Philinopsis de Gardiner

Tubulophilinopsis gardineri | (Eliot, 1903)

N° 485

Régions tropicales des océans Indien et Pacifique Ouest

Clé d'identification

Bouclier céphalique à l'avant et bouclier postérieur terminé en deux courts lobes arrondis
Parapodes remontant de chaque côté et s'incurvant vers le centre du corps
Tête arrondie et « bossue »
Coloration : brun très foncé à noir de jais avec bordures des parapodes et des « queues » contournées d'une bande bleu vif
Parfois des lignes crème/jaune

Noms

Noms communs internationaux

Gardiner’s Philinopsis (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Doridium gardineri Eliot, 1903
Chelidonura velutina Bergh, 1905 (un de 2 dessins au même nom)
Aglaja velutina (Bergh, 1905)
Philinopsis gardineri (Eliot, 1903)
Aglaja splendida Er. Marcus, 1965

Distribution géographique

Régions tropicales des océans Indien et Pacifique Ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

De la Tanzanie et l'Afrique du Sud jusqu'à Okinawa (Japon) et les Îles Fidji.

Biotope

Philinopsis gardineri se trouve dans les zones intertidales de sable ou sablo-vaseuses peu profondes jusqu'à 10 m.

Description

Opisthobranche au corps assez large comparé à sa longueur, composé d'un bouclier céphalique à l'avant, d'un bouclier postérieur qui se termine en deux courts lobes arrondis, et de deux parapodes* qui remontent de chaque côté et s'incurvent vers le centre du corps. Peut atteindre 70 mm. Le bouclier céphalique l'aide à s'enfouir et à se glisser dans les fonds de sable ou sablo-vaseux.
L'arrière du bouclier céphalique est plus pointu et est parfois redressé lorsque T. gardineri se déplace.
Sur la tête arrondie se trouve une « bosse » due au système buccal (voir description en « Alimentation »).
Sa coloration est assez frappante : brun très foncé à noir de jais avec les bordures des parapodes et des « queues lobées » contournées d'une bande de bleu vif ou turquoise. Parfois quelques lignes crème/jaune se trouvent sur le corps.

Espèces ressemblantes

  • Chelidonura varians Eliot, 1903 : coloration très similaire mais le corps se termine en deux longues « queues » pointues et la tête est trilobée et plutôt aplatie.
  • Philinopsis speciosa Pease, 1860 : la coloration peut parfois se rapprocher de celle de Tubulophilinopsis gardineri pour les versions quasi noires à liserés bleus de celle-ci. Mais la tête de P. speciosa n'a pas la "bosse" prononcée caractéristique (le système buccal est différent) de T. gardineri et l'arrière de son bouclier se redresse en pointe remarquable.

Alimentation

Tous les Aglajidés sont des prédateurs carnivores ; il est probable que Tubulophilinopsis gardineri se nourrit de vers polychètes. Son système buccal, qui n'a pas de radula*, est composé d'un long tube musculaire. Il n'est toujours pas déterminé exactement comment il mange sa proie, mais il est possible qu'il dévagine ce long tube pour chercher sa proie dans des trous ou des petites anfractuosités pour ensuite l' "aspirer". Lorsque le tube est retiré dans le corps, il forme une « bosse » dans la tête de T. gardineri.

Reproduction - Multiplication

Espèce hermaphrodite*. Chez les Aglajidés, le pénis se trouve au niveau de la tête du côté droit et les organes femelles à l'arrière du corps du côté droit.
Un accouplement observé pour la première fois en 2015 à La Réunion (cf. photo Reproduction) montre un acte entre deux individus, qui forment un cercle et interconnectent ainsi leurs organes génitaux pour procéder à un échange de gamètes* mâles.
Chacun des protagonistes pourra ensuite aller pondre de son côté.

Divers biologie

Comme beaucoup d'Aglajidés, Tubulophilinopsis gardineri se déplace assez vite et suit les traces de mucus d'autres philinopsis ainsi que de ses proies.

C'est une espèce plutôt diurne.

Les Philinopsis et Tubulophilinopsis ont perdu leur vrai pied original laissant à sa place un pied secondaire qui s'est développé à partir d'une partie de l'arrière manteau. Pour se déplacer, des milliers de cils battent sur une couche de mucus produite par des glandes près de la tête.
Au lieu de rhinophores, T gardineri, comme toutes les espèces de cette famille, est équipé de poils sensoriels de chaque côté de sa bouche pour explorer son environnement.
Comme tous les Aglajidés, T. gardineri possède une glande qui émet une sécrétion jaune qui est capable de paralyser et de tuer d'autres organismes. Pourtant ces substances toxiques ne sont pas toujours produites et au vu de la position de cette glande à l'arrière du corps, il n'est pas encore déterminé si ces sécrétions sont utilisées pour attaquer ou pour se défendre.

Dans le bouclier postérieur se trouve une fine coquille très réduite.

Origine des noms

Origine du nom français

Philinopsis de Gardiner : francisation de l'ancien nom scientifique, Philinopsis gardineri.

Origine du nom scientifique

Tubulophilinopsis : du latin [tubulus] = petit tube ; du grec [Philine] = nom de femme donné à un genre de Cephalaspidé et du grec [ops-] = aspect. Cela pourrait donc se traduire par : à l'aspect de Philine (le genre) avec un tube (le long appendice musculaire buccal) .

gardineri : dédié à John Stanley Gardiner (1872-1946) qui a étudié la faune des Maldives et Laquedives entre autres.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Cephalaspidea / Bullomorpha Céphalaspides / Bullomorphes Coquille externe ou interne, spiralée, très fine et réduite. Tête élargie en bouclier. Yeux développés. Pas de rhinophores. Cavité palléale à droite avec une branchie plissée. Parfois des parapodes. Marins et fouisseurs sur les fonds de sédiments.
Famille Aglajidae Aglajidés Coquille à dernier tour étalé couverte par le manteau, bouclier céphalique, bouclier dorsal postérieur, et 2 parapodies relevées. Pas de tentacules (sauf Navanax).
Genre Tubulophilinopsis
Espèce gardineri

Nos partenaires