Pelvétie

Pelvetia canaliculata | (Linnaeus) Decaisne & Thuret

N° 2186

Atlantique Nord-Est, Manche, mer du Nord

Clé d'identification

Taille de 10 à 15 cm
Lanière en forme de gouttière, épaisse, coriace, dichotome
Couleur vert olive, foncé (si algue sèche) ou clair (si algue hydratée)
Pas de nervure médiane, pas de flotteurs
Extrémités gonflées et orange au printemps et en été

Noms

Autres noms communs français

Algue à gouttière, pelvétie cannelée, pelvétia

Noms communs internationaux

Channel-wrack, channelled wrack (GB), Pelvecia (E), Pelvétia (P), Rinnentaug (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Ascophyllum canaliculatum ou Ascophylla canaliculata Kuntze
Fucus canaliculatus Linnaeus
Fucodium canaliculatum J.Agardh
Fucus excisus Linnaeus
Halidrys canaliculata Stackhouse
Pelvetia canaliculata f. acultilobata ou acutilobata Ardré
Pelvetia canaliculata f. interposita Lami
Pelvetia canaliculata f.radicans Foslie
Pelvetia canaliculata var. acutilobata Lami
Pelvetia canaliculata var. libera S.M. Baker

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Manche, mer du Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On rencontre la pelvétie dans l'océan Atlantique Nord-Est : de l'océan Arctique à la péninsule Ibérique, en Manche et mer du Nord.

Biotope

La pelvétie constitue une ceinture caractéristique du haut du médiolittoral*, à la limite du supralittoral*. Cette ceinture marque de façon très nette la limite supérieure des marées de morte-eau.
Cette algue est fréquente et peut former d'importantes populations, notamment dans les zones abritées et sur les surfaces inclinées. Du fait de sa position sur l'estran, elle subit les marées, mais elle est plus souvent émergée qu'immergée. Elle peut d'ailleurs rester émergée pendant plusieurs jours, cependant le retour de la marée est indispensable à sa survie. Selon des expériences réalisées en aquarium, il semblerait qu'elle ne supporte pas une immersion prolongée et meurt rapidement, ce qui explique sa zone de prédilection. Ses lanières, en forme de gouttière pour retenir l'eau, lui permettent d'être bien adaptée à son milieu et de résister à la dessiccation.
Que ce soit en mode abrité ou en mode battu, la ceinture des pelvéties est toujours la plus haute de l'estran.
En mode abrité, sa zone de répartition sur l'estran s'arrête avec le début de la ceinture du fucus spiralé Fucus spiralis située juste en dessous et avec laquelle elle se mélange parfois. Les individus peuvent également être plus grands en mode abrité, atteignant parfois 20 cm.

Description

Pelvetia canaliculata se reconnaît facilement à ses lanières dont les bords latéraux sont repliés pour former une gouttière, d'où son nom vernaculaire. Ces lanières sont épaisses, coriaces, dichotomes* et mesurent 0,5 à 1 cm de large. Le thalle*, mesurant 10 à 15 cm, forme des buissons parfois en quantité importante. Il est imberbe, lisse et n'a pas de nervure médiane. Sa petite taille lui permet de bien résister au balancement des marées et à la houle.
Sa couleur est généralement vert olive foncé, voire noire, lorsque l'algue est émergée et plutôt sèche. Les extrémités sont gonflées et orange au printemps et en été (voir chapitre reproduction). En immersion, la couleur est vert olive clair, parfois jaune brun. Elle est fixée à la roche par un petit disque.
La pelvétie résiste très bien à la dessiccation* grâce à une couche d'huile recouvrant son thalle (perte d'eau très lente) et à ses lanières en forme de gouttière permettant de retenir l'eau. Le thalle peut aussi s'enrouler en tire-bouchon dans la longueur favorisant ainsi la retenue d'eau. Lorsqu'elle est desséchée, elle peut donner l'impression d'être rabougrie et morte, mais il n'en est rien. Sa physiologie est parfaitement adaptée à ces conditions difficiles (variations de température, luminosité, courant, pluie non salée et salinité). A la marée montante, elle se réhydrate rapidement au contact de l'eau.
Cette espèce ne possède pas de flotteurs. C'est une espèce pérenne, on la rencontre donc toute l'année.

Espèces ressemblantes

Du fait de sa position sur l'estran et de ses lanières en forme de gouttière, on ne peut pas confondre la pelvétie avec une autre algue.

Alimentation

La pelvétie est un organisme pluricellulaire autotrophe* photosynthétique*. L'algue tire son énergie de la lumière solaire, et grâce à l'absorption d'eau, de dioxyde de carbone et des nutriments dissous dans l’eau (azote, phosphore), elle fabrique la matière organique nécessaire à son développement.

Reproduction - Multiplication

La pelvétie est hermaphrodite*. Les conceptacles* sexuels forment une fourche dichotome*, renflée et verruqueuse. Ils sont situés à l'extrémité du thalle et sont de couleur orangée. Ils contiennent les organes reproducteurs mâles et femelles, ainsi que de nombreuses molécules, facteurs de croissance. Ils sont présents au printemps et en été, et mesurent de 1 à 2 cm.

Vie associée

Au même niveau de la ceinture des pelvéties, on rencontre le lichen pygmée Lichina pygmaea, également très résistant à la dessiccation, mais il n'y a pas de vie associée.
Profitez de l'estran pour observer la foule de petites bêtes qui vivent sur les laisses de mer (situées plus bas que les pelvéties) et aussi sur les pelvéties. On peut observer de petits animaux, comme l'araignée-loup Arctosa perita, qui profite de la laisse de mer pour y chasser ses proies (petits insectes), ou bien encore les mouches Fucellia maritima et Coelopa sp., ainsi que leurs larves. On y rencontre souvent le staphylin Cafius xantholoma.

Informations complémentaires

Pour l'instant, la pelvétie ne fait pas l'objet d'une exploitation industrielle ou commerciale importante. Des recherches scientifiques réalisées par un laboratoire au début des années 2000 ont permis de découvrir des molécules pouvant agir contre le vieillissement de la peau. Ces molécules, appelées pelvétianes, sont extraites des conceptacles sexuels et auraient un effet proche de celui du DHEA (hormone naturellement produite par l'organisme et en rapport avec le vieillissement).

Origine des noms

Origine du nom français

Pelvétie : traduction littérale du nom de genre scientifique Pelvetia.

Origine du nom scientifique

Pelvetia : en référence à François Alexandre Pelvet, un naturaliste français du XIXème siècle (1801-1882), peut-être aussi du latin [pelvi] = bassin, chaudron.

canaliculata
: cannelé, en forme de canal, en référence à la forme en lanière de cette algue.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ochrophyta Ochrophytes ou Hétérokontes, ou Straménopiles: présence d'un stade unicellulaire à 2 flagelles, un lisse et un à poils tubulaires.
Classe Phaeophyceae Phéophycées Algues brunes.
Ordre Fucales Fucales
Famille Fucaceae Fucacées
Genre Pelvetia
Espèce canaliculata

Nos partenaires