Sagartiogeton lacéré

Sagartiogeton laceratus | (Dalyell, 1848)

N° 2849

Atlantique Nord-Est

Clé d'identification

Tentacules répartis irrégulièrement, translucides, longs et fins
Trois bandes blanchâtres transversales sur chaque tentacule
Disque oral orangé et bien plus large que le diamètre de la colonne
Bouche largement fendue, au centre d'une dépression
Colonne orangée, parcourue de lignes verticales et dépourvue de verrues

Noms

Noms communs internationaux

Fountain anemone (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sagartia coccinea (Gosse, 1858)
Phellia picta (Gosse, 1858)

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Le sagartiogeton lacéré est observé en Scandinavie et sur les côtes ouest de Grande-Bretagne et d'Irlande. Une publication scientifique (voir la bibliographie de cette fiche) mentionne des observations en France, dans le Pertuis Charentais.

Biotope

Sagartiogeton laceratus se fixe sur des substrats durs du type fonds rocheux, ou sur des cailloux, coquilles ou tubes de vers.
Cette anémone peut également avoir la base de sa colonne simplement enfouie dans le sédiment.
Elle vit depuis l'infralittoral jusqu'à une profondeur d'au moins 100 m.
Elle se rencontre plutôt, mais pas exclusivement, dans des zones abritées.

Description

Le sagartiogeton lacéré présente sa couronne de tentacules en haut d'une colonne qui peut atteindre 60 mm de haut. A sa base, cette colonne possède un diamètre d'environ 15 mm, elle s'évase vers le haut pour atteindre un diamètre de 30 mm au niveau de la couronne. Environ 200 tentacules, assez fins et d'une longueur proche de 30 mm, sont répartis irrégulièrement en 4 à 5 cycles (verticilles*). La colonne et le disque oral présentent une coloration orangée caractéristique. Les tentacules sont translucides, de teinte gris clair, mais on observe sur chacun d'eux trois bandes transversales blanchâtres : une à leur base, une en leur milieu, et une près de leur sommet. Sous la bande blanche basale chaque tentacule, là où il rejoint le disque oral, présente un dessin en forme de chevron clair sur le fond orangé. La bouche de cette anémone est largement fendue, au centre d'une dépression.
La colonne de Sagartiogeton laceratus est ornée de lignes verticales formées d'une succession de petites taches orangées plus ou moins marquées ; la teinte générale de la colonne devient plus claire en sa partie supérieure. Sous la marge qui borde la couronne de tentacules, au sommet de la colonne, un ensemble de petites taches sombres marquent la présence de cinclides* (pores) irrégulièrement répartis. Sa base peut présenter des lacérations en rapport avec son mode de reproduction asexuée.
C'est ce type de reproduction qui explique également les irrégularités de répartition des tentacules et des cinclides.
La couronne de cette anémone est dépourvue de verrues adhésives, et donc très peu de particules (sédiment, débris coquilliers...) sont susceptibles de la recouvrir.
Toutefois, un voile de mucus plus ou moins ancien peut se trouver à la base de la colonne et avoir aggloméré sur celle-ci en partie basse des particules sédimentaires.

Espèces ressemblantes

Sagartiogeton undatus : plus grande (jusqu'à 12 cm de hauteur) et moins colorée, ses tentacules sont parcourus de deux fines lignes grisâtres.

Sagartia troglodytes, la sagartie des vases : ses tentacules sont plus courts et sa colonne porte des verrues auxquelles s'accrochent des débris divers (souvent du gravier).

Sagartia elegans, la sagartie élégante : ses tentacules sont plus courts et plus épais, et les teintes des individus sont plus colorées.

Le mode de vie sur fond sédimentaire et les tentacules longs et fins pourraient entraîner des confusions avec des cérianthes, mais ceux-ci ont une double rangée de tentacules bien différents. Voir par exemple le petit cérianthe Cerianthus lloydii.

Alimentation

Carnivores, les Sagartiidés se nourrissent à 80 % de zooplancton et à 20 % de très petites proies qu'ils capturent en étendant leurs tentacules. Les proies sont alors paralysées et amenées à la bouche centrale. Il peut leur arriver très occasionnellement d'attraper une proie plus importante.
Après digestion, les déchets sont rejetés par le même orifice.

Reproduction - Multiplication

Le seul mode de reproduction cité pour cette anémone dans la littérature scientifique est la reproduction asexuée par lacération (découpage plus ou moins en forme de lanière) basale. Un fragment de la colonne, situé juste au-dessus de sa base, se sépare et permet la formation d'un nouvel individu. Ce mode de reproduction entraîne une irrégularité dans la répartition de certaines structures (tentacules, cinclides*...).

La reproduction sexuée peut exister également, mais nous ne disposons d'aucune information à son sujet.
Chez les espèces proches de Sagartiogeton laceratus, les sexes sont séparés.

Divers biologie

Sagartiogeton laceratus vit le plus souvent en petits groupes issus de son mode de reproduction asexuée.

Chez le sagartiogeton lacéré, les aconties* ne sont pas émises rapidement lorsque l'anémone est excitée.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom sagartiogeton lacéré est une francisation du nom scientifique. C'est une proposition de DORIS pour cette espèce qui ne possédait aucun nom français.

Origine du nom scientifique

Sagartiogeton en référence au genre Sagartia et du grec [geiton] = voisin. Cette espèce est proche des espèces du genre Sagartia : du grec [sagartians] et [asagarta] venant d'un peuple nomade de la Perse antique.

laceratus vient directement du latin et signifie lacéré, en raison de l'allure que peut prendre la base de la colonne en conséquence de son mode de reproduction asexuée.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Thenaria Nynanthées Thenaria
Famille Sagartiidae Sagartiidés
Genre Sagartiogeton
Espèce laceratus

Nos partenaires