Planaire sombre

Schmidtea spp. | Ball, 1974

N° 3901

Europe, Amérique du Nord et Afrique du Nord (eaux douces)

Clé d'identification

Ver aplati dorso-ventralement
Couleur brun foncé mais pouvant s'éclaircir jusqu'à jaune-gris
Tête arrondie avec petits lobes latéraux arrondis
Deux yeux noirs entourés de blanc
Longueur maximum : 22 mm

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Schmidtea lugubris (Schmidt, 1861) : nom valide

  • Dugesia lugubris (Schmidt, 1861)
  • Euplanaria lugubris (Schmidt, 1861)

Schmidtea mediterranea (Benazzi, Baguñà, Ballester, Puccinelli & Del Papa, 1975) : nom valide

  • Dugesia mediterranea Benazzi, Baguna, Ballester & del Papa, 1975

Schmidtea nova (Benazzi, 1982) : nom valide

  • Dugesia nova Benazzi, 1983

Schmidtea polychroa (Schmidt, 1861) : nom valide

  • Dugesia polychroa (Schmidt, 1861)
  • Euplanaria polychroa (Schmidt, 1861)
  • Planaria polychroa Schmidt, 1861


Distribution géographique

Europe, Amérique du Nord et Afrique du Nord (eaux douces)

Zones DORIS : Eau douce d'Europe, Atlantique Nord-Ouest

S. lugubris est présent principalement dans la partie centrale et orientale de l'Europe (jusqu'à l'Oural). On le trouve aussi en Italie du Nord, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Irlande. En France, il a été observé en Alsace.
S. mediterranea occupe certaines régions côtières et les îles de la mer Méditerranée occidentale : Catalogne, îles Baléares avec Minorque et Majorque, Corse, Sardaigne, Sicile et la Tunisie.
S. nova est présent dans une région allant du nord de l’Italie à l’Europe centrale et septentrionale : Autriche, Allemagne, Pays-Bas, Suède et Roumanie.
S. polychroa est présent principalement dans la partie centrale et occidentale de l'Europe. On le trouve aussi en Sardaigne, Sicile et Afrique du Nord. En France, il a été observé un peu partout. En 1968, il est arrivé dans les grands Lacs de l'Ontario au Canada transporté dans les ballasts des bateaux de navigation commerciale.

Biotope

Les espèces du genre Schmidtea sont fréquentes dans tous les types de cours d'eau, étangs, lacs et canaux, souvent sous les pierres et dans les plantes aquatiques. Elles privilégient les eaux calmes ou à très faible courant.

Description

Cette fiche décrit l'ensemble des espèces du genre Schmidtea :

  • Schmidtea lugubris (Schmidt, 1861)
  • Schmidtea mediterranea Benazzi, Baguñà, Ballester, Puccinelli & Del Papa, 1975
  • Schmidtea nova (Benazzi, 1982)
  • Schmidtea polychroa (Schmidt, 1861)

Schmidtea spp. sont des plathelminthes dont la face ventrale est couverte de cils vibratiles. Ces cils leur servent à se déplacer (même s'ils peuvent aussi nager sur de courtes distances) et à respirer en faisant des tourbillons dans l'eau. Les spécimens adultes peuvent atteindre 22 mm de longueur et 5 mm de largeur. Leur tête arrondie a des petits lobes latéraux arrondis (la tête est un peu plus triangulaire chez S. lugubris) et porte deux minuscules yeux noirs situés à l'intérieur de taches blanches (certains individus âgés peuvent avoir trois ou quatre yeux). Ces yeux ne leur apportent qu'une vue médiocre et ils s'orientent plutôt avec la lumière. Leur coloration est brun foncé. Elle peut s’éclaircir jusqu'à jaune gris chez S. lugubris et peut être finement tachetée chez S. polychroa. La face ventrale est de teinte plus claire que la face dorsale.

Ces espèces ont le même aspect et leur distinction implique l'examen du pénis et surtout de leur biotype chromosomique*. Les spécialistes ont déterminé sept biotypes nommés par les lettres A à G. Les quatre premiers (A à D) correspondent à S. polychroa, E à S. lugubris, F à S. nova et G à S. mediterranea.

Espèces ressemblantes

D'autres Plathelminthes sont présents mais la forme arrondie de la tête, les deux minuscules yeux noirs situés à l'intérieur de taches blanches permettent de distinguer les espèces du genre Schmidtea.

Alimentation

Essentiellement carnivores, Schmidtea spp. sont principalement actifs la nuit et chassent des petites proies comme des arthropodes blessés ou des vers oligochètes, ou se nourrissent de charognes ou d'œufs de poisson. S. polychroa préfère les gastéropodes et S. lugubris peut se nourrir d'autres planaires voire être cannibale. La proie est détectée à l'aide de deux organes olfactifs situés à l'avant. Elle est ensuite enveloppée dans du mucus visqueux. La bouche est située au milieu de la face ventrale et le pharynx qui est protractile*, en sort et laisse s'échapper des sécrétions digestives. Les tissus de la proie sont décomposés et absorbés.
La bouche sert aussi d'anus.
Schmidtea spp. peuvent rester des mois et même des années sans manger.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est exclusivement sexuée chez Schmidtea lugubris et S. polychroa. Elle se déroule au printemps dans une eau entre 10 et 20 °C. Ils sont hermaphrodites* et lors de l'accouplement, ils sont à la fois mâle et femelle. Les œufs une fois développés, sont rassemblés dans un cocon. Ensuite le corps de la mère se déchire pour l'expulser. Ce cocon est de forme ronde, attaché au substrat par une tige (pédonculé*), d'une taille d'un millimètre, de couleur jaune orangé lors de la ponte pour ensuite s'assombrir, avec une paroi dure et brillante. Il est fixé à des plantes ou à des pierres. Il contient entre un et quatre juvéniles. Il n'y a pas de stade larvaire, ce sont des individus complètement formés qui sortent du cocon. Il leur faut environ un mois pour grandir et devenir fertiles.
Les spécimens sexués de Schmidtea mediterranea produisent des cocons entre novembre et avril. En mai, lorsque la température de l'eau dépasse 20 °C, les planaires perdent leur appareil reproducteur et se reproduisent de façon asexuée par scissiparité* pendant les mois d'été. Il semble qu’il y ait deux sous-populations de S. mediterranea distinguables génétiquement par la présence d’une translocation chromosomique spécifique : une sous-population exclusivement asexuée (individus ayant la translocation) et une sous-population pouvant se reproduire de façon sexuée (individus n’ayant pas la translocation).

Dans de très rares cas, le cocon peut rester attaché/fixé le long du corps du parent, ce qui peut conduire à la formation d’une "chaîne de plusieurs individus".

La maturité sexuelle est atteinte lorsque les individus atteignent une taille de 11 mm (à environ 2 mois).

Informations complémentaires

Schmidtea spp. sont des espèces que l'on trouve généralement en retournant les pierres. Le plongeur curieux est invité à remettre soigneusement ces pierres en place.

Origine des noms

Origine du nom français

Planaire est le nom vernaculaire pour désigner l'ensemble des vers plats libres.
sombre : nom attribué par DORIS, traduction du nom scientifique latin.

Origine du nom scientifique

Schmidtea : du naturaliste allemand Eduard Oscar (ou Oskar) Schmidt ou Oscar Schmidt (1823-1886). Il est le premier descripteur de ces espèces.

lugubris : du latin [lugubris] = lugubre, qui a le caractère sombre du deuil, en allusion à la couleur sombre de cette espèce.

mediterranea : en allusion à la répartition géographique limitée à l'ouest de la Méditerranée.

nova : du latin [nov(o)] = nouveau en allusion à son identification récente.

polychroa : du latin [poly] = plusieurs et du latin [chroa] = endroit, lieu, district, région, probablement en référence à sa large répartition géographique.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Platyhelminthes Plathelminthes Vers plats à symétrie bilatérale, portant des organes des sens simples sur la tête, tube digestif à une seule ouverture ventrale. Nombreuses espèces libres ou parasites.
Classe Rhabditophora Rhabditophores Plathelminthes libres ou parasites.
Sous-classe Neoophora
Ordre Tricladida Triclades
Famille Dugesiidae
Genre Schmidtea
Espèce spp.

Nos partenaires