Mérou gris

Epinephelus caninus | (Valenciennes, 1843)

N° 1004

Méditerranée, Atlantique tropical Nord-Est

Clé d'identification

Corps ovale, massif et robuste
Coloration argentée à brune, avec parfois 4 à 5 bandes verticales
Deux lignes obliques sombres partant de l'œil vers l'opercule
Bouche large, légèrement pointue exhibant ses canines
Queue tronquée bordée de blanc, mais non concave

Noms

Autres noms communs français

Mérou noir (surtout utilisé en Atlantique), mérou à dents de chien

Noms communs internationaux

Dogtooth grouper (GB), Cernia nera (I), Mero dentón (E), Hundezahn-Zackenbarsch (D), Kirnja zubuša (CR), Grå havaborre (DK), Mero-gigante (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cerna canina (Valenciennes, 1843)
Serranus caninus Valenciennes, 1843

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique tropical Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Le mérou gris est une espèce subtropicale commune sur les côtes africaines atlantiques. On le trouve de l'Angola au sud du Portugal. Il est également présent en Méditerranée mais rare sur nos côtes. Des jeunes (moins de 50 cm) ont été observés en Corse assez régulièrement, en zone littorale (entre 10 et 30 m de fond), dans des habitats très similaires à ceux fréquentés par le mérou brun commun, Epinephelus marginatus. Toujours en Corse, des adultes de E. caninus sont parfois pêchés en profondeur, au-delà de 90-100 m. En France continentale, les observations de E. caninus, surtout des jeunes ou des sub-adultes, sont plus rares : Golfe Juan (récifs artificiels) dans les années 80, Cap Couronne (1999), Cap d’Ail et Côte Bleue (2009), Nice (2010). La première signalisation d’adultes dans les pêches profondes du golfe du Lion semble dater de 1977 (un individu de près de 27 kg par 100 m de fond au large de Sète).

Biotope

Epinephelus caninus fréquente les zones rocheuses sur des fonds sableux ou vaseux, de 30 à 400 m de profondeur. Les jeunes vivent dans des eaux moins profondes et ont plus de chances d'être observés par les plongeurs. Cette espèce a aussi été observée à plusieurs reprises dans des récifs artificiels, à Golfe Juan, Ibiza (Espagne) et à Loano (Italie).

Description

Le mérou gris est un poisson au corps ovale, massif et robuste dont la taille peut atteindre 160 cm (100 à 120 cm en moyenne) pour un poids de 57 kg.
Sa coloration est argentée à brune, avec parfois 4 à 5 bandes larges verticales plus foncées. Deux lignes obliques plus sombres, et toujours visibles, partent de l'œil vers l'opercule. Il possède une tête massive aux yeux proéminents et 3 épines operculaires bien marquées. Sa bouche est très large, légèrement pointue et la mâchoire inférieure est proéminente. Les canines sont parfois visibles, notamment quand on regarde ce mérou de face.
La nageoire dorsale est constituée de 11 épines et de 13 à 14 rayons mous. La nageoire caudale est tronquée, mais jamais concave. La partie postérieure de la nageoire dorsale, la caudale et l'anale (3 épines et 8 rayons mous) sont bordées de blanc.
Les écailles sont de type cycloïde*. Il y en a de 70 à 79 le long de la ligne latérale.

Espèces ressemblantes

Il existe plusieurs autres espèces de mérou sur nos côtes.

Le plus commun est le mérou brun, Epinephelus marginatus : tête moins pointue, queue arrondie, coloration brunâtre parfois gris foncé à gris clair, avec des taches claires irrégulières. Les grands individus sont brun uniforme et peuvent le plus facilement être confondus avec E. caninus, mais ils n'ont jamais les 2 lignes obliques sombres partant de l'œil vers l'opercule.

Les autres espèces sont plus rares sur nos côtes.

  • Polyprion americanus, cernier commun ou mérou des basques : Il est présent dans toute la Méditerranée (rare), l'Atlantique Est (rare au-delà du golfe de Gascogne) et Ouest (plus nordique). Il est de grande taille (80 cm, maximum 200 cm), avec une tête massive à profil supérieur légèrement concave, une forte crête osseuse horizontale en haut de l'opercule et des mandibules très proéminentes. Les adultes vivent en profondeur ; seuls les jeunes sont observés près des côtes, généralement sous les objets flottants et/ou dérivants. Les observations de jeunes cerniers ne sont pas rares au large de nos côtes, en particulier dans le Var. Les confusions sont donc peu probables en raison de l'habitat différent.
  • Mycteroperca rubra, mérou royal ou badèche rouge : elle se rencontre dans toute la Méditerranée, l'Atlantique central Est et Ouest. Elle est plus petite que E. caninus (20 à 40 cm, maximum 80 cm), avec une caudale tronquée, un dos brun rougeâtre foncé et des flancs plus clairs avec des lignes foncées ondulées. La badèche rouge est solitaire et fréquente les fonds sableux et rocheux. Ce mérou a un comportement différent de celui des autres espèces d'Epinephelus : les individus sont plus souvent observés au-dessus du fond ou en pleine eau, alors que les autres Epinephelus se tiennent à proximité du fond. Cette espèce semble devenir plus fréquente le long des côtes françaises, notamment en Corse où l'espèce est régulièrement observée depuis 2008 ou 2009. Très récemment (mars 2010), Mycteroperca fusca, a été capturée sur les côtes israéliennes. Cette espèce, originaire d'Atlantique (Açores, Madère, Canaries, Cap Vert) n'a pas été observée ailleurs en Méditerranée malgré une entrée probable par Gibraltar. La confusion avec M. rubra est une des explications possibles à cette absence de signalisation antérieure.
  • Epinephelus costae, mérou badèche : c'est une espèce méditerranéenne mais exceptionnelle sur la côte provençale et catalane. De grande taille (30 à 70 cm, maximum 140 cm), il a un corps assez allongé avec une caudale tronquée ou à bord concave chez les adultes. Il est de couleur brun jaunâtre à brun sépia avec une série de lignes longitudinales plus foncées sur le corps et 2 lignes sombres, obliques, sur l'opercule (jeunes). Outre des vieilles mentions de E. costae dans la région niçoise faites par Risso à la fin du 19ème siècle, les observations récentes datent de la fin des années 80 dans le parc national de Port-Cros, dans la réserve naturelle de Scandola en Corse et plus récemment dans le parc marin de la Côte Bleue.
  • Epinephelus aeneus, mérou blanc : exceptionnel sur les côtes françaises, il est plus fréquent dans le sud de la Méditerranée. Il est supposé présent sur la façade Atlantique jusqu'aux îles Britanniques.

Alimentation

Le mérou gris est carnivore. Il se nourrit de poissons, crustacés et mollusques.

Reproduction - Multiplication

Epinephelus caninus est une espèce hermaphrodite* protogyne* d'abord femelle puis mâle. La reproduction a lieu de mars à août. La fécondation est externe et les œufs sont pélagiques.

Divers biologie

En comparaison avec Epinephelus marginatus et E. aeneus, la biologie de E. caninus est très mal connue, probablement en raison de son plus faible intérêt commercial (du moins en Méditerranée) ou de sa distribution plus en profondeur.

Informations complémentaires

La longévité de cette espèce est importante. Un individu âgé de 55 ans a été capturé à Majorque en 2003.

La plupart des mérous de par le monde ont un intérêt commercial important. Ils sont souvent pêchés en excès et leurs populations diminuent. Pour compenser ce phénomène, plusieurs pays se sont lancés dans la reproduction et l'élevage de mérous.
En Méditerranée des essais d'élevage de Epiphephelus caninus ont été tentés mais ne semblent pas concluants.
Le mérou gris est pêché en Méditerranée et sur les côtes africaines. Il est notamment très présent sur les marchés au Sénégal.

Réglementation

La pêche et la taille minimale de capture du mérou gris sont réglementées dans plusieurs pays.

Cette espèce est concernée par :

  • l'Arrêté préfectoral n °2013357-0001 du 23/12/2013 pour la Région Corse relatif à la règlementation de la pêche de différentes espèces de mérous dans les eaux territoriales interdisant pour 10 ans la pêche sous-marine, la pêche maritime de loisir au moyen d'hameçons, lignes, palangres et palangrottes.
  • l'Arrêté préfectoral n °2013357-0004 du 23/12/2013 pour la Région Provence Alpes Côte d'Azur relatif à la règlementation de la pêche de différentes espèces de mérous dans les eaux territoriales interdisant pour 10 ans la pêche sous-marine, la pêche maritime de loisir au moyen d'hameçons, lignes, palangres et palangrottes, ainsi que la pêche paritime professionnelle au moyen d'hameçons, lignes, palangres et palangrottes.

Dans les eaux territoriales non concernées par ces arrêtés préfectoraux, la taille minimale de pêche de la badèche est réglementée par l'Annexe III du Conseil du 21 décembre 2006 concernant des mesures de gestion pour l'exploitation durable des ressources halieutiques en Méditerranée, qui impose une taille minimale de 45 cm pour toutes les espèces du genre Epinephelus.

Le mérou gris est classé dans la liste rouge 2010 UICN sous le statut DD (data deficient). Cela veut dire que l'on ne dispose pas assez d'informations pour évaluer directement ou indirectement son risque d'extinction.

Le mérou gris est aussi inscrit depuis 2015 sur la Liste Rouge Européenne des espèces évaluées par l'UICN (union Internationale pour la Conservation de la Nature) au statut LC (Least Concern, soit peu préoccupante).

Origine des noms

Origine du nom français

Mérou vient de l'espagnol : mero.

Gris : fait référence à sa couleur.

Origine du nom scientifique

Epinephelus : du grec [epi] = sur et [nephelus] = nuage, "couvert de nuages" est une bonne description de la robe foncée, parsemée de taches claires, disposées irrégulièrement sur tout le corps.

caninus : vient de canine (du latin [canis] = chien), dent pointue particulièrement développée chez certains mammifères, notamment chez les chiens.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Serranidae Serranidés 1 à 3 épines sur l’arrière de l’opercule.
Genre Epinephelus
Espèce caninus

Nos partenaires