Chironomidés

Chironomidae (famille) | Newman, 1836

N° 2593

Cosmopolite

Clé d'identification

Imago (adulte)
Insecte (6 pattes) ressemblant à un moustique
Une paire d'ailes longues et étroites ne dépassant pas l'abdomen
Larve
En forme de ver de maximum 30 mm
Tête distincte
Deux pattes atrophiées sur le premier segment thoracique
Deux appendices sur le dos de l'avant-dernier segment abdominal
Souvent de couleur rouge

Noms

Autres noms communs français

Ver de vase, ver de vase rouge, chironome

Noms communs internationaux

Chironomids, non-biting midges, bloodworm (GB), Chironomidi, chironomi, vermi sanguigni, vermi rossi dei pescatori (I), Quironómidos (E), Zuckmücken, Tanzmücken, Schwarmmücken, Zuckmückenlarve (D), Dansmuggen, vedermuggen, rode muggenlarve, bloedworm (NL)

Distribution géographique

Cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Eau douce, Indo-Pacifique, Caraïbes, Atlantique Nord-Ouest

Cosmopolite aussi bien en eau douce qu'en mer, et même en Antarctique (genre Belgica).
En Europe, il y a environ 1500 espèces.
En France, on dénombre 400 espèces.

Biotope

La plupart des espèces vivent dans les fleuves, les rivières et les lacs (jusqu'à 200 m de profondeur). Elles préfèrent généralement les cours d'eaux lents, des étangs aux fontaines. Quelques espèces fréquentent les eaux saumâtres ou la mer dans la zone intertidale* (les genres Clunio, Thalassomyia, Thalassosmittia, Semiocladius et Tethymyia) voire même la mer en profondeur (le genre Pontomyia). Il existe aussi un certain nombre d'espèces purement terrestres qui ne sont pas documentées dans cette fiche.
Généralement, la larve vit dans la vase au fond de l'eau. Cependant certaines espèces percent une galerie dans une feuille de plante aquatique et quelques-unes vivent dans des coquilles de gastéropodes (commensales ou parasites).
On observe souvent les grands Chironomidés en nombre important dans les eaux assez polluées.

Description

Imago (adulte)
Insecte (donc 6 pattes) d'une taille de 1 à 12 mm et ressemblant superficiellement à un moustique. La couleur du corps est gris à noir. Les ailes (une paire) transparentes, longues et étroites ne dépassent pas la pointe de l'abdomen. Lorsqu'il est posé, ses pattes antérieures sont relevées au-dessus de la tête et maintenues en avant par des mouvements brusques.
Les mâles ont des grandes antennes plumeuses et forment des essaims (parfois de grandes nuées).
Les Chironomidés ne piquent pas et sont dotés de pièces buccales réduites.

Larve
Le corps allongé, en forme de ver, peut atteindre une longueur de 30 mm. On distingue clairement une tête (cf. remarque infra), trois segments thoraciques et neufs segments abdominaux. De couleur blanchâtre, jaunâtre, rouge ou verte suivant les espèces, la larve se reconnaît à ses deux pattes atrophiées sur le premier segment thoracique et à ses deux appendices servant au déplacement présents sur le dos de l'avant-dernier segment abdominal. Tous les autres segments sont apodes* (sans pieds). Elle rampe lentement, parfois comme une chenille arpenteuse.
NB : chez certaines espèces la tête porte une paire d'antennes.

Espèces ressemblantes

Imago (adulte)
Moustiques : les ailes sont plus longues que l'abdomen.
Tipules ou Cousins : de l'ordre des Diptères également, les tipules ont leurs ailes posées sur leur dos comme les Chironomidés mais sont plus robustes et leur trompe est plus développée.

Larve
La présence d'une tête, de deux pattes atrophiées sur le premier segment et de deux appendices sur le dos du dernier segment permet de la distinguer des vers annélides (tels les lombrics), des sangsues et des vers plats.
Moustiques : les larves de moustiques se tiennent souvent en surface, contrairement à celles des Chironomidés.

Alimentation

Imago
Chez la plupart des espèces, l'adulte ne se nourrit pas. Chez quelques-unes, il consomme du nectar ou du miellat. Il ne se nourrit jamais de sang (ne pique pas).

Larve
L'alimentation est surtout composée de micro-nutriments tels des bactéries, des algues, du plancton et des déchets organiques. Cependant les espèces de la sous-famille des Tanypodinés sont carnivores.

Reproduction - Multiplication

Espèces d'eau douce
Les mâles adultes (imagos) forment des essaims tournoyants en forme de boule ou de cône à proximité des sites d'émergence. Ces essaims très caractéristiques peuvent atteindre une taille de plusieurs mètres et une densité telle que de loin ils ressemblent à de la fumée. Une femelle prête à s'accoupler entre dans une de ces boules où elle rencontre rapidement un partenaire. En effet, les antennes plumeuses du mâle sont dotées d'organes de perception acoustique, comme bon nombre de ses cousins diptères, et qui lui permettent de reconnaître le vol des femelles. Généralement, l'accouplement commence en plein vol pour se terminer au sol. Le mâle transfère un spermatophore* à la femelle (cf. remarque infra).
Immédiatement après l'accouplement, elle pond en une seule fois jusqu'à plusieurs centaines d'œufs arrondis et bruns dans une enveloppe gélatineuse translucide jaunâtre ou légèrement orangée. Ils sont disposés en paquets ou en rubans collés par une extrémité à la berge, à des pierres, à des plantes ou autour d'objets flottants. Les œufs se gonflent d'eau.
L'éclosion a lieu après quelques jours.
La larve qui en sort mène une vie aquatique généralement dans la vase. Une fois sa maturité atteinte, elle quitte son habitat, remonte à la surface et se transforme en nymphe*.
La nymphe ressemble à une larve ayant une touffe de branchies sur la tête et des bourgeons d'ailes sur les côtés du thorax. Elle reste suspendue sous la surface de l'eau par ses branchies et ses soies. Le stade nymphe ne dure que quelques heures. Ensuite, elle utilise ses branchies plumeuses et ses soies pour percer la surface. De l'air s'introduit alors entre la peau de la nymphe et l'imago qui peut ainsi émerger en tant qu'adulte et s'envoler.
Généralement, il n'y a qu'une génération par an. L'imago vit au plus quelques jours à une période précise de l'année selon l'espèce (la période sert parfois de clé de détermination) alors que la larve vit le reste de l'année et hiverne.

Espèces marines
- Genre Clunio
En Méditerranée, il y a des émergences en masse entre minuit et l'aube lors des nuits de pleine lune ainsi que deux semaines après la pleine lune. Ces périodes coïncident avec des marées particulièrement basses. Les mâles émergent un peu avant les femelles.
Dans les zones arctiques telles la Norvège, il n'y a pas de rythme lié à la lune. Les émergences se font à marée descendante.
La femelle est dépourvue d'ailes alors que le mâle les a généralement bien développées (quelques espèces font exception avec un mâle peu ou pas muni d'ailes). Le mâle a de grandes pinces génitales lui permettant d'agripper et d'extraire l'imago femelle de sa nymphe (cependant, la femelle est également capable d'en sortir seule). Il la remorque ensuite et l'accouplement doit avoir lieu dans les deux heures qui suivent l'émergence. La femelle meurt directement après la ponte.
- Genre Thalassomyia
Il n'y a pas d'émergence de masse mais les imagos peuvent vivre plusieurs jours et attendre une marée basse favorable à leur ponte.


NB : il y a aussi des cas de parthénogenèse* (femelle pondant des œufs non fécondés par un mâle).

Vie associée

Les Chironomidés sont particulièrement utiles en raison de la capacité d'adaptation de leurs larves à des milieux difficiles où elles peuvent atteindre des densités de population élevées, pour ensuite servir d'aliment aux poissons et à d'autres prédateurs des eaux douces tels des crustacés, des hydracariens et divers insectes. Les adultes sont utilisés par de nombreux oiseaux pour nourrir leurs poussins.

Les larves des genres Clunio et Pontomyia sont parfois épibiontes* de carapaces de tortues marines. Ce "transport" est peut-être un moyen important de dispersion de ces espèces.

Divers biologie

Larve
Généralement la larve dispose de deux glandes à soie qui lui permettent de tapisser sa galerie. Elle fabrique ainsi un fourreau le plus souvent en forme de U dont les deux extrémités forment des cheminées à la surface de la vase. Chez certaines espèces le fourreau est conique avec une seule ouverture, quelques espèces creusent leur galerie dans les feuilles de plantes aquatiques, et celles de la sous-famille des Tanipodinés se déplacent librement.
La respiration se fait essentiellement par la peau mais la larve dispose aussi, suivant l'espèce, de deux ou trois paires de tubes fins sur les avant-derniers segments abdominaux. Les espèces vivant dans la vase qui est un milieu anoxique* (pauvre en oxygène), utilisent l'hémoglobine pour fixer l'oxygène ce qui leur donne leur fameuse couleur rouge.

Informations complémentaires

La larve est très résistante à la pollution (mais moins que les vers du genre Tubifex). Elle contribue à ameublir, aérer et oxygéner la couche superficielle de vase et de sédiment des plans d'eau. Dans les petites rivières très polluées par de la matière organique (égouts, rejets insuffisamment épurés de papeteries ou d'abattoirs ou d'unités agroalimentaires), il y a souvent d'énormes pullulations de Chironomidés (100 000 individus au mètre carré).

Chez certaines espèces, la larve possède une paire de glandes salivaires contenant des chromosomes géants qui sont facilement observables au microscope optique. Ce qui en fait un matériel d'études scientifiques très utilisé depuis très longtemps.

Elle est produite en grandes quantités pour l'alimentation des poissons en aquariophilie.

Origine des noms

Origine du nom français

Chironomidés : exacte traduction du nom scientifique.
Ver de vase rouge : en allusion aux espèces dont les larves vivent dans la vase et utilisent l'hémoglobine pour fixer l'oxygène dissous dans l'eau.

Origine du nom scientifique

Chironomidae : du grec [chironomia] = art d'user des gestes de la main lors d'un discours ; en allusion à sa posture quand il est posé avec ses pattes antérieures relevées au-dessus de la tête et maintenues en avant par des mouvements brusques.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Hexapoda Hexapodes Arthropodes à six pattes. Ce sont les insectes au sens large.
Classe Insecta Insectes Hexapodes terrestres et dulcicoles possédant trois paires de pattes et deux paires d’ailes (sauf chez les Diptères).
Sous-classe Pterygota Neoptera Ptérygotes Néoptères Insectes ailés dont les ailes sont rabattues au repos. L'immense majorité des insectes.
Ordre Diptera Diptères
Famille Chironomidae Chironomidés
Genre Chironomidae
Espèce (famille)

Nos partenaires