Raie pastenague à points bleus

Taeniura lymma | (Forsskål, 1775)

N° 1000

Indo-Pacifique occidental

Clé d'identification

Corps aplati
Ventre généralement blanc
Dos ocre recouvert de taches bleues

Noms

Autres noms communs français

Raie à taches bleues, pastenague à taches bleues, pastenague queue à ruban

Noms communs internationaux

Bluespotted stingray, bluespotted ribbontail ray (GB), Rajalátigo rabo cinta (E), Blaupunktrochen (D), Ratão pintalgado (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Raja lymma Forsskal, 1775
Trygon ornatus Gray, 1830

Distribution géographique

Indo-Pacifique occidental

Zones DORIS : Indo-Pacifique

En mer Rouge et Afrique de l'Est jusqu'aux îles Salomon, au nord du Japon méridional et au sud de l'Australie nordique.

Biotope

Elle se rencontre autour des récifs de coraux. Elle migre en groupes vers les eaux peu profondes sablonneuses à la marée montante pour se nourrir de mollusques, de vers, de crevettes, de crabes.
Elle se retire lors de la marée descendante pour chercher refuge dans des grottes et sous les corniches. Elle se retrouve rarement enfouie dans le sable.

Description

Poisson en forme de disque ovale et aplati constitué de la tête et des nageoires pectorales soudées au reste du corps.
Face dorsale à dominante ocre avec des taches bleu clair ovales ou rondes régulièrement disposées. Face ventrale blanche.
Sur la face ventrale, on observe la bouche et les narines. La face dorsale porte les yeux, très haut sur la tête et les orifices respiratoires, ou évents ou spiracles.
Elle se caractérise également par une longue queue effilée en fouet plus longue que le corps. Celle-ci est munie à sa base d'aiguillons venimeux qui peuvent produire une piqûre douloureuse voire mortelle.
La taille moyenne est d'environ 70 cm.

Espèces ressemblantes

Dans une zone commune, deux autres raies montrent également des marques bleues sur une face dorsale beige à brun doré :

Neotrygon kuhlii
(Müller & Henle, 1841) fréquente la mer Rouge ainsi que les côtes de l'Afrique de l'Est jusqu'aux Samoa et Tonga dans le Pacifique. Son corps en forme de losange porte quelques pois bleux sur les ailes ainsi que des mouchetures noires sur la tête. Sa queue peut porter quelques anneaux clairs et sombres alternés.



Dasyatis chrysonota (Smith, 1828), endémique de la côte est de l'Afrique (Afrique du Sud, Mozambique, Angola, Mascareignes...), présente plutôt des marbrures bleues que des pois.

Alimentation

Elle chasse les vers, les petits poissons, les crevettes et le bernard-l'ermite.
Elle chasse à l'affût, enfouie dans le sable, ou nage lentement au-dessus du fond par ondulation de ses pectorales.

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce ovovivipare*: les œufs éclosent, puis se développent à l'intérieur du corps de la femelle.
Les jeunes se nourrissent de leurs réserves vitellines puis absorbent un fluide composé de mucus, graisses et protéines fourni par la mère grâce à des structures spécialisées.
Il peut y avoir jusqu'à sept petits par portée.

Vie associée

Le ver plat Pseudohexabothrium taeniurae parasite ses branchies.

Divers biologie

Elle a développé un système de respiration spécialisée. Elle absorbe l'eau riche en oxygène par ses évents (spiracles) situés au dessus de la tête et l'expire par les fentes branchiales situées sur la face ventrale. Ce système inversé leur évite d'absorber du sable ou de la vase.

Informations complémentaires

Bien que commune, cette espèce est menacée compte tenu de la pêche côtière intensive et de la destruction des récifs.
Elle est également recherchée par les aquariophiles.

Certains auteurs classent cette espèce dans des Potamotrygonidae, une famille de raies épineuses des eaux douces sud-américaines.

Réglementation

La raie pastenague à points bleus est classée comme « quasi menacée » dans la liste rouge de l'IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Origine des noms

Origine du nom français

La raie pastenague à points bleus doit son nom aux nombreux pois bleus recouvrant sa face dorsale.

Origine du nom scientifique

Taeniura : du grec [tainia] = bandelette, ruban ; et du grec [oura] = queue, la forme de la queue évoquant le corps d'un ver.

lymma : du grec [leimon] = vase, boue, en référence au milieu de vie l'espèce.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Chondrichthyes Chondrichthyens Squelette cartilagineux, deux nageoires dorsales et une anale (primitivement), nageoire caudale hétérocerque*, deux paires de nageoires paires, bouche disposée sur la face ventrale.
Sous-classe Elasmobranchii Elasmobranches Squelette des nageoires pectorales tribasal. Deux nageoires dorsales. 5 ou 6 paires de fentes branchiales et des spiracles.
Super ordre Euselachii Sélaciens Raies et requins.
Ordre Myliobatiformes Myliobatiformes Raies dont la dentition évoque une meule.
Famille Dasyatidae Dasyatidés Famille des raies pastenague.
Genre Taeniura
Espèce lymma

Nos partenaires