Clepsine marginée

Hemiclepsis marginata | (O.F. Müller, 1774)

N° 3900

Zones tempérées à froides de l'Europe et de l'Asie

Clé d'identification

Taille maximum 30 mm
Couleur du dessus jaune-pâle ou verdâtre ou brun rougeâtre
7 rangées longitudinales de taches jaunes et 4 rangées longitudinales de verrues
Une grosse ventouse buccale (diamètre plus large que le corps) et une ventouse postérieure proéminente
Deux paires d'yeux

Noms

Noms communs internationaux

Vieräugige Plattegel, Gesäumter Plattegel (D), Gezoomde bloedzuiger (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Clepsine marginata (O.F. Müller, 1774)
Glossiphonia marginata
(O.F. Müller, 1774)
Hirudo marginata
O.F. Müller, 1774
Piscicola marginata (O.F. Müller, 1774)
Hirudo cephalota Carena, 1821

Distribution géographique

Zones tempérées à froides de l'Europe et de l'Asie

Zones DORIS : Eau douce d'Europe

Cette espèce est présente dans les zones tempérées à froides de l'Europe et de l'Asie. On la trouve rarement en Afrique du nord. Sa répartition est inégale : répandue en Europe occidentale et en Asie orientale, on la trouve peu en Europe centrale.

Biotope

H. marginata se rencontre principalement dans les eaux stagnantes et à courant lent ou moyen. Elle est peu présente dans les cours d'eau à courant rapide tels les torrents. Elle aime s'installer sous des grosses pierres ou sur des plantes dans des eaux peu profondes, voire sous divers substrats* solides flottant à la surface de l'eau (par exemple des bois).

Description

Au repos, la longueur de cette sangsue est de 16 à 18 mm avec un maximum de 30 mm (cf. infra) pour une largeur de 5 mm. La couleur du dessus est jaune-pâle ou verdâtre ou brun rougeâtre. Son corps étant translucide, la couleur dépend de sa prise d'un repas de sang. Il y a 7 rangées longitudinales de taches jaunes et 4 rangées longitudinales de verrues. Son corps composé de segments ou anneaux, porte une grande ventouse à l'avant (diamètre plus large que son corps) et une ventouse proéminente à l'arrière.
La tête en forme de cœur porte deux paires d'yeux disposées en deux lignes transversales. Les yeux antérieurs sont plus rapprochés et plus petits que les postérieurs. Les yeux antérieurs peuvent être absents.

Elle se déplace comme une chenille arpenteuse : elle détache la ventouse antérieure (la plus petite), étire son corps vers l'avant et fixe cette ventouse, détache la ventouse postérieure (la plus grande) et en arquant le corps, la place près de la ventouse avant, et ainsi de suite.

(*) Lorsqu'elle s'allonge au cours d'un déplacement, elle peut doubler voire tripler la longueur de son corps.

Espèces ressemblantes

Lorsqu'elle s'allonge pour avancer, elle ressemble à Piscicola geometra, mais au repos son corps a une forme ovale.

Theromyzon tessulatum (O.F. Müller, 1774) possède 4 paires d'yeux mais a une teinte verdâtre et des taches jaunâtres.

Hemiclepsis marginata asiatica Moore, 1924 est connue du Cachemire à Sumatra mais sa relation avec H. marginata est encore incertaine.

Alimentation

H. marginata se nourrit du sang de différents poissons d'eau douce et de têtards d'amphibiens (pas les amphibiens adultes). Elle semble privilégier les poissons vivant sur le fond comme la loche franche (Barbatula barbatula), le chabot commun (Cottus gobio) et le goujon (Gobio gobio).
Ses récepteurs visuels et chimiques sont très développés. Une fois qu'un hôte est trouvé, elle reste fixée pendant 2 à 3 jours. Elle quitte ensuite l'hôte et cherche une zone dissimulée parmi les plantes pour digérer son repas de sang. Elle peut vivre jusqu'à 10 mois sans nourriture.

Reproduction - Multiplication

Comme toutes les sangsues, H. marginata est hermaphrodite*. Les organes sexuels se trouvent sur sa face ventrale au niveau du premier tiers de son corps : l'orifice génital mâle est situé un peu en avant de l'orifice femelle. La reproduction est exclusivement sexuée et croisée (pas d'auto-fécondation).

A la fin du printemps ou au début de l'été, le clitellum* à l'avant du corps se développe et, lors de la reproduction, les deux individus sont étroitement unis par sa sécrétion. Quand la température de l'eau atteint 15 °C, la sangsue dépose ses œufs sur le substrat, généralement l'abri protecteur de la base des feuilles de roseaux. Il n'y a pas à proprement parler de cocon contenant les œufs. Ceux-ci sont attachés au substrat et entre-eux à l'aide d'une substance collante. Il peut y avoir plusieurs pontes au cours de l'été et chacune contient jusqu'à 200 œufs. H. marginata prend soin de sa ponte. Elle la ventile au moyen de mouvements de son arrière-corps.

Selon la température de l'eau, les œufs éclosent au bout de 1 à 3 semaines. Les jeunes sangsues se fixent à la face ventrale de l’adulte et sont transportées vers un hôte où elles quittent leur géniteur pour prendre leur premier repas de sang. Elles se détachent ensuite pour se mettre à l'abri des roseaux et digérer.

Tout au long de l'été et de l'automne, les juvéniles alternent les repas et les périodes de croissance. En hiver, les sangsues se nourrissent peu ou pas. Elles recommencent à s'alimenter au printemps avant la reproduction.

Divers biologie

Hemiclepsis marginata est capable de se déplacer activement.

L'adulte meurt à la fin de l'été ou en automne.

Son cycle de vie a été étudié en laboratoire. La maturité sexuelle a été atteinte à un âge moyen de 29,2 ± 1,12 jours avec l'apparition d'un clitellum* blanchâtre. La durée de vie moyenne a été de 222,5 + -11,78 jours (N = 10). Elles ont déposé des pontes tous les 23,42 + -3,28 jours.

Informations complémentaires

H. marginata est le vecteur de parasites :

  • Cryptobia borreli est un parasite qui s'installe dans le sang des poissons et provoque lésions et anémie* ;
  • Trypanosoma cobitis (cf. infra) transmis à la loche franche (Barbatula barbatula) ;
  • Trypanosoma tincae transmis à la tanche (Tinca tinca) ;
  • Trypanosoma granulosum transmis à l'anguille (Anguilla anguilla) ;
  • et bien d'autres.

(*) Le genre Tripanosoma est bien connu par Trypanosoma brucei qui infecte les humains via la mouche tsé-tsé et provoque la maladie du sommeil.

Origine des noms

Origine du nom français

Nom proposé par DORIS.

Origine du nom scientifique

Hemiclepsis : du latin [hemi-] = à demi, à moitié, semi- et [Clepsis] = voler, dérober ; soit à demi cachée.
marginata : du latin [marginis] = bord, bordure.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Clitellata Clitellates Annélides hermaphrodites, dont quelques segments sont enveloppés dans une enveloppe glandulaire.
Sous-classe Hirudinea Hirudinées / Achètes Annélides aquatiques, principalement d'eau douce, sans soies ni parapodes, mais possédant une ventouse postérieure et parfois une antérieure. Ectoparasites d'animaux aquatiques et de vertébrés terrestres.
Ordre Rhynchobdellida Rhynchobdelliformes

Sangsues sans mâchoires, à trompe dévaginable, marines ou d'eau douce. Appareil circulatoire différencié. Toutes sont aquatiques.

Famille Glossiphoniidae Glossiphoniidés

Sangsues au corps aplati avec une ventouse antérieure peu visible, vivant en eau douce et toutes parasites de mollusques ou d'amphibiens.

Genre Hemiclepsis
Espèce marginata

Nos partenaires