Anémone cylindrique

Peachia cylindrica | (Reid, 1848)

N° 791

Atlantique Est tempéré et Méditerranée

Clé d'identification

Couronne régulière de 12 longs tentacules posés à plat sur le sédiment
Marques en chevrons caractéristiques sur les tentacules
Couleur d'ensemble beige, chamois et blanchâtre
Petites structures charnues proéminentes autour de la bouche

Noms

Noms communs internationaux

Cylinder-anemone (GB), Peachia (I), Actinia cylindrica (E), Zylinderanemone (D), Cilinderanemoon (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Peachia hastata Gosse, 1855

Distribution géographique

Atlantique Est tempéré et Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Peachia cylindrica est présente sur les côtes Atlantiques européennes depuis la mer du Nord, ainsi qu'en Méditerranée, où elle est rare.

Biotope

Cette anémone vit la colonne enfouie dans le sable ou le fin gravier, depuis la zone des marées jusqu'à une profondeur atteignant 100 m.

Description

On ne voit d'ordinaire de cette anémone qu'une belle couronne régulière de 12 longs tentacules déployés et posés à plat sur le sédiment. Le diamètre de cette couronne atteint 12 à 15 cm, les tentacules étant très également répartis, de forme élancée et terminés en pointe. Ils possèdent des marques en chevrons caractéristiques, sur un fond plus ou moins translucide. Vues de dessus, ces marques semblent dessiner des "W", quand on les observe à partir du centre de l'anémone. La couleur d'ensemble est plutôt beige, chamois, parfois plus sombre, et la partie centrale de l'anémone est souvent blanche, elle aussi avec des chevrons. Cette partie est formée par la base des tentacules qui rejoignent nettement les bords de la bouche. Il n'est pas rare, quand la partie centrale de l'anémone est blanche, que cette zone blanche remonte bien plus haut sur un des tentacules (plus rarement deux). Dans ce cas, la base du tentacule est dépourvue de motifs. Des anémones cylindriques peuvent toutefois avoir une zone centrale ayant la même teinte et les mêmes motifs que les tentacules.



Autour de la bouche, une vue approchée montre une particularité des anémones du genre Peachia : il s'agit de petites structures charnues proéminentes, en forme de languettes pointues ou de courtes flammes (pour les spécialistes : chacune de ces structures est nommée conchula* et elle est issue du siphonoglyphe* (gouttière ciliée centrale)).

La colonne de cette anémone
(non visible dans les conditions habituelles) est très allongée, elle peut atteindre 30 cm pour un diamètre de 2 à 3 cm. Elle évoque, avec sa base arrondie, une saucisse ! Elle est dépourvue de ventouse basale, elle ne vit donc pas attachée à un quelconque substrat. Des grains de sable peuvent être fixés à cette colonne au niveau de certaines structures adhésives. Elle est de teinte claire avec des marbrures dont les couleurs rappellent celles des tentacules. Dans sa partie supérieure, elle peut avoir des anneaux blanchâtres. Extraite du sédiment (ce que nous nous garderons bien de faire...) elle prend parfois une forme sphérique et les tentacules apparaissent moins longs.

Espèces ressemblantes

Aucune des autres espèces mentionnées ici ne possède autour de la bouche les languettes charnues (conchulas*) caractéristiques des anémones du genre Peachia. Elles ont en commun avec Peachia cylindrica d'avoir la colonne enfouie dans le sédiment et 12 tentacules déployés à la surface de celui-ci.

Halcampoides elongatus
: les longs tentacules de cette espèce sont dépourvus de motifs.



Halcampa chrysanthellum : cette espèce possède des tentacules avec des motifs en chevrons, mais ils sont beaucoup plus courts, d'une longueur de 10 mm environ.

Alimentation

Comme les autres anémones, Peachia cylindrica est un animal carnivore qui se nourrit de petits poissons, de petits crustacés ou d'autres invertébrés de taille modeste ainsi que de divers débris organiques. Au contact d'un de ses tentacules urticants, la proie est paralysée. Le tentacule se replie pour amener la proie à la bouche où elle sera introduite pour être digérée dans la cavité gastrique.

Reproduction - Multiplication

Cette anémone pratique la reproduction sexuée. Les sexes sont séparés (espèce gonochorique*). Des anémones mâles et femelles libèrent leurs gamètes* en pleine eau où a lieu la fécondation. Il en résulte une larve ciliée pélagique, la planula, qui vit en parasite sur diverses hydroméduses entre avril et août (études en Méditerranée). La larve finit par arriver sur le fond pour donner une jeune anémone.
La reproduction asexuée n'est pas mentionnée pour cette espèce dans la littérature disponible.

Divers biologie

La littérature scientifique indique que les 12 tentacules sont répartis en deux cycles, ce qui ne se voit pas pour l'observateur en plongée.



Cette anémone peut se contracter avec une grande rapidité.



L'observation qui est reportée dans le paragraphe "Description" au sujet de la zone blanche qui remonte souvent bien plus haut sur un des tentacules quand la partie centrale de l'anémone est blanche a été réalisée à l'occasion de la rédaction de la fiche. Il serait intéressant de la confirmer par d'autres observations.

Origine des noms

Origine du nom français

Anémone cylindrique : cette anémone n'est pas la seule à avoir la colonne cylindrique, mais c'est à elle que ce qualificatif a été attribué.

Origine du nom scientifique

Peachia : en hommage à Charles William Peach (1800-1886), zoologiste anglais. Autodidacte, issu d'une famille modeste, sa fascination d'abord pour la beauté des organismes marins se transforma en une passion scientifique qui lui permit de participer à des missions comme spécialiste de la faune marine fixée.



cylindrica : du latin [cylindrus] = cylindre, en raison de la forme de sa colonne.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Athenaria Nynanthées Athenaria
Famille Haloclavidae Haloclavidés

Colonne en générale forte, parfois relativement courte et large.

Genre Peachia
Espèce cylindrica

Nos partenaires