Anodonte des étangs

Anodonta cygnea | (Linnaeus, 1758)

N° 220

Ouest, centre et nord de l’Europe

Clé d'identification

Charnière fine, sans dents ni lamelles
Grande coquille fine, jusqu'à 20 cm
Crochet non proéminent à rides lamelleuses
Valves avec impressions musculaires peu profondes

Noms

Autres noms communs français

Anodonte des cygnes, mulette des cygnes, moule d'eau douce

Noms communs internationaux

Swan mussel (GB), Nàiade anodonta (E), Große Teichmuschel, Schwanenmuschel (D)

Distribution géographique

Ouest, centre et nord de l’Europe

Zones DORIS : Eau douce

Biotope

Elle est commune dans les eaux stagnantes ou peu courantes. Cette moule vit sur la vase et les gravières de fond.

Description

Cette grande espèce, commune, a une coquille de 95 à 200 mm de longueur, pour une hauteur de 60 à 120 mm. L'épaisseur est comprise entre 30 et 60 mm, avec des valves à parois fines.
La coquille possède un côté assez pointu. Elle présente des rides lamelleuses sur la face externe du crochet. Les impressions musculaires, sur la face interne, sont peu marquées.
La charnière, fine, à bord droit, ne possède ni dents, ni lamelles.
L'animal vit et se déplace au fond de l'eau grâce à un pied unique, en laissant ses traces caractéristiques, bien visibles en plongée.
Enfoncé dans la vase, l'animal entrouvre sa coquille et laisse passer ses siphons respiratoires.

Espèces ressemblantes

Elle ne doit pas être confondue avec Anodonta anatina (Linnaeus, 1758), mulette des canards, avec le bord supérieur de la coquille incliné par rapport à l'axe médian et une ornementation du crochet à stries fluctueuses.
La mulette des peintres Unio pictorum (Linnaeus, 1758), de taille plus réduite, présente un crochet proéminent, une charnière bien développée avec des dents bien marquées. Les impressions musculaires sont profondes.

Alimentation

Elle se nourrit des particules organiques en suspension dans l'eau, qu'elle filtre en aspirant puis rejetant de grandes quantités d'eau (jusqu'à 50 l par jour). Elle participe ainsi à la purification de l'eau.

Reproduction - Multiplication

L'anodonte est hermaphrodite.
Les moules d'eau douce ont besoin des poissons pour se reproduire. Les œufs, environ 50 000, éclosent entre les branchies puis sont expulsés par les siphons. Les jeunes larves « glochidium » sont gobées par les poissons et se fixent, par les valves munies de crochets, à leurs branchies où elles s'enkystent et se transforment lentement. Après plusieurs mois, quand la jeune moule a atteint la taille d'un centimètre, elle se détache du poisson et tombe au fond de l'eau.

Vie associée

Elle joue un rôle essentiel dans la reproduction des bouvières Rhodeus amarus. Pendant la période de reproduction, la femelle de ce poisson, possédant un long tube de ponte (oviducte), introduit les œufs, fécondés par le mâle, à l'intérieur de la coquille des moules (Anodonta et Unio). Elle les dépose sur les branchies et ils y resteront jusqu'à l'éclosion. Les jeunes alevins profiteront de l'abri jusqu'à la disparition de leur sac vitellin.

Divers biologie

On rencontre souvent des coquilles cassées le long des berges des étangs car les rats musqués (Ondatra zibethicus) les mettent à leur menu.

Informations complémentaires

Filtrant l'eau douce, ces grosses moules participent au maintien d'une certaine limpidité du milieu.
Les anodontes comptent aussi parmi les premières touchées par une éventuelle pollution.
Elles peuvent survivre plusieurs mois dans la vase en cas d'assèchement du plan d'eau.

Origine des noms

Origine du nom français

Anodonte : qui est dépourvu de dents (charnière) ; des cygnes : sans doute parce qu'elle est très appréciée par ces oiseaux.

Origine du nom scientifique

Anodonta : du latin [a, an] = 'privatif' et du grec (puis du latin) [dont-] = dent : dépourvu de dents au niveau de la charnière.
cygnea : du latin [cycneus ou cygneus, a, um] = cygne.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Palaeoheterodonta Paléohétérodontes

 

Ordre Unionoida Unionoïdes

Présence d'un ligament interne.

Famille Unionidae Unionidés Coquille de forme très variable, la région antérieure beaucoup plus courte que la région postérieure. Sculpture des sommets très variée, parfois peu développée. Charnière variable, parfois rudimentaire.
Genre Anodonta
Espèce cygnea

Nos partenaires