Albatros hurleur

Diomedea exulans | Linnaeus, 1758

N° 4220

Circumpolaire dans les mers australes

Clé d'identification

Taille 1,07 m à 1,35 m
Envergure maximum 3,51 m
Dos blanc, queue blanche avec bordures noires
Dessous des ailes blanc, extrémité noire
Pattes et doigts palmés gris pâle
Bec rose pâle

Noms

Autres noms communs français

Grand albatros

Noms communs internationaux

Wandering albatross (GB), Albatro urlatore (I), El albatros viajero o errante (E), Wanderalbatros (D), Albatroz-errante (P), Grote albatros (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Diomedea exulans exulans, Linnaeus, 1758

Distribution géographique

Circumpolaire dans les mers australes

Zones DORIS : Indo-Pacifique

L'aire géographique s'étend habituellement entre les 60e et 30e degré de latitude sud : au sud des océans Pacifique, Atlantique, Indien, Austral. Il niche dans les îles subantarctiques : Gough, Amsterdam, Auckland, Antipodes, Marion, Crozet et Kerguelen.

Biotope

Les albatros passent presque toute leur vie dans les airs en se laissant porter par les vents. Ils atteignent des îles isolées couvertes d'herbes pour se reproduire.

Description

C'est le plus grand, le plus lourd et le plus blanc des albatros. Il mesure 1,07 m à 1,35 m, ses ailes sont longues et étroites ; l'envergure maximale est de 3,51 m. Il pèse de 6 à 12 kg. Le bec rose pâle avec des extrémités jaunâtres, mesure de 150 mm à 180 mm. Son plumage est principalement blanc ainsi que ses ailes, à l'exception des rémiges* qui sont noirâtres et ponctuées de taches blanches. Le dos est blanc, la queue est blanche avec des bordures noires. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont gris pâle.
Le plumage des juvéniles est brun chocolat, leur face et la partie inférieure de leurs ailes sont blanches et leur bec est rose. On note l’absence de bord sombre sur le bec. Le plumage adulte est acquis vers l'âge de 20 ans.

Espèces ressemblantes

L'albatros hurleur se différencie des autres espèces d'albatros qui ont tous le dos et le dessus de l'aile sombre et la queue noirâtre.

Le pétrel géant Macronectes giganteus présente successivement deux formes distinctes de plumage : une sombre et une claire. Le plumage s'éclaircit avec l'âge. Son bec est rosâtre, avec une extrémité vert clair. Son envergure varie de 1,85 m à 2,05 m.

L'albatros royal Diomedea epomophora se différencie des albatros hurleurs par un large bec rose au bord sombre. Son envergure peut atteindre jusqu'à 3,50 m. La tête, le corps, le dos et la partie inférieure des ailes sont blancs.

Alimentation

L'albatros hurleur se nourrit de calmars, de poissons, de crustacés et de mollusques. Il se pose sur l'eau et nage en surface vers ses proies, il peut occasionnellement plonger. Opportuniste, il peut suivre les chalutiers pour récupérer les déchets de poissons.
Les albatros sont très souvent victimes des palangres lorsque les appâts flottent en surface.
Lorsqu’ils avalent les déchets en plastique en mer qu'ils prennent pour des poissons, ils en meurent, ne pouvant les digérer.

Reproduction - Multiplication

C'est un oiseau très fidèle, une fois son partenaire choisi il reste avec lui toute sa vie. Les nids sont espacés de plusieurs mètres. Le grand albatros quitte son nid pour une période d'environ trois semaines à la recherche de nourriture. La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 8 ans. L'albatros s'accouple tous les 2 à 3 ans. Les parades sont très bruyantes. C'est une parade très visuelle, les oiseaux se saluent et entrechoquent leurs becs. La femelle pond un œuf unique d'environ 540 g et élève son poussin avec son partenaire. Le poussin quitte le nid lorsqu'il atteint la taille de ses parents.

Divers biologie

Le rythme cardiaque de l’albatros hurleur double dès la détection de la présence humaine à proximité de son nid.

Informations complémentaires

La plupart des albatros effectuent des plongées peu profondes n'excédant généralement pas 10 m de profondeur.

La longévité moyenne est de 60 ans.

Réglementation

L'arrêté du 14 août 1998 fixe sur tout le territoire national des mesures de protection des oiseaux représentés dans les Terres australes et antarctiques françaises.

L'albatros hurleur est protégé au niveau international dans le cadre de l'Annexe III de la convention de Berne (19 septembre 1979), relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe.

Dans le statut de conservation UICN, il est classé en « vulnérable ».

Origine des noms

Origine du nom français

Albatros de l'arabe [al-gattas] = espèce d'aigle marin. Du latin [albus] = blanc
hurleur : il pousse des cris perçants lorsqu'il se bat avec un congénère pour obtenir sa nourriture, défendre son territoire ou gagner les faveurs de sa femelle.
Grand albatros : par rapport à sa grande envergure.

Origine du nom scientifique

Le terme diomedea fait référence à Diomède (mythologie grecque), roi d'Argos et l'un des héros grecs de la guerre de Troie.
Exulans du latin [exulans] = errant, en exil, par analogie avec ses grands voyages.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Classe Aves Oiseaux Vertébrés à plumes, ovipares. Les membres antérieurs sont transformés en ailes.
Ordre Procellariiformes Procellariiformes Oiseaux marins pourvus de narines tubulaires externes. Les sens olfactifs (odorat et goût) sont très développés. Ils sont équipés de glandes nasales qui excrètent le sel.
Famille Diomedeidae Diomédéidés
Genre Diomedea
Espèce exulans

Nos partenaires