Barbarin rouge

Pseudupeneus maculatus | (Bloch, 1793)

N° 1174

Atlantique tropical Ouest

Clé d'identification

Trois taches sombres sur le dos
Lignes bleues en diagonale sur la tête
Deux barbillons charnus sous le menton

Noms

Autres noms communs français
Rouget-barbet tacheté (FAO), Souris rouge (Martinique)
Noms communs internationaux
Spotted goatfish (GB), Salmonete manchadoo (E), Gefleckte Meerbarbe (D), Gevlekte zeebarbeel (NE), Salmao-Pequeno (P)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Mullus maculatus Bloch, 1793 combinaison originale
Upeneus maculatus (1793)

Distribution géographique

Atlantique tropical Ouest

Zones DORIS : Caraïbes

Présent en Floride, aux Bahamas et aux Caraïbes, ainsi que dans le golfe du Mexique, aux Bermudes et au sud du Brésil.

Biotope

Visible de 1,5 m à 18 m de profondeur, le barbarin rouge fréquente les eaux claires des récifs et notamment les étendues sableuses où il trouve sa nourriture. Il s'y déplace en petits groupes de cinq à six individus.
Les juvéniles vivent plutôt sur l'herbier.

Description

La taille commune du barbarin rouge est de 13 à 20 cm mais certains spécimens peuvent atteindre 30 cm.
Le corps fusiforme a une coloration changeante selon l'activité du poisson, blanc quand il se déplace, rouge au repos mais avec des constantes toutefois : trois taches sombres sur le dos et des lignes bleues en diagonale sur la tête qui peuvent se prolonger sur le dos.
La tête est relativement volumineuse avec un museau pointu.
La bouche est protractile*, placée très bas (position ventrale) et donc parfaitement adaptée à la recherche de nourriture cachée dans le sol. Elle est garnie de petites dents. Sous le menton, deux barbillons charnus, véritables organes tactiles et gustatifs, complètent l'outillage dédié à la fouille des sédiments. Au repos, ils sont rabattus et rangés dans un sillon situé sous la mâchoire inférieure.
La nageoire dorsale est en deux parties bien séparées.
Une observation minutieuse permet de discerner une petite épine sur l'opercule*.

Espèces ressemblantes

Dans les eaux de la Caraïbe, le barbarin rouge peut être éventuellement confondu avec le barbarin doré (Mullus auratus) au corps rouge brun rayé de deux lignes jaunâtres. Mullus auratus se distingue toutefois par les rayures rouge brun qu'il porte sur les deux dorsales.

Alimentation

Le barbarin rouge recherche sa nourriture en fouillant les sédiments à l'aide de ses barbillons. Son régime alimentaire se compose de petits invertébrés benthiques dénichés dans le sol : crabes, crevettes, bivalves isopodes, gastéropodes,...

Vie associée

La méthode de chasse du barbarin rouge, consistant en une fouille méthodique des sédiments, intéresse d'autres poissons (carangidés, lutjanidés,...) qui profitent de la faune délogée qui lui échappe ou qui ne l'intéresse pas.

Divers biologie

Le barbarin rouge est un poisson facile à observer qui semble indifférent aux plongeurs, surtout quand il chasse. En période d'inactivité, lorsqu'il est posé au fond, ce n'est qu'au dernier moment qu'il s'éloigne, confiant dans son camouflage rouge.
La nuit, on peut voir de nombreux poissons de cette espèce “dormant" posés sur le sol.

Informations complémentaires

La chair de ce poisson est appréciée pour sa finesse.

Origine des noms

Origine du nom français

Barbarin du fait des barbillons qui ornent son menton, rouge à cause de la couleur dominante.
Le nom vernaculaire de Souris, en usage en Martinique, lui vient probablement de ses barbillons qui rappellent les moustaches des souris.

Origine du nom scientifique

Pseudupeneus : du grec [pseud-] = menteur, faux et du latin [upeneus] = rouget
maculatus : du latin [macula] = tache
donc faux rouget tacheté.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Mullidae Mullidés Percoïdes possédant une paire de longs barbillons mentonniers.
Genre Pseudupeneus
Espèce maculatus

Nos partenaires