Pompaneau guatie

Trachinotus goodei | Jordan & Evermann, 1896

N° 1215

Atlantique tropical et tempéré Ouest

Clé d'identification

Dorsale et anale très allongées vers l'arrière, marquées de noir sur l'avant
Caudale très échancrée, en ciseaux
Corps très aplati latéralement
Argenté avec quatre fines rayures verticales noires sur le haut du dos
Profil arrondi de la tête
Œil très noir, très en avant

Noms

Autres noms communs français

Pompaneau grandes z'ailes, carangue zailes rondes, carangue quatre limes, quatre

Noms communs internationaux

Gaff-topsail pompano, palometa, banner pompano (GB), Palometa, pampano listado (E), Pampo-listrado, sargento (P), Stachelmakrele (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Chaetodon glaucus Bloch, 1787
Trachinotus glaucus (Bloch, 1787)

Distribution géographique

Atlantique tropical et tempéré Ouest

Zones DORIS : Caraïbes

La zone de distribution de ce pompaneau s'étend depuis le Massachusetts et les Bermudes jusqu'en Argentine, en passant par le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes.

Biotope

Le pompaneau guatie vit souvent en banc, dans la zone de déferlement des vagues ou près de blocs de corail en eaux claires, généralement depuis la surface jusqu'à 12 m de profondeur.
Les juvéniles s'installent plutôt auprès des plages de sable.

Description

Le corps de ce poisson est très aplati latéralement et peut atteindre 50 cm de longueur, avec une moyenne de 20 à 35 cm.
Le profil de la tête est arrondi. L'œil très noir est positionné très en avant et très près de la bouche. Celle-ci occupe une position basse. Elle porte des petites dents coniques et courbes.
Sur tout le corps, les écailles sont ovales. Il n'y en a pas sur la ligne latérale* et, contrairement à la plupart des Carangidés, le pédoncule caudal n'est pas renforcé de scutelles*.
Globalement argenté, le pompaneau guatie a des reflets bleutés sur le dos et bleu-vert sur le dessus de la tête. Le haut du corps est marqué par quatre fines rayures verticales noires s'arrêtant au milieu des flancs. Un cinquième trait, souvent à peine visible, peut marquer la base de la queue.
Les premiers rayons des nageoires dorsale et anale sont très allongés vers l'arrière et surlignés de noir sur l'avant. Certains individus montrent parfois des reflets orangés ou jaune doré sur la nageoire anale et sur la partie basse de la nageoire caudale. Des pinnules* sont alignées en haut et en bas du corps, depuis les nageoires dorsale et anale jusqu'à la base de la nageoire caudale.
Cette dernière est très échancrée, avec deux branches effilées en ciseaux, chacune étant largement bordée de noir dans leur partie antérieure.
Les nageoires pectorales et pelviennes sont petites et argentées, les pectorales ont parfois des reflets gris.

Espèces ressemblantes

Dans la même zone de répartition, le pompaneau-plume, Trachinotus falcatus, est plus grand (pouvant dépasser 1 m de longueur) mais les premiers rayons de ses nageoires dorsale et anale sont moins étirés. Ses pectorales sont sombres et son profil est nettement busqué. Son ventre est jaune-orangé et il n'a aucun dessin sur les flancs.

Alimentation

Il mange des petits poissons, des vers, des crustacés ou des mollusques qu'il trouve sur le sable, près des plages.

Reproduction - Multiplication

On connaît peu de choses sur la reproduction de cette espèce mais on pense qu'elle fraye au large, du printemps à l'automne.
Deux pointes dans la période de frai, en février et en août, ont été repérées en captivité.

Divers biologie

La composition des nageoires est de VII à VIII épines et 19 à 20 rayons mous pour la dorsale et de II à III épines et 16 à 18 rayons mous pour l'anale.

Informations complémentaires

Dans certaines régions, cette espèce est connue comme pouvant transmettre une intoxication alimentaire de type ciguatera*.

Réglementation

Depuis 2009, il est classé LC, soit Least Concern, dans la liste rouge de l'UICN*, c'est-à-dire dont le statut de conservation est jugé de préoccupation mineure.

Origine des noms

Origine du nom français

Pompaneau : viendrait d'un nom espagnol de poisson, pompano, dont l'origine n'est pas connue ;
guatie : nous n'avons trouvé aucun renseignement sur l'origine de ce mot. Si quelqu'un a une information à nous transmettre, nous l'accepterons avec plaisir !

Origine du nom scientifique

Trachinotus : du grec [trakh-] = rude, rugueux, raboteux, écailleux et [noton] = arrière ;
goodei : en l'honneur de George Brown Goode, ichtyologiste américain du XIXème siècle.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Carangidae Carangidés
Genre Trachinotus
Espèce goodei

Nos partenaires