Soleil de mer pourpre

Solaster endeca | (Linnaeus, 1771)

N° 861

Mer du Nord, Atlantique Nord, estuaire et golfe du St Laurent, Arctique

Clé d'identification

Grande étoile, envergure atteignant 40 centimètres
7 à 15 bras de longueur identique (en général 9 à 11)
Couleur pratiquement uniforme violette ou jaune orangé
Surface dorsale lisse et finement granuleuse

Noms

Autres noms communs français

Etoile solaire pourpre, étoile solaire violette

Noms communs internationaux

Purple sun star, smooth sun star, eleven armed sun star (GB), Estrella sol violeta (E), Purpur Sonnenstern, Violette Sonnenstern (D), Paarse zonnester, negenvoeter (NL), Estrela sol violeta (P), Lilla solstjerne (N)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Asterias alboverrucosa Brandt, 1835
Asterias aspera O.F. Müller, 1776
Asterias endeca Linnaeus, 1771
Asterias rumphii Parelius, 1768
Solaster endeca decemradiata Sladen, 1889
Solaster galaxides Verrill, 1909
Solaster intermedius Sluiter, 1895

Distribution géographique

Mer du Nord, Atlantique Nord, estuaire et golfe du St Laurent, Arctique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Cette espèce circumboréale est présente dans l'estuaire et le golfe du St Laurent mais également dans l'archipel de St Pierre et Miquelon. Elle est identifiée de la côte atlantique de l'Arctique jusqu'au Cape Cod (côte Est des États-Unis). Elle est fréquemment rencontrée sur les côtes scandinaves et danoises, et jusqu'aux côtes nord et ouest de la Grande-Bretagne, de l'Ecosse et de l'Irlande.

Biotope

Cette étoile affectionne les eaux froides et peut être observée sur des fonds rocheux et de graviers à des profondeurs très variables comprises entre 10 et 100 mètres, exceptionnellement jusqu'à 500 mètres.

Description

Solaster endeca est une grande étoile de mer dont l'envergure peut atteindre 40 centimètres. Elle arbore une couleur uniforme généralement violette ou jaune orangé, parfois tendant vers le rouge. Elle peut posséder de 7 à 15 bras de longueur identique (généralement entre 9 et 11). Ces bras sont forts et charnus et s'enracinent profondément dans le disque central, percé d'une unique plaque madréporique claire et excentrée : ils sont très épais à la base, plus effilés et plus pâles à leur extrêmité, qui est souvent légèrement recourbée.
Cette espèce présente en outre un aspect de coussin mou, et sa surface dorsale est granuleuse et pratiquement lisse, notamment de par l'absence totale de pédicellaires. La face ventrale est plus claire, blanc à jaune orangé.

Espèces ressemblantes

Crossaster papposus, le crachat d'amiral, une autre "étoile solaire" : sa surface est plus épineuse (celle de Solaster est plutôt granuleuse, donc plus douce au toucher), sa couleur n'est pas uniforme, son disque central est proportionnellement plus grand, et ses bras sont plus courts. Chez Solaster, les paxilles* ne saillent pas distinctement à la marge des bras.

Alimentation

Le soleil de mer pourpre est un prédateur vorace d'autres étoiles dont il se nourrit très souvent même si elles sont de grande taille !
Les concombres de mer et les nudibranches, et bien entendu les mollusques bivalves, font aussi partie de son alimentation courante.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés. Alors que la majorité des astérides mâles et femelles émettent leurs gamètes en pleine eau, où ont lieu la fécondation et les métamorphoses larvaires, les individus de cette espèce ont un mode de reproduction original : les femelles pondent leurs œufs dans l'eau, qui sont ensuite fécondés par les mâles et fixés sur le substrat. Il n'y a pas de phase larvaire planctonique, cette étoile a un mode de développement direct : la larve se transforme à l'intérieur de l'œuf. Lorsqu'elle en sort, elle ressemble déja à un adulte en miniature !

Le soleil de mer pourpre peut également se reproduire de façon asexuée par division de son corps en deux parties à peu près égales. Il a en outre un fort pouvoir de régénération et reconstitue facilement un bras amputé. A condition qu'il contienne une partie suffisante du disque central, un bras isolé peut à lui seul reformer une étoile entière.

Divers biologie

Cette étoile est la proie de poissons et d'invertébrés (gros crustacés).

Origine des noms

Origine du nom français

"Etoile solaire" est à rapprocher de sa forme. Ce nom vernaculaire est de plus la traduction exacte du nom de genre Solaster.
Cette étoile arbore le plus souvent une coloration jaune orangé à mauve, parfois rouge. Le qualificatif de pourpre est à rapprocher de cette teinte rouge, qui bizarrement est loin d'être sa couleur la plus habituelle.

Origine du nom scientifique

Solaster : du latin [sol] = soleil, et du grec [aster] = étoile, la forme de cette étoile évoquant un soleil,
endeca : du grec [endec] = onze car cette étoile peut avoir 11 bras.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Asterozoa Astérozoaires Echinodermes de forme étoilée. Les bras, simples et parfois absents, sont en nombre variable, et contiennent des organes.
Classe Asteroidea Astérides Organismes en forme d’étoile, libres. 5 à 50 bras, squelette réduit, estomac dévaginable. Ce sont les étoiles de mer.
Ordre Spinulosida Spinulosides Podia* avec ventouses. La surface aborale* porte de petites épines, plaque marginale et pédicellaires* absents.
Sous-ordre Eugnathina Eugnathes
Famille Solasteridae Solastéridés Etoiles solaires, aux bras nombreux.
Genre Solaster
Espèce endeca

Nos partenaires