Foraminifère-arbuste

Spiculidendron corallicolum | Rützler & Richardson, 1996

N° 3761

Zone inter-tropicale

Clé d'identification

Très petite structure en forme d'arbuste (3 à 6 cm)
Incolore ou blanc grisâtre

Noms

Noms communs internationaux
Spicule tree (GB)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Spiculodendron corallicolum est parfois trouvé dans des publications récentes.

Distribution géographique

Zone inter-tropicale

Zones DORIS : Caraïbes, Indo-Pacifique

Le foraminifère-arbuste est signalé à la Dominique, Bonaire, les îles Caïman, Bahamas, le Honduras, Belize.

Susan Richardson (un des auteurs de l'espèce), l'a identifié également à l'île de Guam (Micronésie), ce qui semble indiquer qu'il serait plus largement répandu dans les mers tropicales.

Biotope

Le foraminifère-arbuste pousse en solitaire, parfois en petits groupes, dans les récifs coralliens. Il choisit les parties ombragées et abritées comme les surplombs, entrées de grottes ou cavités, ou les tombants protégés du courant.

On le trouve à partir de 20 m. L'espèce est probablement assez commune, mais difficile à détecter dans son habitat si les individus sont mélangés avec des hydraires, des algues, et d'autres petits organismes peu colorés.

Description

Petit organisme en forme d'arbuste souple ou petit éventail, de 3 à 6 cm de hauteur, avec les branches approximativement dans un plan.
Les branches sont à peu près incolores. La base attachée au substrat* peut avoir une teinte verdâtre ou brunâtre, là où des diatomées ou d'autres micro-algues sont agglomérées.

Le test* est tubulaire, avec une paroi simple. Il n'est pas subdivisé en loges et ne possède pas d'ouvertures visibles.

Espèces ressemblantes

Comme d'autres petits organismes utilisant les spicules* siliceux des éponges, le foraminifère-arbuste a été pris pour une éponge (et pourrait encore l'être).

Sa forme de petit buisson peut aussi le faire confondre avec un Hydrozoaire ou certaines formes minuscules de gorgones, mais il n'existe aucune structure visible en forme de polype* ou de panache de tentacules.

Alimentation

Comme d'autres foraminifères agglutinants, il se nourrit probablement de micro-particules retenues sur les fins rameaux et récupérées par des extensions cytoplasmiques (pseudopodes*).

D'autre part, il se peut que les symbiotes* inclus dans son cytoplasme jouent également un rôle dans la nutrition.

Reproduction - Multiplication

D'une façon générale, la reproduction des Foraminifères fait alterner irrégulièrement une génération sexuée et une génération asexuée. Mais aucune donnée n'est publiée pour cette espèce.

Vie associée

Le test est construit par agglutination de spicules d'éponges présentes à proximité, avec une sélectivité pour les spicules siliceux de forme allongée (tylostyles*, oxes*, strongyles*) mais sans sélection de taille. Même lorsque des spicules calcaires, ou des fragments microscopiques de calcaire (chips) extraits par les éponges perforantes se trouvent en abondance dans son environnement, ils ne sont pas utilisés.

La microscopie électronique permet d'identifier des organismes symbiotiques* présents en forte densité dans le cytoplasme. Il s'agit de bactéries non photosynthétiques*, peut-être comparables aux bactéries chimiotrophes* associées aux éponges et Mollusques des sources hydrothermales de grande profondeur.

Divers biologie

Il s'agit d'un organisme unicellulaire ; il est constitué d'une cellule géante avec un ou plusieurs noyaux. Une partie du cytoplasme se trouve dans les micro-cavités du substrat où la tige est solidement fixée, et le reste à l'intérieur des tubes creux qui forment la tige et les branches.

La paroi du test tubulaire est constituée des spicules juxtaposés et soudés par un ciment organique similaire à la spongine. Les tubes creux de la tige ne sont pas divisés en loges ; ils se ramifient en branches et rétrécissent vers l'extrémité où les spicules sont moins régulièrement arrangés, ménageant quelques ouvertures minuscules. Ces ouvertures laissent passer les pseudopodes qui pendent comme un filet sous l'extrémité des branches.

Origine des noms

Origine du nom français

Foraminifère-arbuste : nom proposé pour rappeler l'aspect et la nature de ce petit organisme.

Origine du nom scientifique

Spiculidendron : composé à partir de [spicul-], éléments squelettiques des éponges ; et du grec [dendron] = arbre.

corallicolum : du latin [corallium] = corail ; et [-colo] = habiter, séjourner : vivant dans les récifs coralliens.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Foraminifera Foraminifères

Les Foraminifères sont exclusivement aquatiques, on en trouve dans les océans, les eaux saumâtres, les eaux douces. Les espèces sont planctoniques ou benthiques (dans ce cas, le test est libre ou fixé sur un substrat). La plupart produisent un test organique ou minéral composé d'une ou plusieurs loges, communiquant entre elles par des ouvertures appelées foramens. L'arrangement des loges est extrêmement varié. Les ouvertures de la dernière loge permettent à l'animal d'interagir avec son environnement en émettant des pseudopodes.

Ordre Astrorhizida Astrorhizidés

Foraminifères benthiques de formes variées, dont le test est formé d'éléments agglutinés par un ciment organique.

Famille Dendrophryidae Dendrophryidés
Genre Spiculidendron
Espèce corallicolum

Nos partenaires