Eolidien antirouille

Trinchesia miniostriata | Schmekel, 1968

N° 5201

Méditerranée occidentale

Clé d'identification

Petit éolidien de 5 mm maximum, au corps blanc opaque
Lignes longitudinales rouge orangé à brunes sur la face postérieure des rhinophores et des palpes labiaux
Les lignes forment un large anneau rougeâtre sur la moitié supérieure des rhinophores
Cérates blancs, courts et arrondis, montrant parfois une zone colorée à leur base
Cérates répartis de chaque côté du corps en 5 à 6 groupes séparés et composés de 2 à 4 cirres chacun

Noms

Noms communs internationaux

Cutona strie rosse (I)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cuthona miniostriata (Schmekel, 1968)
Tenellia miniostriata (Schmekel, 1968)

Quelques rares auteurs (Ortea et al. 2001) considèrent, à cause d'une forte analogie dans les morphologies, les colorations et les structures radulaires* respectives, que Trinchesia miniostriata pourrait être un synonyme de Cuthona pallida (Eliot, 1906), récoltée au Cap-Vert et dans l'archipel des Canaries. Mais ça n'est pas pour l'heure un avis partagé par la communauté spécialisée et T. miniostriata a un statut d'espèce valide à part entière.

Distribution géographique

Méditerranée occidentale

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française]

Décrite initialement dans le golfe de Naples, puis à Banyuls, l'espèce a ensuite été observée sur les côtes méditerranéennes d'Espagne et plus récemment, en 2020, sur la Côte d'Azur (cap d'Antibes -06).
Il est vraisemblable que cette espèce, de par sa petite taille, soit difficile à observer et que sa distribution réelle soit sous-évaluée.

Biotope

On trouve généralement cette espèce à faible profondeur sur des algues porteuses d'hydrozoaires dont elle se nourrit. Mais la rareté des observations fait que son écologie reste largement méconnue.

Description

C'est un éolidien* de petite taille, atteignant au maximum 5 mm de longueur.
De couleur blanchâtre, son critère d'identification caractéristique est la présence de 2 lignes rouge orangé à brunes qui courent sur la face postérieure des rhinophores* et des tentacules* buccaux, en formant un large anneau rougeâtre à mi-hauteur environ des rhinophores*. Ces lignes peuvent se prolonger vers l'arrière, depuis la base des rhinophores jusqu'aux premiers cérates*.
Les pointes des rhinophores et des tentacules buccaux sont blanches et semi-transparentes. Les taches oculaires sont nettement visibles derrière les rhinophores, sous forme d'un point noir.
Les cérates sont courts et globuleux, de couleur blanche, mais la glande digestive brune ou rougeâtre transparaît parfois à leur base, montrant alors une zone colorée. Ils forment 5 à 6 groupes bien séparés de chaque côté du corps, chacun des groupes ne comportant que 2 à 4 cérates.
Le pied est étroit et semi-transparent, un peu élargi dans sa partie antérieure sans former toutefois de palpes propodiaux*.

Espèces ressemblantes

Dans la zone de distribution méditerranéenne, cette espèce peut éventuellement être confondue avec

  • Trinchesia genovae, mais celle-ci a une taille plus importante, jusqu'à 15 mm, des cérates plus pointus et cerclés de jaune à leur extrémité. Elle vit généralement à plus grande profondeur (jusqu'à 40 m).
  • Rubramoena amoena, qui atteint parfois 10 mm, a un corps translucide blanc ainsi que des anneaux bruns sur les rhinophores et les tentacules buccaux. Mais les cérates bruns sont saupoudrés de mouchetures jaunes à dorées.

Alimentation

Schmekel et Portmann (1982) rapportent que cette espèce se nourrit d'hydrozoaires du genre Bougainvillia.

Reproduction - Multiplication

Les nudibranches sont des animaux hermaphrodites* synchrones. Les deux orifices de l'appareil génital s'ouvrent à droite sur le pied, sous la première rangée de cérates. Il est donc nécessaire, aux fins de reproduction, que deux individus s'apparient tête-bêche de façon à ce que les organes copulatoires s'interconnectent. Les partenaires vont ainsi échanger leurs gamètes* mâles.
Chacun pourra ensuite féconder ses propres œufs et aller pondre de son côté.
Schmekel et Portmann (1982) décrivent une ponte ellipsoïdale ou réniforme, contenant des œufs blancs à rosés de 80 microns de diamètre.

Divers biologie

Pour se nourrir, les nudibranches possèdent en général une radula*, sorte de langue râpeuse constituée de denticules* agencés selon une formule propre à l'espèce, et située dans la cavité buccale.
Selon la description initiale de 1968, la formule radulaire* de Trinchesia miniostriata est 36 x (0-1-0) (soit 36 rangées de dents, avec 1 médiane et pas de dents costales). Les dents médianes sont partiellement proéminentes et partiellement en retrait, avec 3 à 5 petites pointes latérales de longueur irrégulièrement décroissante de chaque côté de la dent.

L'anus est dorsal, localisé derrière la deuxième rangée de cérates, à droite.

Informations complémentaires

D'un point de vue taxonomique*, la position de cette espèce et des familles qui sont concernées par sa classification est encore assez trouble et fait depuis 2016 l'objet de dissensions parmi les chercheurs.
DORIS s'aligne sur la position de son site de référence taxonomique, WoRMS.

Origine des noms

Origine du nom français

Eolidien antirouille : met en avant la couleur minium des 2 raies colorées, couleur de la peinture antirouille utilisée sur le fer. On retrouve cette couleur sur les rhinophores de cet éolidien comme dans son nom scientifique (proposition de l'équipe DORIS).

Origine du nom scientifique

Trinchesia : genre dédié à Salvatore Trinchese (1836-1897), zoologiste italien qui étudia les mollusques gastéropodes.
Le genre a été décrit par Hermann von Ihering en 1879.

miniostriata : du latin [minium], poussière rouge entrant dans la composition, entre autres, du minium, peinture antirouille de couleur orange utilisée pour les pièces métalliques ; et [striata], rayée, striée. Donc, avec des stries de couleur minium, rouge-orange.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Heterobranchia Hétérobranches
Super ordre Nudipleura Nudipleures
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Cladobranchia Cladobranches
Famille Trinchesiidae Trinchésiidés
Genre Trinchesia
Espèce miniostriata

Nos partenaires