouflage lorsqu’elle est immobile (homochromie*). Ces changements de couleur sont régulés par des hormones. Parmi ses prédateurs on trouve des céphalopodes (sépioles...) et des poissons.

Le genre Palaemon a les caractéristiques suivantes (visibles par le plongeur) :
  • rostre avec au moins 3 dents ventrales,
  • deuxième paire de péréiopodes* avec carpe plus court ou presque aussi long que la pince,
  • fouet antennulaire avec partie libre de la branche la plus courte du fouet plus longue que la moitié de la partie fusionnée.

Informations complémentaires

La petite crevette rose est comestible et appréciée mais souvent confondue avec d’autres espèces du même genre.
Elle est l’objet d’une pêche artisanale et vendue surtout sur des marchés locaux. Elle fait partie des espèces de la pêche à pied sur l’estran.
Les pêcheurs l’utilisent aussi, vivante ou morte, comme appât pour attraper en particulier des loups et des sparidés.
En aquariophilie elle est considérée comme robuste et appréciée pour son régime alimentaire qui permet d’éliminer organismes morts et restes alimentaires.

Réglementation

La pêche des crevettes roses ou bouquets est réglementée. Il existe une taille minimum et des dates d'ouverture. La législation étant adaptée aux régions, il convient de se renseigner auprès des Affaires Maritimes.

Origine des noms

Origine du nom français

Petite crevette rose : « petite crevette » en référence à sa taille comparée à celle de la crevette rose (Palaemon serratus), « rose » vient de la couleur que prend l'animal après cuisson.

Origine du nom scientifique

Palaemon : du grec [Palaimôn] fils d'Athamas et de Ino (Leucothoe), changé en dieu marin, protecteur des ports.

elegans : du latin [elegans] = élégant, beau, gracieux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Caridea Caridés Les Caridés sont caractérisés par des pléopodes natatoires. C'est à ce groupe qu'appartiennent une grande partie des espèces de crevettes.
Famille Palaemonidae Palaémonidés Pinces de la seconde paire de pattes beaucoup plus fortes que la première ; carpopodite de la seconde paire de pattes non divisé en articles ; rostre généralement moyennement long avec dents sur le bord dorsal et ventral. Espèces marines littorales ou d'eaux saumâtres.
Genre Palaemon
Espèce elegans

Nos partenaires