Oursin blanc

Tripneustes ventricosus | (Lamarck, 1816)

N° 1156

Atlantique intertropical Est et Ouest

Clé d'identification

Oursin régulier de forme quasi sphérique
Piquants blancs contrastant avec le test brun rouge
Très nombreux pédicellaires, noirs à pointe blanche

Noms

Autres noms communs français

Chadron blanc

Noms communs internationaux

White sea urchin, edible urchin, sea egg (GB), Erizo negroblanco (E), Westindischer Seeigel, Seegrasseeigel (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Echinus ventricosus Lamarck, 1816

La synonymie est fréquente avec Tripneustes esculentus (= Cidaris esculenta Leske, 1778), du moins en ce qui concerne les textes réglementant la pêche.

Distribution géographique

Atlantique intertropical Est et Ouest

Zones DORIS : Caraïbes

Atlantique ouest : on le trouve des Bermudes au Brésil (Fernando da Noronha, Trinidad).
Atlantique est : signalé en Afrique de l'ouest (Sao Tomé) et à l'île Ascension au milieu de l'Atlantique, mais absent au nord de l'équateur.
Des études génétiques suggèrent que les populations de l'est et de l'ouest atlantique ont évolué séparément depuis les glaciations du Pléistocène (il y a environ 800 000 ans).

Biotope

On trouve cet oursin dans les herbiers de phanérogames marines, et aussi sur les fonds rocheux riches en algues, de 2 m à environ 50 m de profondeur.

Description

L'oursin blanc est un oursin régulier de forme quasi sphérique, légèrement plus large que haut. Son diamètre peut atteindre jusqu'à une quinzaine de centimètres.
Les piquants sont assez courts (environ 2 centimètres), d'un blanc pur contrastant vivement avec le test de couleur brun rougeâtre.
Celui-ci est couvert de très nombreux petits appendices en forme de pinces (les pédicellaires*), très serrés, noirs et pointés de blanc à leur extrémité, perpétuellement en mouvement.
Les podia ou pieds ambulacraires* sont peu visibles de jour. Ils sortent par des pores alignés en 3 séries verticales pour chaque plaque ambulacraire.

Il existe aussi une phase claire, dont les podia et le test sont vert olive pâle et les pédicellaires crème à rose pâle.

Espèces ressemblantes

L'oursin vert Lytechinus variegatus est de forme et de taille comparables et il fréquente le même habitat, de plus certains individus peuvent être blancs. On les distinguera grâce à la couleur foncée du test et surtout grâce aux pédicellaires noirs à bout blanc de l'oursin "blanc" (ils sont blanc pur chez l'oursin "vert").

Alimentation

L'oursin blanc se nourrit principalement d'herbe à tortue (Thalassia testudinum), ou de macro-algues (Zonaria, Dictyota, Padina par exemple), mais selon les ressources disponibles il peut se contenter de débris végétaux et d'algues encroûtantes. Il supplante l'oursin diadème dans son rôle de brouteur, là où les populations de celui-ci ont fortement régressé.

Reproduction - Multiplication

Les oursins blancs atteignent la maturité sexuelle en 6 mois environ à partir de l'éclosion. Ce temps de génération extrêmement court, joint à une grande fécondité et à une croissance rapide des individus, est l'un des éléments favorisant les explosions cycliques de populations qui suivent les épisodes de mortalité.
C'est une espèce gonochorique* (à sexes séparés), fertile toute l'année avec une pause en automne. Les oursins matures ont tendance à se regrouper en aggrégations, le première émission de gamètes* par l'un des oursins provoque le frai de tout le groupe. La fécondation a lieu en pleine eau, les œufs de couleur orange tombent sur le fond où ils se transforment en larve* echinopluteus en deux jours environ, puis en petit oursin. Celui-ci se cache dans les fissures en eau peu profonde, il grandira d'un centimètre de diamètre par mois environ pendant les six premiers mois, et atteindra 9 à 10 cm au bout d'un an.

Vie associée

L'oursin blanc est chassé de jour par les poissons, et de nuit par les tritons.

Une petite crevette-bourdon, Gnathophylloides mineri, se trouve fréquemment cachée parmi les piquants de la face orale, près de la bouche. Elle se nourrit en raclant l'épiderme des piquants.
Certains oursins sont fortement parasités par un petit gastéropode du genre Melanella, qui ronge carrément les piquants au point que les oursins infestés ont des plaques chauves !

Divers biologie

Comme d'autres oursins, il a tendance à collecter de menus débris d'algues ou de coquilles pour s'en "coiffer" pendant la journée, mais il y met beaucoup moins d'acharnement que l'oursin vert par exemple, et cette couverture ne le cache pas entièrement. Ce comportement est directement lié aux radiations lumineuses : il est plus intense près de la surface et cesse en profondeur, de nuit ou en zone ombragée. Plus qu'un camouflage, il s'agirait d'une protection contre le rayonnement UV du soleil : on a observé que des oursins blancs totalement albinos se recouvraient d'algues beaucoup plus que les oursins normaux.

Informations complémentaires

L'oursin blanc est très recherché pour ses gonades comestibles (surtout à la Martinique où il entre dans la composition du blaff d'oursin). Malgré une règlementation très contraignante (pêche autorisée seulement 1 mois par an, du 15 décembre au 15 janvier), le braconnage a continué à réduire les stocks, ce qui a conduit à une interdiction totale de la pêche depuis 2006.
Dans certaines îles, la surpêche a entraîné une quasi-disparition de l'espèce dont les stocks sont tombés en dessous du seuil de renouvellement.

Réglementation

La pêche aux oursins blancs est strictement réglementée aux Antilles. Jusqu'en 2005 la période de pêche était restreinte à 1 mois (du 15 décembre au 15 janvier), et depuis 2006 (Arrêté préfectoral n° 05.3582 du 15/11/2005), sauf autorisation particulière, il est totalement interdit de les pêcher.
A la Martinique, l'autorisation de pêcher est déterminée annuellement ainsi que sa durée, par arrêté préfectoral, en fonction de l'état des stocks. La pêche est strictement réservée aux pêcheurs professionnels ayant obtenu l'autorsation des Affaires Maritimes.

Origine des noms

Origine du nom français

Oursin blanc : sans surprise, à cause de ses piquants d'un blanc pur.

Origine du nom scientifique

Tripneustes : du grec [tri] = trois, et [pneo] = souffler, respirer. La signification de ce nom de genre est assez obscure, peut-être en relation avec les 3 rangées de pores visibles sur le test nu.

ventricosus : dérivé du latin [ventriculosus] qui signifie relatif au ventre. A prendre ici dans le sens de "ventru, arrondi" (NB : Le même nom d'espèce est attribué à un autre oursin des Antilles : le spatangue rouge Meoma ventricosa).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Echinozoa Echinozoaires Echinodermes non étoilés de forme globuleuse ou allongée. Ce groupe renferme les oursins et les concombres de mer.
Classe Echinoidea Echinides Ce sont les oursins. Forme globuleuse ou hémisphérique, squelette qui porte des piquants mobiles, des pédicellaires et des pieds ambulacraires. Pouvoir de régénération limité.
Sous-classe Euechinoidea Euéchinides Oursins plus ou moins sphériques, dits "oursins réguliers". Plaques ambulacraires composées. Bouche ventrale et anus dorsal. 
Super ordre Echinacea Echinacés

10 plaques péristomiales

Ordre Temnopleuroidea Temnopleuroïdes
Famille Toxopneustidae Toxopneustidés Test sans sculpture, piquants abondants. Certaines espèces sont vénimeuses voire mortelles.
Genre Tripneustes
Espèce ventricosus

Nos partenaires