Phyllidielle striée

Phyllidiella striata | (Bergh, 1889)

N° 2860

Océan Indien, océan Pacifique Ouest et central

Clé d'identification

Rhinophores et manteau noirs
Longueur maximale de 35 mm
Tubercules roses, gris, bleutés ou verdâtres, formant des crêtes longitudinales fines discontinues
Face ventrale uniformément grise

Noms

Autres noms communs français

Phyllidiopsis striée (dérivé de l'ancien nom de genre, mais à éviter)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Phyllidiopsis striata Bergh, 1889
Phyllidia nobilis, Edmunds 1972
Phyllidia empelia Yonow, 1984
Phyllidia mediocris Yonow & Hayward, 1991

Distribution géographique

Océan Indien, océan Pacifique Ouest et central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Phyllidiella striata est connue de l'océan Indien : Maldives, île Christmas, Mozambique. En eaux françaises, sa présence est attestée à Mayotte et sa présence a été récemment confirmée en Nouvelle-Calédonie.

Biotope

Cette espèce se rencontre dans les récifs coralliens, de 1 à 50 m de profondeur.

Description

La phyllidie striée peut atteindre 35 mm de longueur. Elle a un manteau* noir et des tubercules roses, gris, bleutés ou verdâtres, formant des crêtes longitudinales fines discontinues. Les tubercules situés juste derrière les rhinophores* sont inclinés vers le milieu du dos.

Les rhinophores sont noirs avec une base rose. Les tentacules* oraux sont gris clair, parfois, il peut y avoir un peu de noir.

La face ventrale est de couleur gris uniforme.

Espèces ressemblantes

Toutes les espèces du genre Phyllidiella ont des rhinophores noirs. Elles n’ont pas de lignes noires transverses en périphérie du manteau (contrairement aux Phyllidiopsis similaires), sauf Phyllidiella backeljaui. Les tentacules oraux sont bien séparés, ils ont une base large. Les espèces les plus ressemblantes à Phyllidiella striata sont :

Phyllidiella rosans (Bergh, 1873) : les crêtes de la phyllidie rose sont continues, rarement rompues, tandis que celles de la phyllidie striée sont toujours discontinues. Ces deux espèces peuvent aussi être distinguées par la face ventrale : uniforme chez P. striata et avec deux bandes foncées chez P. rosans.

Phyllidiella pustulosa (Cuvier, 1804) : parfois la phyllidie pustuleuse n’a que des crêtes, sans agrégats de tubercules, mais celles-ci sont continues, contrairement à celles de la phyllidie striée. Cette espèce a une large répartition géographique, depuis la mer Rouge jusqu'à la Polynésie. Néanmoins, elle est rarement observée dans l'océan Indien.

L’identification actuelle de cette espèce est basée sur une publication de Nathalie Yonow en 2012. Elle-même précise à cette époque que des études moléculaires pourraient révéler plus d’espèces de phyllidies que celles qui sont valides actuellement. Les auteurs du guide NUDIBRANCH & SEA SLUG IDENTIFICATION - INDO-PACIFIC - 2nd Edition, Gosliner et al, considèrent cette espèce comme l’une des variantes de Phyllidiella pustulosa. Enfin, WoRMS maintient actuellement Phyllidiella striata comme espèce valide.

Alimentation

Les Phyllidiidés se nourrissent d'éponges. Les phyllidies n'ont ni mâchoires, ni radula* et n'ont pas d'estomac. Elles dévaginent un intestin céphalique sur la proie. Les substances acides prédigèrent les tissus des éponges puis les produits prédigérés sont aspirés.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu deux à deux, en position tête-bêche comme pour la grande majorité des nudibranches. En effet, l'appareil génital émerge du pied, sur la partie droite de l'animal, un peu derrière sa tête. Les individus étant hermaphrodites*, il y a un échange réciproque des gamètes* mâles et chaque individu va ensuite pouvoir produire une ponte.

Divers biologie

La famille des Phyllidiidés est caractérisée par l'absence de branchie dorsale. Les branchies se trouvent, sous forme de lamelles, situées des deux côtés le long du pied, cachées par le manteau.

Comme d’autres Phyllidiidés, P. striata sécrète dans ses glandes dorsales une substance de couleur blanc laiteux pour se défendre. Cette substance est toxique, elle contient des composés terpéniques cyanurés, et est synthétisée à partir des éponges dont la phyllidie se nourrit.

Informations complémentaires

A cause de son ancien nom de genre Phyllidiopsis, il existe sur le web une confusion rémanente avec l'espèce Phyllidiopsis xishaensis (Lin, 1983), qui ne lui ressemble pas, mais partage les mêmes noms vernaculaires et une ancienne synonymie. Cette espèce correspond aux noms vernaculaires Striped Phyllidiopsis (GB) et Gestreife Phyllidiopsis (D).

Cette confusion se retrouve dans les informations de distribution géographique.

Origine des noms

Origine du nom français

Phyllidielle striée est la francisation du nom scientifique actuel de cette espèce. C'est une proposition du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Phyllidiella : du latin [Phyllis –idis] (lui-même d'origine grecque), nom féminin. Phyllis était la fille du roi de Thrace, Lycurgue. Devenue à son tour reine, elle tomba amoureuse du fils de Thésée et de Phèdre, Démophoon (ou parfois Acamas, son frère). Après une tendre union, Démophoon dut retourner à Athènes pour régler quelques affaires et promit de revenir. Mais il laissa passer le jour prévu. Phyllis, se pensant abandonnée, céda au désespoir et dans un accès de délire, se jeta à la mer ! On dit que les Dieux, prenant en pitié cette reine, si tendre et si jeune, la changèrent en amandier. Lorsque, quelques jours plus tard, Démophoon revint d'Athènes, l'amandier fleurit. Comme si Phyllis était sensible au retour de celui qu'elle avait si ardemment aimé.

striata : du latin [striatus] = cannelé, strié.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Famille Phyllidiidae Phyllidiidés Corps ovale, pas de branchies dorsales (lamelles sous le manteau autour du pied), rhinophores lamellés rétractiles, manteau dur avec des tubercules, motifs et couleurs contrastés.
Genre Phyllidiella
Espèce striata

Nos partenaires