Crénilabre méditerranéen

Symphodus mediterraneus | (Linnaeus, 1758)

N° 667

Méditerranée, Atlantique Est

Clé d'identification

Poisson allongé rouge à fauve
Une tache sombre à la base des nageoires pectorales
Une tache sombre dans la partie supérieure du pédoncule caudal

Noms

Autres noms communs français

Crénilabre rouquié

Noms communs internationaux

Axillary wrasse (GB), Tordo rosso (I), Vaqueta (E), Mittelmeerlippfisch (D), Witlippige lipvis (NL)

Synonymes du nom scientifique actuel

Perca mediterranea Linnaeus, 1758
Crenilabrus mediterraneus (Linnaeus, 1758)
Lutjanus mediterraneus (Linnaeus, 1758)
Labrus coeruleovittatus Bonnaterre, 1788
Labrus serpentinus Bonnaterre, 1788
Labrus fuscus Gmelin, 1789
Labrus unimaculatus Gmelin, 1789
Lutjanus bidens Bloch, 1790
Labrus erithrophthalmus Walbaum, 1792
Labrus fuscus Walbaum, 1792
Labrus mediterraneus Bloch and Schneider, 1801
Crenilabrus brunnichii (Lacepède, 1802)
Lutjanus brunnichii Lacepède, 1802
Lutjanus massiliensis Lacepède, 1802
Labrus pittima Rafinesque, 1810
Labrus bidens Nardo, 1824
Crenilabrus boryanus Risso, 1827
Crenilabrus nigrescens Risso, 1827
Crenilabrus pictus Lowe, 1838

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française]

L'espèce est présente en Méditerranée et dans le proche Atlantique, du nord du Portugal au Maroc.

Biotope

Ce poisson fréquente les fonds rocheux et les herbiers de posidonie jusqu'à une profondeur d'environ 20 m (mais peut se rencontrer occasionnellement jusqu'à 70 m).

Description

Ce labre peut atteindre 18 cm, un peu moins pour la femelle. Les principaux caractères distinctifs de cette espèce sont une tache sombre au niveau de la partie supérieure du pédoncule* caudal, et une autre à la base des nageoires pectorales (marron chez les femelles, bleue chez les mâles). Chez le mâle, cette dernière est entourée d'une bordure jaune. La couleur du corps est rougeâtre à fauve, un peu plus verdâtre pour les individus vivant dans les posidonies. Les femelles sont plus ternes avec souvent des marbrures verticales. En période de reproduction, le mâle présente des lignes ou des pointillés bleus sur la partie supérieure de son corps. La papille génitale est bien visible chez les femelles en période de reproduction. Les lèvres sont blanchâtres.

Espèces ressemblantes

Symphodus cinereus, mais la tache sombre est à la base du pédoncule caudal et pas de tache au niveau des nageoires pectorales.

Symphodus ocellatus, mais la tache sombre est au milieu du pédoncule caudal et est plus petite. De même, chez cette espèce la tache n'est pas à la base des nageoires pectorales mais juste au dessus, sur l'opercule.

Alimentation

Symphodus mediterraneus se nourrit principalement de mollusques, mais également de vers tubicoles, de bryozoaires et d'oursins.

Reproduction - Multiplication

Les individus sont hermaphrodites* protogynes*, c'est-à-dire qu'il sont d'abord femelles puis mâles. La maturité sexuelle des femelles est atteinte vers 2 ans et la transformation en mâle se fait en général l'année suivante. La reproduction a lieu entre mai et août. La livrée des mâles devient plus intense. Tous les mâles de crénilabres (à l'exception de Centrolabrus melanocercus) construisent un nid plus ou moins élaboré qu'ils défendent farouchement. Le nid des Symphodus mediterraneus est constitué d'algues sur lequel ils dispersent du sable.

Comme la plupart des espèces construisant des nids, certains crénilabres dont Symphodus mediterraneus, manifestent des comportements sociaux de reproduction mettant en jeu trois formes de mâles. Les mâles "territoriaux dominants", de grande taille, assurent l'essentiel des fécondations, alors que des mâles "satellites" et des "sneakers"*, de petite taille, participent aux fécondations par des "vols de fécondation" suite à des éjaculations éclairs au dessus du nid. Les mâles « sneakers » adoptent une livrée qui imite celle des femelles pour ne pas être reconnus comme des rivaux par les mâles territoriaux.

Vie associée

Symphodus mediterraneus peut accessoirement pratiquer le nettoyage d'autres poissons, les débris récupérés sur leur hôte permettant alors de compléter leur alimentation.

Divers biologie

Symphodus mediterraneus peut vivre jusqu'à 8 ans.
Les lèvres sont épaisses et la bouche porte des dents fines et acérées sur une rangée ainsi que des molaires.

Informations complémentaires

La nageoire dorsale est composée de 15 à 18 épines et de 8 à 11 rayons mous. La nageoire anale a 3 épines et 8 à 12 rayons mous.

Réglementation

Cette espèce est évaluée et classée dans la liste rouge 2010 UICN sous le statut LC (Least Concern), soit "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Dérivée directement de son ancien nom scientifique : Crenilabrus du latin [crena] = crénelé, en référence à la forme de l'opercule* des crénilabres, et labrum en référence aux grosses lèvres de ces poissons.

Origine du nom scientifique

Symphodus : du grec [symphysis] = jonction naturelle, ensemble et [odont] = dent. Dents fusionnées à chaque mâchoire.

mediterraneus : vient de Méditerranée.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Symphodus
Espèce mediterraneus

Nos partenaires