Coffre-taureau

Acanthostracion quadricornis | (Linnaeus, 1758)

N° 3546

Atlantique tropical et tempéré

Clé d'identification

Corps polygonal
Museau conique et front presque vertical
Deux épines dressées au-dessus des yeux
Deux épines anales dirigées vers l'arrière
Corps jaune pâle recouvert de lignes ou de points bleuâtres
Lignes horizontales bleues sur les joues
Très courtes nageoires

Noms

Autres noms communs français

Poisson-coffre taureau gribouillé, coffre à cornes, coffre graffitis

Noms communs internationaux

Scrawled cowfish (GB), Torito azul, botelia (E), Horn-Kofferfisch (D), Peixe-vaca, taoca (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Ostracion quadricornis Linnaeus, 1758
Ostracion tricornis Linnaeus, 1758
Acanthostracion tricornis (Linnaeus, 1758)
Lactophrys quadricornis (Linnaeus, 1758)
Lactophrys tricornis (Linnaeus, 1758)

Distribution géographique

Atlantique tropical et tempéré

Zones DORIS : Caraïbes

Le coffre-taureau est présent dans l'Atlantique Ouest, depuis le Massachusetts jusqu'aux côtes brésiliennes, en passant par les Bermudes et le golfe du Mexique.
Il vit également dans l'Atlantique Est, le long des côtes africaines, depuis le Maroc jusqu'à l'Afrique du Sud.

Biotope

Ce poisson territorial vit dans les herbiers de phanérogames, généralement entre 10 et 30 m de profondeur, même s'il est possible de le rencontrer depuis la surface jusqu'à 80 m. Occasionnellement, il peut aussi s'installer sur des récifs isolés.

Description

La forme de son corps est polygonale car il est constitué d'une carapace presque cubique, faite de plaques osseuses alvéolées, qui laisse passer par des orifices la bouche, les yeux, les nageoires, le pédoncule* caudal, les ouvertures branchiales et l'anus. Le coffre-taureau peut atteindre 55 cm de longueur mais sa taille moyenne est plutôt de 20 cm.
Le museau est conique et le front presque vertical ; la bouche terminale est petite, avec des lèvres charnues.
Sa silhouette générale est particulièrement marquée par deux épines en forme de cornes de taureau sur le front, au-dessus des yeux proéminents, et deux épines anales dirigées vers l'arrière, depuis les coins inférieurs arrière de la "cuirasse".
Le corps jaune pâle de ce poisson-coffre est recouvert de lignes ou de points bleuâtres irréguliers. Ces lignes sont organisées horizontalement sur les joues, la plus haute étant située juste sous l'œil et la plus basse à l'extrémité inférieure de l'opercule*, alors que leur position semble aléatoire ailleurs.
Les nageoires dorsale et anale, très courtes et positionnées vers l'arrière, n'ont pas de rayons épineux mais une dizaine de rayons souples chacune. Il n'y a pas de nageoires pelviennes. La nageoire caudale est arrondie ou tronquée, après un long pédoncule* caudal. Elle est ornée de points bleu vif.

Espèces ressemblantes

Le coffre-taureau peut être confondu avec deux autres poissons-coffres de la zone :

  • le coffre nid d'abeille (Acanthostracion polygonius), dont le corps est recouvert de motifs polygonaux en nid d'abeille ;
  • le coffre bossu (Lactophrys trigonus), qui n'est pas doté de « cornes » et qui a un dos avec une bosse pointue.

Alimentation

Le coffre-taureau se nourrit de divers invertébrés : éponges, alcyonaires, crustacés, ascidies..., et parfois même d'algues.

Reproduction - Multiplication

Les poissons-coffres sont hermaphrodites* successifs protogynes*. Ils sont territoriaux et un même mâle peut s'entourer de plusieurs femelles.
Lors des parades nuptiales, au crépuscule, les partenaires se tournent autour puis s'élèvent parfois jusqu'à la surface avant d'émettre simultanément le sperme et les ovules. Les œufs fécondés se dispersent ensuite en pleine eau.
Les larves* pélagiques* se transforment en post-larves de quelques millimètres avec une forme presque cubique qui leur vaut, à ce stade, le surnom de poissons-dés.
Elles rejoignent ensuite le récif pour continuer leur croissance.
Il n'y a pas de dimorphisme* sexuel chez cette espèce.

Divers biologie

Le mouvement ondulé des nageoires est caractéristique. En effet, seules les extrémités sont libres à l'extérieur de la cuirasse, ce qui limite réellement le mouvement des nageoires.
Outre la protection de leur armature osseuse, parfois insuffisante vis-à-vis des grands prédateurs, certains poissons-coffres sont connus pour avoir un épiderme couvert d'un mucus toxique (ostracitoxine) qui dissuade les prédateurs.
Des glandes cutanées réparties essentiellement autour de la bouche sont spécialisées dans la production de cette toxine, notamment en situation de stress.
Vue de près (voir photo 90), la peau du dos du coffre-taureau semble dépourvue d'écailles et comme micro-perforée.

Informations complémentaires

Le coffre-taureau est un poisson très craintif. Se fiant à son camouflage, il reste d'abord immobile un moment pour fuir ensuite quand il se sait repéré.
Cette espèce ne semble pas transmettre la ciguatera*.

Réglementation

Depuis 2011, ce poisson-coffre est classé LC, soit Least Concern, dans la liste rouge de l'UICN*, c'est-à-dire dont le statut de conservation est jugé de préoccupation mineure, avec une population générale stable.

Origine des noms

Origine du nom français

Coffre : du fait de sa forme et de sa carapace "blindée" ;
Taureau : de profil, le front, avec ses deux épines retombant sur les yeux, peut faire penser au profil d'un taureau qui charge.

Origine du nom scientifique

Acanthostracion : du grec [akanth-] = épine et [ostrakon] = coquille (d'huître) ;
quadricornis : du latin [quattuor] = quatre et [cornus] = corne des animaux ;
donc quelque chose ressemblant à "coque à épines, à quatre cornes".

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Famille Ostraciidae Ostraciidés Poissons-coffres.
Genre Acanthostracion
Espèce quadricornis

Nos partenaires