Baleine bleue

Balaenoptera musculus | (Linnaeus, 1758)

N° 1823

Mondiale, sauf mers semi-fermées

Clé d'identification

Long corps massif et effilé d'une taille comprise entre 24 et 26 m
Tête aplatie en forme de U de couleur unie ardoise
Petite nageoire dorsale
Longues nageoires pectorales
Corps de couleur ardoise foncé ou clair, généralement tacheté

Noms

Autres noms communs français

Rorqual bleu, grande baleine bleue, grand rorqual, rorqual de Sibbald, baleine ventre de souffre, baleine d'Ostende, ventre d'argent

Noms communs internationaux

Blue whale, sulphur-bottom whale, Sibbald's rorqual (GB), Balenottera azura (I), Ballena azul, rorcual azul (E), Blauwal, GroBer Nordlicher Firchenwal, Schanelwal, Riesenwal, Breitmaulige, Furchenwal, Sibbald's Furchenwal (D), Tunnullik (Inuit), Shironagasu kujira (Japonais), Blahvalur (Islandais), Blaahaval (Norvégien), Sinii kit (Russe)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sibbaldus sulphereus (Sibbald, 1692)
Balaena musculus (Linnaeus, 1758)
Sibbaldius musculus (Linnaeus, 1758)
Sibbaldus musculus (Linnaeus, 1758)
Sibbaldus (Balaenoptera) musculus
Balaenoptera sibbaldi (Van Beneden, 1887)

Distribution géographique

Mondiale, sauf mers semi-fermées

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

La répartition de la baleine bleue est mondiale et on peut la rencontrer dans l'ensemble des océans de la planète.

La baleine bleue réalise néanmoins des migrations saisonnières de plusieurs milliers de kilomètres entre les eaux tropicales où elle se trouve l'hiver et les eaux des continents Antarctique et Arctique où elle passe l'été.

L'espèce Balaenoptera musculus est divisée en plusieurs sous-espèces :
- B
alaenoptera musculus musculus (Linnaeus, 1758) qui se subdivise en 2 populations, l'une de l'Atlantique Nord, l'autre du Pacifique Nord. On distingue dans chacune de ces populations deux groupes qui partagent des localisations différentes.
- Balaenoptera musculus brevicauda (Ichihara, 1966), qui forme une population de l'océan Indien.
- Balaenoptera musculus intermedia (Burmeister, 1971) qui forme une population de l'Antarctique constituée de plusieurs groupes. L'un de ces groupes aurait été aperçu le long des côtes du Chili.
- enfin, Balaenoptera musculus indica (Blyth, 1859) serait, selon certains scientifiques une quatrième sous-espèce de l'océan Indien et selon d'autres une confusion avec B. m. brevicauda.

Il est possible d'observer les baleines bleues près des côtes entre avril et décembre, comme par exemple dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent (Canada). Une partie de la population du Pacifique Nord a été aperçue plusieurs fois en hiver en mer de Cortez (golfe de Californie) et le long du Costa Rica. En été, ces mêmes individus se retrouvent au large des côtes de Californie, de la Colombie Britannique et de l'Alaska.
Dans l'Atlantique Nord-Est, les baleines bleues évoluent entre les Açores, l'Irlande, le détroit du Danemark, au nord de la Norvège, jusqu'à Spitzberg. Deux baleines bleues en train de s'alimenter ont été repérées en 2008 à l'ouest de l'Irlande, une des zones probables d'alimentation pour les baleines de l'Atlantique Nord-Est.
Dans l'hémisphère sud on peut voir des baleines bleues au large des côtes de l'Australie, de Madagascar, des Maldives, du Chili et du Sri Lanka.

Malgré les technologies de balisage modernes, les déplacements migratoires des baleines bleues sont très peu connus.

Biotope

La baleine bleue est une espèce pélagique qui ne vient que rarement sur les côtes, passant les trois quarts de son temps au bord des plateaux côtiers loin des côtes ou en pleine mer, selon des statistiques de capture des stations baleinières. Elle est généralement observée sur des fonds compris entre 200 et 2 000 m de profondeur.

Description

La baleine bleue est le plus grand mammifère qui existe sur Terre mais également le plus grand qui ait jamais existé. Son corps est long et massif, sa taille est comprise entre 24 et 26 m, son poids est d'environ une centaine de tonnes. Sa tête est plate en forme de U, de couleur unie ardoise et mesure 6 à 7 m de long. L'ensemble du corps, sauf la tête et la queue, est généralement tacheté. Il est de couleur dominante ardoise foncé ou claire. Les taches sont claires si la couleur dominante du corps est ardoise foncé, et foncées sinon.

La baleine bleue possède de longues nageoires pectorales dont le dessous est blanc. Elles peuvent atteindre 15% de la longueur de l'animal. La nageoire dorsale peut présenter des formes variées, de triangulaire à falciforme* (en forme de lame de faux). Elle est située aux environs des trois-quarts du corps, et est généralement petite, mesurant une trentaine de centimètres. La nageoire caudale est grande et puissante, pouvant mesurer de 6,5 m à 7,5 m de large pour une superficie de 10 m² environ. Elle lui permet d'avancer en ondulant son corps par des mouvements très fluides.

Un renflement de chair forme une protection à l'avant des deux évents* symétriques qui jouent le rôle de narines et permettent la respiration. Lors de la respiration en surface, les évents et le renflement sont très visibles. Lorsque les évents sont fermés, la protubérance est beaucoup moins marquée. Le jet d'air, ou souffle, propulsé au travers des narines internes et des évents est composé d'air saturé en vapeur d'eau, probablement dû à la pression de détente créée lors de l'expulsion. Le souffle est très bruyant et puissant : il peut atteindre des hauteurs comprises entre 6 et 12 mètres.

Sous la gorge, la peau forme des sillons ou plis ventraux, dont le nombre varie de 55 à 118. La bouche de la baleine bleue est remplie de grands fanons* noirs.

La baleine bleue est l'animal qui produit les sons les plus graves et les plus puissants au monde.

Espèces ressemblantes

Balaenoptera physalus, le rorqual commun, est plus petit que la baleine bleue. Sa taille moyenne varie de 18 m à 20 m. Par ailleurs, il se différencie de la baleine bleue selon les critères suivants : chez B. physalus
- le renflement de chair à l'avant des évents* est plus réduit,
- la coloration de la tête est dissymétrique, avec le côté inférieur droit blanc et le côté gauche noir,
- le crâne est moins plat et moins arrondi.

La sous-espèce B. m. brevicauda est plus petite que les sous-espèces B. m. musculus et B. m. intermedia. Sa taille maximum est de 24 m. Son nom commun français est "baleine bleue pygmée". Par ailleurs, elle présente les particularités suivantes : sa tête est plus large, les fanons sont plus larges et plus courts, la nageoire caudale est plus petite.

Alimentation

La baleine bleue se nourrit essentiellement de petites crevettes planctoniques des eaux froides faisant partie du zooplancton, les euphausides, appelées communément "krill".

La baleine filtre le krill à l'aide de fanons*. Ce sont des lames composées de kératine et bordées de poils raides et fins qui garnissent la mâchoire supérieure. Ils sont au nombre de 270 à 395 par côté, de couleur noire et mesurent entre 50 cm et 1 m. Ils sont espacés de 15 à 25 mm, et retiennent ainsi des crustacés de taille relativement importante comprise entre 25 mm et 50 mm.

Le krill constitue des bancs immenses, constitués de plusieurs tonnes de crevettes. La baleine, suivant les mouvements du krill, se nourrit en surface la nuit, et en profondeur, jusqu'à 500 mètres environ, la journée. Une fois le banc repéré, elle accélère son allure, se positionne généralement sous le banc, la gueule grande ouverte, pour en engouffrer le maximum. Par la pression de l'eau, et grâce aux sillons ventraux, les tissus buccaux vont se détendre. La langue est repoussée au fond de la cavité buccale. La gorge ainsi déployée pourra mesurer jusqu'à 8 m de diamètre. La baleine referme ensuite sa gueule pour emprisonner le krill en suspension dans l'eau et utilise son énorme langue et les puissants muscles peauciers situés sous les plis ventraux pour repousser et filtrer l'eau à travers ses fanons et l'espace ouvert entre les 2 lèvres. Ce système de filtration sous haute pression permet de filtrer des volumes d'eau considérables en un temps très court. Un rorqual de 150 tonnes peut ainsi capter de 50 à 70 tonnes d'eau en une seule fois.
Le krill ainsi emprisonné est filtré dans sa gueule, puis ingéré.

La séquence qui permet aux aliments d'arriver à l'œsophage est méconnue. Des ondulations provenant de la contraction des muscles de la langue pourraient y contribuer. Les différentes chambres qui forment l'estomac, très proche de celui des ruminants, vont permettre la décomposition des aliments. L'avant-estomac ou première chambre peut contenir jusqu'à une tonne de krill. La nourriture y est broyée et en partie lysée, puis passe dans les compartiments de l'estomac principal où les aliments sont digérés. Le reste du bol alimentaire passe ensuite à travers les 150 mètres d'intestins.

La baleine bleue ingère environ 3 à 4% de son propre poids par jour durant la saison d'alimentation et 1,5 à 2% par jour, en moyenne sur l'année. Cela représente environ 4 tonnes maximum de krill par jour, soit 40 millions d'euphausides. Environ 80 "filtrations" sont nécessaires pour récolter 4 tonnes de krill. Durant les 120 à 150 jours d'alimentation dans les zones froides, la baleine bleue augmente son poids d'environ 49%, et emmagasine ainsi une grande partie de l'énergie nécessaire à sa longue migration.

La méthode de capture du krill nécessite beaucoup d'énergie. Aussi, les plongées sont limitées à de petites aires de capture de quelques km², qui doivent être abondantes en proies. La stratégie de la baleine bleue pour se nourrir n'est pas connue, contrairement à la baleine à bosse Megaptera novaeangliae. Néanmoins, le patchwork de la coloration de peau de la baleine bleue serait un camouflage de prédateur lui permettant de se mêler dans les bancs de krill très évasifs. Il a été observé que la baleine bleue évite les bancs de krill qui sont déjà la proie des sardines et qu'occasionnellement, elle se nourrit de crabes pélagiques comme les crabes rouges.

Reproduction - Multiplication

Les mâles et femelles sont polygames. Différencier les mâles des femelles est pratiquement impossible lors d'observations, sauf si le baleineau est avec la mère. Les accouplements ont lieu de la fin de l'automne jusqu'à la fin de l'hiver. Les femelles ont une portée d'un petit tous les 2 à 3 ans. Les mises bas ont lieu en novembre et décembre dans des lieux inconnus à ce jour, au bout d'une gestation qui dure environ 10 mois, au maximum 11 mois. A partir d'un ovule fécondé pesant 0,005 mg, le fœtus atteint le poids d'environ 700 kg vers 9 mois, pour atteindre à la naissance une longueur d'environ 5 à 7 m et un poids de 2,7 à 3,5 tonnes. Au début de sa formation, le très jeune embryon de la baleine bleue ne possède pas encore ses nageoires.

Plusieurs fois par jour, la femelle va allaiter le baleineau qui va ingurgiter environ 190 à 300 litres d'un lait très gras contenant de 35% à 50% de graisses, 13% de protéines, 14% de sel minéraux. Le baleineau ne tète pas le lait, celui-ci lui est injecté dans la gueule par la mère. Dans les 3 premiers mois de vie du baleineau le rythme de croissance est de 3 à 4 cm et 80 à 90 kg par jour. Le baleineau est sevré entre 7 et 9 mois. Il mesure alors 14 à 16 m et pèse une vingtaine de tonnes. Durant cette période d'allaitement, la femelle va perdre environ un quart de son poids. On peut alors voir saillir la colonne vertébrale.

Les baleines bleues sont sexuellement matures vers l'âge de 5 à 10 ans. Elles atteignent alors une taille d'environ 20 mètres de long. La longueur à laquelle les baleines bleues atteignent leur maturité sexuelle et physique dans l'hémisphère nord est plus faible que pour celles de l'hémisphère sud.

Du fait de l'inversion des saisons, les baleines bleues des deux hémisphères ont peu de chance de se croiser et ont donc peu de chance de s'accoupler. Par contre, des individus hybrides issus d'un parent B. physalus et d'un parent B. musculus ont déjà été observés. Ils représenteraient 0,1 à 0,2 % de la population des baleines bleues. Ces accouplements s'expliqueraient par la rareté des rencontres entre baleines d'une même espèce compte-tenu de la diminution des effectifs suite aux chasses du siècle dernier. Les individus issus de ces accouplements ont une coloration et des proportions corporelles intermédiaires aux espèces d'origine et leur capacité à se reproduire n'est pas connue. Les mâles présenteraient un défaut de fertilité plus prononcé que les femelles.

Vie associée

De nombreux parasites vivent aux dépens de la baleine bleue. Les parasites externes sont des crustacés de la famille des cirripèdes, des copépodes et malacostracés.
Les parasites internes qui se fixent généralement dans la peau, dans l'estomac, le foie, les intestins et les parties génitales sont des plathelminthes de la classe des Trématodes et des Cestodes, des Nématodes et des vers appelés Acanthocéphales.
Le nom de baleine "ventre de souffre", souvent employé par les baleiniers pour nommer la baleine bleue, est dû à la couleur jaune de la peau du ventre. Ce jaune est la couleur des diatomées, Cocconeis cetiola, qui prolifèrent sur la baleine.

Divers biologie

Identification individuelle
Une des meilleures cartes d'identité de l'animal est le patron de pigmentation et la couleur de la peau du dos, qui diffère pour chaque individu et ne change pas durant la vie de l'animal. Ainsi, chaque individu peut être identifié grâce à une "photo-identification" sur laquelle doit figurer la nageoire dorsale afin de pouvoir situer la tête et la queue. La forme de la nageoire caudale, ainsi que les cicatrices qui s'y trouvent, permettent également de différencier les individus à condition que ceux-ci lèvent leur nageoire caudale avant de plonger (environ 16% des animaux le font).

Erreurs d'identification
Des erreurs de nomenclature et de taxonomie entre Balaenoptera musculus et Balaenoptera physalus sont à la base de nombreuses erreurs d'identification. Une de ces confusions se retrouve de nos jours sur la pancarte explicative du rorqual commun échoué en 1885 à Luc-sur-Mer (Calvados) et présenté au musée de la baleine de Luc, qui mentionne une Balaenoptera musculus alors que le squelette de rorqual exposé est bien celui de Balaenoptera physalus.

Squelette
Le squelette ne porte pas la baleine mais offre des points de fixation aux ligaments. Il pèse dans les 22 tonnes soit l'équivalent de 17% du poids du corps. La baleine bleue possède 63 ou 64 vertèbres se répartissant en 7 vertèbres cervicales, 16 thoraciques, 14 à 16 lombaires et 26 ou 27 caudales. Les vertèbres, généralement libres, peuvent se souder chez les baleines âgées. Les os sont spongieux et imprégnés de graisse sous forme d'huile. Comme pour tous les mysticètes, le crâne de la baleine bleue est symétrique. Il représente 40% de la masse totale du squelette et mesure plus de 5 m. Il est formé d'un rostre en forme de U, sur lequel sont fixées les mandibules. La main compte 4 doigts. Les 2 os pelviens, vestiges des membres inférieurs des mammifères terrestres dont les cétacés sont les descendants, mesurent 1 à 2% de la longueur du corps.

Séquence respiratoire
La baleine bleue lorsqu'elle est active réalise 8 à 15 respirations entre deux plongées, à des intervalles de 10 à 20 secondes. Le volume d'air évacué lors d'une respiration est d'environ 2 700 litres. Ces échanges d'air sont très efficaces car ils permettent à la baleine de chasser de ses poumons 80 à 90 % de l'air vicié. Le temps de plongée est de 10 à 30 minutes, la profondeur de plongée est comprise entre 100 et 600 mètres. Ces profondeurs restent modestes comparées à la taille de l'animal : 100 mètres ne représentent que 3 à 4 fois la taille de l'animal. La tête est déjà à 20-25 mètres lorsque la nageoire caudale est encore à la surface.

Vitesse de déplacement

Les lignes pures et allongées de la baleine bleue lui permettent d'avoir des mouvements rapides dans l'eau et d'être considérée comme une nageuse rapide. Lorsque la baleine se nourrit, elle avance à des vitesses de 2 à 10 km/h. Lors de ses déplacements, la baleine bleue croise généralement à des vitesses comprises entre 2 et 5 km/h. En moins de 5 mois, une baleine bleue peut ainsi parcourir 8 300 kilomètres entre sa zone d'alimentation en Antarctique et sa zone de reproduction au large des côtes de la Colombie. Le scientifique franco-américain Richard Sears a pu noter des distances de déplacement de plus de 500 km en 4 à 5 jours.
La baleine bleue peut atteindre des vitesses de l'ordre de 25 à 30 km/h lorsqu'elle est harcelée par le suivi des bateaux, ou lors de la présence de prédateurs dans son entourage, ou bien lors de compétition entre mâles pour une femelle.

Communication
La baleine bleue est l'animal qui produit les sons les plus graves et les plus puissants au monde, pouvant atteindre des pics sonores de 155 à 188 dB. Le résonateur acoustique serait constitué des cavités situées au niveau du larynx couplées au conduit nasal. Les sons émis sont d'une grande variété, passant par des meuglements, des bruits de râpe, des grognements, des gémissements et des pulsations variées. Des ultrasons émis en clics pourraient servir de sonar.
La baleine bleue communique de façon importante avec ses consœurs à des fréquences non audibles par l'homme, comprises généralement entre 8 et 200 Hz, avec une dominance des fréquences entre 16 et 25 Hz. La durée des chants peut varier de 10 secondes à 2 minutes. Les vocalises des baleines bleues sont assez caractéristiques et 9 dialectes régionaux sont à ce jour identifiés. Les sons produits se propagent à des centaines, voire des milliers de kilomètres dans les océans. Ils pourraient avoir pour objectif l'identification et la rencontre d'un partenaire pour l'accouplement, mais il n'existe pour l'instant aucune preuve de cette thèse. Communiquer à travers les océans est un comportement qui n'a été observé à ce jour que pour les espèces B. musculus et B. physalus. Les sons produits par la sous-espèce B. m. brevicauda sont différents de ceux produits par B. m. musculus et B. m. intermedia.

Comportement

La baleine bleue vit généralement seule ou en paire, probablement à cause de la faible concentration en nourriture de certains bancs de krill. Il est tout à fait possible de trouver des baleines bleues séparées de seulement quelques kilomètres. Si la zone d'alimentation est abondante, elles peuvent se rassembler en groupes de 5 à 25 individus. Mais une telle observation reste rare. Elles peuvent parfois partager leur espace avec le rorqual commun, Balaenoptera physalus. En Gaspésie au Canada, l'équipe du MICS (Mingan Island Cetacean Study) a pu observer des groupes de 5 à 15 individus dans un même secteur.
Si deux individus sont observés ensemble pendant plus d'une heure, il s'agit probablement d'un mâle et d'une femelle. Ils pourront rester ensemble de quelques heures jusqu'à 3 semaines. Si un autre mâle s'approche d'eux, on peut parfois observer une augmentation de l'activité durant 5 à 20 minutes : les individus font la course en surface, et sortent les deux tiers du corps hors de l'eau.
Le comportement migratoire semblerait obéir à certaines règles : les femelles en gestation seraient les premières à arriver sur les zones d'alimentation, et les adultes guideraient les jeunes.
Si les adultes sautent rarement en dehors de l'eau, les jeunes ont tendance à le faire en retombant sur le ventre ou le flanc.

Longévité

La plus vieille baleine bleue observée à ce jour était âgée de 40 ans. La longévité de la baleine bleue serait de plus de 70 ans, voire une centaine d'années ou plus. Un moyen de connaître l'âge approximatif de la baleine est de compter lors de l'autopsie le nombre de stries de croissance du bouchon de cire dans le conduit auditif ou de doser la concentration d'acide aspartique dans les yeux.

Le corps des baleines décédées flotte durant plusieurs semaines, du fait des gaz de putréfaction, puis s'échoue ou coule au fond de l'océan. Un squelette de baleine bleue gît à 1240 m de fond dans le bassin de Santa Catalina, au sud-ouest des États-Unis. Il a été montré que la décomposition des corps des baleines au fond des océans offre à la biodiversité marine des ressources importantes. Elle joue un rôle fondamental dans la structure et la dynamique de l'écosystème marin.

Prédateurs

L'homme mis à part, la baleine bleue n'a pas de prédateurs. Il a été mentionné quelques rares cas d'attaque par l'orque, Orcinus orca, qui hésite à attaquer cette baleine puissante et rapide et préfère s'en prendre aux baleineaux. Néanmoins, alors que les baleines bleues de l'Atlantique Nord-Ouest ne présentent pratiquement pas de trace d'attaque par les orques, 25% de celles observées dans la mer de Cortez présentent des morsures. Occasionnellement, les baleineaux sont attaqués par des requins.

Taille et poids : quelques chiffres.
La baleine bleue est le plus grand mammifère qui existe sur Terre mais également le plus grand qui n'ait jamais existé. Elle est suivie par le rorqual commun (Balaenoptera physalus) et le rorqual boréal (Balaenoptera borealis).
Exceptionnellement, certains animaux peuvent dépasser les 30 m. Les femelles sont plus grandes que les mâles en taille d'environ 5% et sont aussi les plus lourdes. Au début du siècle dernier, une femelle longue de 33,3 m a été observée. Une femelle de 27,6 m, capturée en 1947, pesait 190 tonnes. Les baleines bleues vivant dans l'hémisphère nord sont plus petites que celle de l'Antarctique. On a peu de données sur le poids de ces animaux, difficile à mesurer compte-tenu de leur taille. Généralement le poids des baleines bleues varie de 75 à 130 tonnes. Une formule, a néanmoins été établie par Lockyer (1976), permettant d'estimer le poids en fonction de la taille : log(P) = log(a) + b*log(L) où P désigne le poids en tonne, L désigne la longueur en mètre, a et b désignent des constantes dont les valeurs ont été établies expérimentalement : a=0,0046 et b=3,09.

Quelques caractéristiques au sujet des tissus et organes de la baleine bleue sont présentées ci-dessous :
- Le cerveau pèse environ 5 à 6,5 kg.
- Le cœur pèse environ 600 kg à 1 tonne, soit environ 0,5% du poids total de l'animal. Le corps de la baleine bleue contient plus de 10 000 litres de sang, soit un poids d'environ 10 à 20 tonnes.
- Les dimensions de l'œil, mesurées sur un animal, étaient de 73 mm pour la dimension verticale sur 78 mm pour la dimension horizontale.
- La langue pèse de 3 à 4 tonnes. L'estomac qui pèse environ 400 kg peut contenir jusqu'à 2 tonnes de krill. L'intestin pèse environ 1,5 tonne, le foie 900 kg à 1 tonne.
- Les poumons pèsent de 600 kg à 1,4 tonne soit environ 0,73% du poids total. Leur volume est d'environ 3000 litres.
- Le corps de la baleine bleue est composé de 56 à 66 tonnes de muscles. La couche de graisse comprise entre la peau et les muscles a une épaisseur d'environ 15 à 20 cm. Son poids est de 15 à 30 tonnes. Cette graisse est à 62% composée d'huile.
- Le pénis en forme de cône peut mesurer plus de 3 m de long en érection pour un diamètre de 30 cm. Il est formé d'un corps caverneux, et d'une gaine fibreuse. Chaque testicule pèse environ 18 à 45 kg. Ils sont de forme cylindrique, avec une longueur comprise entre 70 et 76 cm et une circonférence comprise entre 74 et 81 cm.
- Les ovaires d'une baleine bleue pèsent entre 8 et 30 kg.

Informations complémentaires

La baleine bleue peut être observée "grandeur nature" dans les musées suivants :
- Musée des sciences Naturelles de New York (Etats-Unis) dans le « Milstein Hall of ocean Life » : un spécimen de 28,6 m de long,
- « Aquarium du Pacifique » à Long Beach Californie (Etats-Unis) : une femelle « Edie » de 25 m et un baleineau « Edison »,
- « Natural History Museum » de Londres (Angleterre),
- « National Museum of Nature and Science » de Tokyo (Japon),
- « Meeresmuseum » à Stralsund (Allemagne) : un spécimen de 26 m de long,
- « Whaling Museum » à Sandfjord (Norvège) : un spécimen de 21,4 m
- et une sculpture taille réelle de la baleine bleue à la « Pinacoteca » de San Paulo (Brésil).
Il est également possible d'observer des squelettes de baleine bleue dans les musées suivants :
- « Muséum d'Histoire Naturelle de Paris » (France) : squelette de 23 m de long,
- « The Royal Belgian Institute of Natural Sciences » à Bruxelles (Belgique),
- « Natural History Museum de Londres » (Angleterre),
- « Natural History Muséum (Certosa di Calci) » à Pise (Italie) : taille 22,2 m,
- « New Bedford Whaling Museum, Massachusetts » (Etats-Unis), taille 20 m,
- « Centre Seymour de Santa Cruz » Californie (Etats-Unis) en extérieur : Ms Blue, taille 27 m,
- « Academy of Sciences museum » de San Francisco (Etats-Unis): taille 26,5 m,
- « North Carolina Museum of Natural Sciences » à Raleigh (Etats-Unis),
- « Musée canadien de la nature » d'Ottawa (Canada) : taille 19,5 m,
- depuis mai 2010, au « Te Papa Tongarewa, Museum» à Wellington (Nouvelle Zélande) : pygmy blue whale, taille 20,6 m,
- « Canterbury Museum » (Nouvelle Zélande) : pas disponible au public pour le moment, sur rendez-vous pour les groupes intéressés
- « Zoological Institute of Russian Academy of Sciences » de St Petersbourg (Russie),
- « Iziko Museum » à Cape Town (Afrique du Sud) : taille 20,5 m.

Réglementation

La baleine bleue est une des espèces les plus menacées. La liste rouge de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) a classé l'espèce Balaenoptera musculus dans la catégorie des espèces "en danger". Cette classification est basée sur le critère suivant : l'estimation de la réduction de la taille de la population est supérieure à 50% sur les trois dernières générations, et les causes de cette réduction soit n'ont pas cessé, soit n'ont pas été comprises, soit peuvent ne pas être réversibles. La sous-espèce B. m. intermedia est dite "en danger critique" car la réduction de la taille de la population dépasse les 80%.

Depuis sa création, la Commission Baleinière Internationale (CBI) a réglementé les prises des grands cétacés (baleines à fanons, grand cachalot, hyperodon boréal), des mères lactantes et des jeunes individus. Le 2 décembre 1946, la convention internationale pour la réglementation de la chasse aux cétacés est signée à Washington. En 1982, la Commission prend la décision (entrée en vigueur 3 ans plus tard) que le nombre de cétacés tués dans le cadre d'une chasse commerciale serait fixé à ZERO. Depuis 1986 la chasse à la baleine est interdite en dehors de la chasse traditionnelle (qui ne concerne pas la baleine bleue), et de la chasse scientifique pratiquée par le Japon. La Norvège, qui a rejeté le moratoire, continue à chasser ouvertement pour le commerce. En avril 2010, le président et vice-président de la CBI ont présenté un projet dit "plan de paix" ayant pour objectif de diminuer le nombre de baleines tuées en dehors du contrôle de la CBI. A ce jour, les négociations n'ont pas abouti.

L'exploitation des baleines a débuté dès les années 1870 avec l'arrivée des puissants bateaux à moteur et l'invention du canon lance-harpon à pointe explosive. Un animal de 25 m pouvait produire jusqu'à 20 tonnes d'huile. Avant la chasse à la baleine, la population mondiale était estimée à plus de 350 000 individus selon l'"American Cetacean Society", à 200 000 individus selon d'autres sources. Selon les données de la CBI 356 000 baleines bleues auraient été tuées entre 1910 et 1964, avec un pic de 30 000 baleines en 1930 : 99% de la population aurait ainsi disparu en un siècle de chasse, 90% des prises ayant été faites en Antarctique.
Le nombre de baleines bleues reste très faible. Certains scientifiques sont pessimistes sur la possible survie de l'espèce, car la population restante, comprise entre 5 000 et 15 000 individus, dans l'hémisphère sud et l'hémisphère nord, ne serait pas suffisante pour maintenir une natalité permettant le développement de l'espèce. Mais il y a des signes permettant de croire que la population augmente à nouveau.

De nos jours les baleines bleues ainsi que leur habitat sont menacés par l'activité humaine. La pollution directe chimique et sonore, ou indirecte provenant de l'intoxication par de l'alimentation souillée par le pétrole, et des collisions avec les navires marchands, ou encore de la surpêche du krill, sont autant de dangers pour cette espèce menacée. La surpêche du krill provoque un déséquilibre dans la chaîne alimentaire qui pourrait, si elle continuait à se développer à grande échelle, conduire à un effondrement et une disparition de la population de baleines bleues mais également d'autres espèces qui sont étroitement liées à la consommation « exclusive » de cet aliment.

Origine des noms

Origine du nom français

La baleine bleue, ou rorqual bleu doit son nom à la coloration ardoise de son corps. Par ailleurs, "rorqual" est le nom commun donné à plusieurs espèces du genre Balaenoptera et à une espèce du genre Megaptera. Il désigne les baleines possédant des sillons ventraux sous la gorge.

Origine du nom scientifique

Balaenoptera : du latin [balaena] = baleine et du grec [pteron] = aile, l'aile désignant la petite nageoire dorsale.

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer l'origine du nom de l'espèce.
musculus : proviendrait du grec [musketos] utilisé pour désigner les cétacés à fanons par le philosophe grec Aristote (-384, -322).
Par ailleurs, il existe une controverse sur le sens du mot « musculus » que Linné a employé pour nommer la baleine bleue. Les deux alternatives sont les suivantes :
musculus : du latin [musculus] = petite souris. Linné aurait fait preuve d'humour en nommant ainsi le plus grand des mammifères.
Ou bien du latin [musculum] = muscle. Cette interprétation semble plus en accord avec la puissante musculature de cet animal.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Mammalia Mammifères Vertébrés possédant des poils et des glandes mammaires produisant du lait.
Sous-classe Theria Thériens La paroi latérale du crâne est constituée de deux os particuliers: l'alisphénoïde et le squamosal.
Super ordre Eutheria Euthériens Présence d'une dentition lactéale et d’un développement embryonnaire effectué entièrement dans l'utérus (mammifères placentaires).
Ordre Cetacea Cétacés Mammifères aquatiques possédant des nageoires à la place des pattes. Narines situées au sommet du crâne.
Sous-ordre Mysticeti Mysticètes Cétacés caractérisés par la possession de fanons et de deux évents.
Famille Balaenopteridae Balaenoptéridés Famille des rorquals
Genre Balaenoptera
Espèce musculus

Nos partenaires