Ver léopard

Hesione splendida | Lamarck, 1818

N° 1329

Espèce cosmopolite

Clé d'identification

Corps cylindrique
Dos brun-rouge, orné de petites raies transversales claires
Tête ornée de huit paires de cirres tentaculaires
Cirres dorsaux très longs et bien visibles

Noms

Noms communs internationaux

Leopard worm (GB), Pantherwurm (D), Luipaardworm (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Hesione festiva Savigny in Lamarck, 1818
Hesione pantherina Risso, 1826
Hesiona sicula
Delle Chiaje, 1830
Hesione savignyi Costa, 1841
Hesiona steenstrupi
Quatrefages, 1886
Hesione ehlersi
Gravier, 1900

Distribution géographique

Espèce cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique

Hesione spendida est cosmopolite. Elle est rencontrée en Méditerranée, en Manche, en Atlantique, en mer Rouge et dans le Pacifique (présente en Nouvelle-Calédonie et en Australie).

Biotope

L'espèce est rencontrée sous les pierres ou parmi les herbiers ; elle est parfois également présente sur les fonds vaseux (jusque dans les ports, semble-t-il).

Description

Hesione spendida est une annélide polychète errante facilement reconnaissable. Le corps cylindrique à segments indistincts sauf sur les flancs peut atteindre 5 à 6 cm de longueur. Le dos est brun-rouge ou gris, orné de petites raies transversales claires. La tête porte 4 yeux, deux petites antennes et huit paires de cirres* tentaculaires. De longs cirres dorsaux annelés sont présents au-dessus des parapodes*. Il y a seize paires de parapodes, terminés par de fortes touffes de soies. La trompe exsertile* est lisse.

Espèces ressemblantes

Il n'y a pas d'espèce semblable dans nos eaux.

Alimentation

Comme les autres Hésionidés de « grande » taille, Hesione spendida est carnivore. L'espèce repère ses proies à l'aide de chémorécepteurs* et, en particulier, par utilisation de ses longs cirres tentaculaires.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés chez cette espèce. La littérature indique qu'un hermaphrodisme* successif, protandre*, peut être rencontré. La reproduction se produirait chez des sujets âgés de deux ans au moins. Les individus survivent à la période de reproduction et peuvent donc se reproduire plusieurs fois. Les larves* sont planctotrophiques* et restent dans le plancton* pendant environ deux mois.

Vie associée

Comme beaucoup d'annélides, Hesione spendida peut être parasitée par des grégarines, invertébrés unicellulaires et macroscopiques.

Informations complémentaires

Hesione spendida est un ver fragile, qu'il faut éviter de manipuler. Les cirres dorsaux ne résistent généralement pas à la manipulation (on ne les voit donc pas sur les espèces conservées). Cette espèce est apparemment sensible à l'eutrophisation* (sa présence diminue dans les milieux eutrophes).

Origine des noms

Origine du nom français

Nous proposons le nom "ver léopard", tiré du nom latin, en référence aux colorations du corps.

Origine du nom scientifique

Hesione était une Océanide, fille d'Oceanus et Téthys. Elle épousa Prométhée. Le nom des Océanides, ces nymphes des eaux, a souvent été utilisé par les biologistes (Beroe, Amphitrite, Dione, Electra...).
pantherina provient du nom du léopard (panthera), en raison de la présence de taches sur le corps de ce ver rappelant celles du félin.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Errantia Annélides Polychètes Errantes

La tête porte plusieurs organes sensoriels et des mâchoires. Animaux très mobiles et prédateurs. Parapodes biramés avec un notopode et un neuropode, chaque lobe du parapode a des baguettes squelettiques (acicule) liant le muscle parapodial aux lobes et aux soies ; cirres parapodiaux dorsaux et ventraux ; deux ou trois palpes sur le prostomium.

Ordre Phyllodocida Phyllodocides

Tous les segments sont identiques, les parapodes sont saillants, bien développés, les soies longues (souvent composées). La région céphalique et les organes sensoriels sont bien développés, la trompe est souvent armée de mâchoires.

Sous-ordre Nereidiformia Néreidiformes
Famille Hesionidae Hésionidés Polychètes possédant 2 ou 3 antennes, 4 yeux. Les segments 1 à 4, généralement fusionnés au prostomium, portent chacun 2 paires de cirres tentaculaires. Parapodes uniramés ou biramés. Trompe exsertile avec ou sans mâchoires cornées.
Genre Hesione
Espèce splendida

Nos partenaires