Pétoncle distordu

Talochlamys pusio | (Linnaeus, 1758)

N° 2056

Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Forme à peu près ovale
Valves inégales et déformées
Valve inférieure soudée au substrat
Nombreuses côtes rayonnantes rugueuses
Oreilles asymétriques

Noms

Autres noms communs français

Peigne distordu, peigne déformé, peigne dégénéré

Noms communs internationaux

Humpback scallop, hunchback scallop (GB), Geboschelde mantel (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Crassadoma pusio (Linnaeus, 1758)
Pecten pusio (auct.), Pennant, 1777
Pecten distortus da Costa, 1778
Chlamys distorta (da Costa, 1778)
Hinnites distortus (da Costa, 1778)
Ostrea sinuosa Gmelin, 1791

Distribution géographique

Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

De la Norvège et de l’Islande au nord jusqu’aux côtes nord occidentales de l’Afrique (golfe de Guinée) au sud. Présent également sur l’île de Madère, aux Canaries et dans l’archipel des Açores. Sa présence en Méditerranée est plus rare et se limiterait à la côte sud espagnole.

Biotope

Ce pétoncle est fixé, à l’état adulte, par sa valve droite (ou inférieure) aux rochers, sur les pierres ou d’autres coquillages morts. Elle épouse parfaitement les anfractuosités du substrat, ce qui explique les formes irrégulières des valves selon les individus. On notera donc sa présence sur les fonds rocheux, des premiers mètres jusqu’à 150 m de profondeur. Il aurait été observé jusqu’à 2300 mètres.

Description

La coquille, de forme à peu près ovale, est solide et les deux valves inégales sont très déformées.
Sa taille oscille généralement entre 25 et 40 mm mais peut atteindre exceptionnellement 55 mm.
La valve gauche (ou supérieure) est nettement plus convexe que la droite (ou inférieure). Soixante à soixante-dix côtes radiaires sont présentes sur la valve gauche des coquilles adultes, la plupart recouvertes par de fines écailles cannelées. Les oreillettes sont asymétriques par rapport aux autres pectinidés européens, l’antérieure deux à trois fois plus grande que la postérieure, avec une petite encoche d'implantation du byssus* sur la première. Elles possèdent 5 à 9 nervures rayonnantes. Le bord ventral est crénelé.
Sa couleur est variable (blanchâtre, jaunâtre, brunâtre, orangée ou rougeâtre) avec de nombreuses ornementations irrégulières.

Espèces ressemblantes

Mimachlamys varia (Linnaeus, 1758) : valves bombées identiques et régulières. Fixé au substrat par un byssus.
A l’état juvénile, la confusion est très possible avec d’autres pétoncles : Talochlamys multistriata, Mimachlamys varia et Chlamys islandica.

Alimentation

Comme tous les mollusques bivalves européens, c'est une espèce filtreuse suspensivore*. L’eau, introduite dans la cavité palléale*, rentre en contact avec les branchies et les nutriments, retenus par du mucus, en sont extraits : algues planctoniques microscopiques, diatomées, œufs et larves* de toutes sortes.

Reproduction - Multiplication

Talochlamys pusio comme tous les Pectinidés est hermaphrodite* et ovipare*. D’abord mâle puis femelle, on parle de protandrie, c’est un hermaphrodite successif. Les gamètes mâles et femelles sont déversés dans l’eau de mer où a lieu la fécondation. La période de reproduction s’échelonne du printemps à l’automne.

Vie associée

La forme irrégulière de la coquille est propice à la fixation d’autres animaux : éponges, balanes, bryozoaires.

Divers biologie

Ce bivalve est fixé au substrat par un byssus* lorsqu’il est juvénile. Ce n’est que vers la fin de sa croissance que ce byssus disparaît et que la valve droite se cimente sur la roche. Les jeunes ont également une coquille beaucoup plus régulière avec 30 à 50 côtes radiaires.

Informations complémentaires

Ce pétoncle est consommé par des crabes et par certains poissons comme la grande vieille Labrus bergylta dans l'estomac de laquelle on a retrouvé des débris de coquille.

Origine des noms

Origine du nom français

Pétoncle : nom donné aux pectinidés autres que la coquille St-Jacques.
Distordu : comme l’aspect déformé de la coquille.

Origine du nom scientifique

Talochlamys : nom de genre créé par Iredale pour des espèces du Pacifique. Le préfixe "tal" est issu très probablement du maori. Iredale a créé plusieurs genres de mollusques commencant par ce préfixe.
Chlamys, du grec [chlamys] = vêtement sans manche, sorte de tunique plissée (chlamide) rappelant l'aspect plissé des valves du pétoncle.
pusio : du latin, petit garçon. Allusion à la petite taille de la coquille ?

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Pteriomorphia Ptériomorphes Muscle adducteur postérieur développé, antérieur réduit.
Ordre Ostreoida Ostréoïdes Adultes sans pied. Pas de byssus chez les adultes (il se résorbe à l'âge de un an et demi à deux ans). Souvent fixés au substrat par la valve gauche par un ciment calcaire. Charnière sans dent. Cartilage ligamentaire dans une fossette triangulaire.
Famille Pectinidae Pectinidés

Coquille plate, arrondie, avec des côtes ou des plis radiaux. De part et d'autre du crochet, des "oreilles". Le bord du manteau porte de nombreux tentacules sensoriels et des yeux. Un seul grand muscle adducteur.

Genre Talochlamys
Espèce pusio

Nos partenaires