Poisson de feu

Nemateleotris magnifica | Fowler, 1938

N° 1170

Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Clé d'identification

Poisson de 9 cm maximum
Corps élancé fusiforme
Longue épine dorsale courbée jaune liserée de rouge
Tête jaune, corps blanc puis dégradés de rouge en allant vers la caudale
Ligne violette à bleu pâle sur le dessus de la tête

Noms

Autres noms communs français
Gobie de feu (mais ce n’est pas un gobie), éleotris magnifique, poisson-fléchette magnifique, poisson-fléchette à queue tachetée
Noms communs internationaux
Fire goby, fire dartfish, magnificent dartfish, orange firefish, fish to arcere (GB), Pracht-Feuer-Schwertgrundel (D), Almindelig ildhalekutling (DK), Vuurpijlvis (NL), Roket antene oranye (Indonésie), Iga daro geregere (Iles Salomon), Hatatatehaze (Japon), Vuur-dikkop (Afrique du Sud)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Nemateleotris magnificus

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Indo-Pacifique : de la côte de l'Afrique orientale à Hawaï, îles Marquises, îles Pitcairn, îles Ryukyu, de la Nouvelle-Calédonie aux îles Australes, en passant par la Micronésie. On ne le trouve pas en mer Rouge.
Il est présent à La Réunion, Mayotte, les îles Eparses, la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et en Polynésie française.

Biotope

Ce poisson habite la partie supérieure des pentes récifales externes, les passes et les zones de lagon sous influence océanique. Il peut être observé entre 3 et 35 m, rarement jusqu’à 60 m. On le rencontre en général en couple en pleine eau mais il reste à proximité de son terrier dans lequel il disparaît en cas de menace.

Description

Un trait morphologique commun aux poissons de la famille des Ptéréléotridés est un corps élancé fusiforme. Nemateleotris magnifica mesure environ 9 cm. Sa couleur n'est pas sans rappeler une flamme, car la tête dépourvue d’écailles est jaune, déclinant vers le blanc nacré pour amorcer un dégradé de rouge vif évoluant vers un rouge sombre au niveau de la queue.
La tête et les opercules branchiaux, légèrement jaunis, sont parfois constellés de petites taches bleues à violettes, très discrètes. Une ligne violette à bleu pâle est visible sur le dessus de la tête depuis l’espace interorbital jusqu’à la première nageoire dorsale. 
Cette dorsale est en deux parties bien distinctes. Elle comporte 7 épines et 28 à 32 rayons mous. La première épine dorsale est très longue, de couleur jaune, liserée à l’avant de rouge et de bleu, courbée rabattable et dressée lors de l'intimidation. La dorsale est normalement plus longue chez les mâles, l'abdomen est plus rond chez les femelles mais le dimorphisme sexuel n’est pas très net. La deuxième nageoire dorsale et l’anale sont longues, de taille et forme semblables. L’anale comporte une épine et 27 à 30 rayons mous. La caudale est arrondie, de couleur rouge sombre et porte deux lignes sombres convergentes.

Espèces ressemblantes

Nemateleotris magnifica est le plus observé des trois espèces composant ce genre et c’est lui qui a la plus longue nageoire dorsale.

Nemateleotris decora
(éleotris décoré) a une large bande violette qui part du museau vers la première dorsale. Les nageoires sont violettes ou rouges. Le corps est jaune à blanc dans sa partie antérieure pour s’assombrir dans les tons violets dans la partie postérieure. Il a tendance à préférer des habitats plus profonds.

Nemateleotris helfrichi
(éleotris de Helfrich) a ses nageoires anale, caudale et deuxième dorsale de couleur jaune clair, le corps est rose vif. La première dorsale est ornée d'un liseré jaune et bleu. L’extrémité des pelviennes est noire. Sa tête est jaune avec un front pourpre. Il est deux fois plus petit que Nemateleotris magnifica et se rencontre rarement à moins de 40 m.

Alimentation

Le poisson de feu se nourrit de zooplancton* en milieu naturel. En aquarium, il accepte pratiquement tous les types de nourriture (granulés, copépodes, larves* de crustacés).

Reproduction - Multiplication

Le poisson de feu est monogame. La femelle pond ses œufs dans une petite cavité et le mâle surveille les œufs jusqu’à l’éclosion.

Vie associée

Ces poissons peuvent être porteurs de crustacés parasites sur les branchies (souvent visibles en dessous de l'opercule).

Divers biologie

Ces poissons se rencontrent en général par paires à l’âge adulte. Lorsqu’on en rencontre plus de deux, c’est que l’on a affaire à des juvéniles, lesquels ont la même livrée que les adultes.

Informations complémentaires

Cette espèce a beaucoup de succès auprès des aquariophiles.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson (ou gobie) de feu : ce nom est lié à ses couleurs éclatantes, au dégradé comparable à une flamme.
Poisson-fléchette : nom générique de la famille, en référence à la rapidité avec laquelle ces poissons se réfugient dans leur terrier à la moindre alerte.

Origine du nom scientifique

Nemateleotris : du grec [nematos] = fil, filament,
Eleotris désignait un genre de poissons (établi par Gronovius) réuni depuis aux gobies. Cuvier en avait fait un sous-genre qui regroupait les poissons ayant les nageoires ventrales parfaitement distinctes, les yeux écartés, six rayons à la membrane des ouïes.
magnifica : du latin [magnificus] = magnifique, somptueux, splendide.
On pourrait traduire par : splendide gobie à filament.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Gobioidei Gobioïdes
Famille Ptereleotridae Ptéréléotridés
Genre Nemateleotris
Espèce magnifica

Nos partenaires