Poisson-coffre à bosse

Tetrosomus gibbosus | (Linnaeus, 1758)

N° 995

Mer Rouge, Indo-Pacifique

Clé d'identification

Carapace pyramidale
Livrée mosaïque
Bosse sur face dorsale

Noms

Autres noms communs français
Poisson-coffre bossu, poisson-coffre pyramide, aéroglisseur boxfish

Noms communs internationaux
Blackclotched turretfish, humpback turretfish, hunchback boxfish (GB), Pyramiden Kofferfisk (D), Pez cofre giboso, cofre jorobado (E)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Ostracion gibbosus Linnaeus, 1758
Ostracion turritus Forsskal, 1775
Rhinesomus gibbosus (Linnaeus, 1758)

Distribution géographique

Mer Rouge, Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

C'est une espèce lessepsienne* qui a migré de la mer Rouge vers la Méditerranée par le canal de Suez. Cette espèce est visible en mer Rouge et en Indo-Pacifique. Elle est présente en Nouvelle-Calédonie et dans la Grande Barrière australienne.

Biotope

Il vit souvent au-dessus des herbiers ou des fonds meubles mêlés de roches et souvent à faibles profondeurs. Il est toutefois visible jusqu'à 110 m de profondeur.

Description

La famille des Ostraciidés ou poissons-coffres comprend environ 34 espèces. Les différents genres se différencient par la forme de leur corps (de carré à triangulaire). Le poisson-coffre à bosse est un poisson de taille moyenne (habituellement 20 cm, mais taille maximale de 60 cm).

Il est caractéristique par une bosse en forme de pyramide. Son corps est recouvert de plaques osseuses hexagonales, soudées en une carapace protectrice rigide (squelette dermique interne), percée de trous pour les appendices mobiles nageoires, pédoncule caudal, bouche yeux et branchies. Il n'a pas de nageoire dorsale épineuse.

Le poisson-coffre à bosse présente un dimorphisme sexuel et les mâles sont reconnaissables par une bande sombre latérale qui part de l’œil et descend en diagonale le long du flanc, et ils sont plus colorés. Lorsqu’il vieillit, il présente plus de points bleus.

Espèces ressemblantes

Compte tenu de sa forme très spécifique avec sa bosse et sa forme pyramidale, il n’y a pas de confusion possible avec d’autres espèces.

Alimentation

Le poisson-coffre à bosse est omnivore. Il se nourrit d’algues, de foraminifères, de tuniciers, et dans une moindre mesure de gastéropodes, d’ophiures, de bryozoaires, d’échinodermes, de polychètes et de crustacés.

Reproduction - Multiplication

Les mâles sont issus de l’inversion sexuelle des femelles. Les poissons-coffres sont donc hermaphrodites successifs protogynes*. Ils sont territoriaux et fonctionnent en harems.
Lors des parades nuptiales, les partenaires se tournent autour puis s’élèvent parfois jusqu’à la surface avant d’émettre simultanément le sperme et les ovules. Les œufs fécondés se dispersent ensuite en pleine eau. La ponte a lieu au crépuscule. Les larves pélagiques se transforment en post-larves de quelques millimètres et d’une forme presque cubique qui leur vaut à ce stade le surnom de poissons-dés.

Vie associée

Observation rapportée : comportement de nettoyage chez une crevette du genre Periclimenes envers un poisson-coffre à bosse Tetrosomus gibbosus sur des fonds meubles dans le port de Nouméa (Nouvelle-Calédonie).

Divers biologie

La famille des ostraciidés est connue pour avoir un épiderme couvert d'un mucus toxique (ostracitoxine) qui dissuade les prédateurs. Cette toxine peut être libérée en cas de stress.

Tetrosomus gibbosus est lent dans ses déplacements. C'est une espèce solitaire.

Informations complémentaires

En aquarium, les ostraciidés sont déconseillés car en cas de décès des individus, les autres pensionnaires risqueraient de mourir (l'épiderme de ces poissons concenant la toxine ostracitoxine). De plus, ces poissons peuvent nécessiter des exigences importantes et très contraignantes : gravité spécifique entre 1,020 et 1,025 ; température entre 23°C et 26°C ; pH entre 8.0 et 8.3.

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson coffre : car leur corps est "emballé" dans une carapace osseuse.

Origine du nom scientifique

Ostraciidae : du grec [ostracum] = coquille,
Tetrosomus : du grec [tetra] = quatre, et du grec [soma] = corps,
gibbosus : du latin [gibbus] = bosse.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Sous-ordre Tetraodontoidei Tétraodontoïdes Mâchoires et dents transformées en "bec de perroquet".
Famille Ostraciidae Ostraciidés Poissons-coffres.
Genre Tetrosomus
Espèce gibbosus

Nos partenaires