Lotte de rivière

Lota lota | (Linnaeus, 1758)

N° 204

Europe centrale et occidentale, Amérique du Nord

Clé d'identification

Corps cylindrique, allongé, presque anguilliforme
Seconde nageoire dorsale très allongée
Long barbillon sous la mâchoire inférieure
Dos brun verdâtre ou jaunâtre orné de marbrures plus sombres

Noms

Autres noms communs français

Lote de rivière, moutelle, bourbotte, burbot (Québec)

Noms communs internationaux

Burbot, Eelpout (GB), Bottatrice (I), Lota (E), Rutte, Quappe (D), Kwabaal, kwabasi (NL).

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Gadus lota Linnaeus, 1758
Lota maculosa (Lesueur, 1817)
Lota vulgaris Fitzinger, 1832

Distribution géographique

Europe centrale et occidentale, Amérique du Nord

Zones DORIS : Eau douce, Atlantique Nord-Ouest

Elle est présente en Europe centrale et occidentale (mais absente en Espagne et en Grèce), et en Amérique du Nord.
En France, on la trouve principalement dans le Rhône et dans la moitié Est de l'Hexagone. Elle est absente de la Corse.
En Belgique, sa présence est très occasionnelle.
Au Grand-duché du Luxembourg, elle a été rencontrée au Lac de la Haute-Sûre en novembre 2012.

Biotope

La lotte est le seul poisson de la famille des gadidés (morue) vivant en eau douce. Elle fréquente les eaux vives et fraîches des rivières, mais aussi les eaux stagnantes (lacs clairs) et saumâtres (lagunes). Elle aime les eaux froides et les fonds relativement importants (plus de 200 m en milieu lacustre). Elle remonte vers les berges à partir du mois de mai.
C'est un poisson qui supporte très mal les eaux polluées.
La lotte recherche des milieux offrant des possibilités d'abri (rochers, anfractuosités des rives, racines d'arbres, végétation aquatique dense) .

Description

Le corps est cylindrique, allongé, légèrement comprimé vers la queue, couvert de petites écailles recouvertes d'une épaisse couche de mucus. La lotte peut mesurer de 30 à 120 cm (généralement 30 à 60 cm dans nos lacs et rivières) et peser jusqu'à 3 kg. Le dos est brun verdâtre ou jaunâtre orné de marbrures plus sombres, avec un dégradé devenant plus clair sur les flancs. Le ventre est blanc jaunâtre. Les nageoires pectorales, courtes et arrondies, proches de la tête, surplombent en arrière les ventrales avec leur premier rayon très allongé. La première nageoire dorsale est courte, la seconde, très longue, se poursuit jusqu'à la naissance de la caudale qui est arrondie. La mâchoire inférieure porte un unique et long barbillon et les narines présentent deux orifices assez éloignés avec chacune un petit barbillon. La bouche est large, garnie de dents fines et nombreuses.

Alimentation

Les adultes, carnassiers, se nourrissent de petits mollusques, de larves d'insectes et de crustacés, mais aussi d'alevins, d'autres poissons de fond et d'oeufs de poissons. Ils détectent ou attirent leur nourriture à l'aide du barbillon situé sous le menton.
Les alevins se nourrissent d'invertébrés benthiques.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu de décembre à mars. Par banc, lorsque la température varie de 1 à 5° C, les lottes se rapprochent des berges pour pondre. La ponte se déroule de nuit à faible profondeur (moins de 3 m) où une douzaine de lottes forment une boule d'environ un demi-mètre de diamètre. Il n'y a pas de nid construit.
La femelle pond de 500 000 à plus de 1 000 000 d'œufs au-dessus de substrats de pierres et de graviers. Petits (1 mm de diamètre), ils coulent lentement vers le fond. L'incubation dure de 40 à 50 jours.
Les jeunes alevins (3-4 mm à l'éclosion) sont d'abord pélagiques. Ils vivent en bancs et se nourrissent de plancton directement sous la surface. Une fois atteinte la taille de 3 cm, généralement après 2 mois, ils descendent sur le fond et deviennent solitaires.
La maturité sexuelle est atteinte vers 3 ou 4 ans.

Divers biologie

La lotte a une activité crépusculaire et nocturne.



C'est une espèce d'eau froide :
- à 20 °C sa croissance s'arrête
- à 22-23 °C elle est dans un état semi-comateux.



Elle est capable de produire des sons grâce à sa vessie natatoire (en contractant des muscles situés dans une petite zone de la surface latérale).

Informations complémentaires

C'est un poisson très recherché pour la qualité de sa chair et de son foie.
Un dicton ancien précise :
"Pour un foie de lotte, un homme donnerait sa cotte, un évêque sa calotte et une femme sa culotte."



En plongée, c'est un poisson qui se laisse très facilement approcher.

Réglementation

Présente sur la Liste rouge des espèces menacées en France : statut "Vulnérable".
En Belgique, elle est partiellement protégée et sa pèche est interdite toute l'année.

Origine des noms

Origine du nom français

Lotte : du gaulois [lotta]

Origine du nom scientifique

Lota : du gaulois [lotta]

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Paracanthopterygii Paracanthoptérygiens
Ordre Gadiformes Gadiformes Présence d’un barbillon mentonnier (peut être absent). Inclut les morues, aiglefins (haddocks), merlans, tacauds, mostelles, lieus, etc.
Famille Lotidae lotidés

Une à trois nageoires dorsales et une nageoire anale. Barbillon mentonnier toujours présent. Nageoire caudale arrondie. FishBase.

Genre Lota
Espèce lota

Nos partenaires