Pagure acadien

Pagurus acadianus | Benedict, 1901

N° 2907

Atlantique Nord-Ouest froid et tempéré

Clé d'identification

Bernard-l'ermite de petite taille : de 2 à 3 cm
Pattes brun-rougeâtre à orange avec une base blanche
Première paire d'antennes et pédoncules oculaires de couleur bleue
Yeux blancs
Chélipèdes à surface granuleuse, pinces presque sans poils
Antennes striées de blanc

Noms

Autres noms communs français

Bernard-l'ermite acadien

Noms communs internationaux

Acadian hermit crab (GB)

Distribution géographique

Atlantique Nord-Ouest froid et tempéré

Zones DORIS : Atlantique Nord-Ouest

Il est présent dans l'estuaire maritime nord et sud du Saint-Laurent, en Gaspésie, aux Iles-de-la-Madeleine, au Nouveau Brunswick, en Nouvelle Écosse et dans l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon. La distribution la plus nordique étant la Baie d'Hudson et le plus au sud celui de la Baie de Chesapeake sur la côte Est Atlantique des États-Unis (proximité de la Virginie, et de l'État de Washington).

Biotope

On le rencontre dans les étages infralittoral*, circalittoral* et bathyal* sur des fonds sableux, vaseux ou rocheux.

Description

La longueur totale de son corps, abdomen mou compris, atteint de 20 à 30 mm, ce qui en fait un pagure de petite taille. Les pattes sont brun rougeâtre à orange avec une base blanche. Les pinces sont de couleur blanche avec une bande rouge-orange au milieu. La première paire d'antennes (antennules*) et les pédoncules oculaires sont de couleur bleue. Les yeux sont blancs et très robustes. Les chélipèdes* à surface granuleuse possèdent des pinces presque sans poils. La pince droite est très robuste, elle porte des crêtes et des tubercules. Le chélipède gauche est plus petit que le droit, il est pourvu d'une pince de forme oblongue en coupe transversale. La deuxième et la troisième paire de pattes sont plus longues, elles possèdent une face supérieure épineuse. Les quatrièmes et cinquièmes paires de pattes sont plus courtes. Le dactylopodite* (dernier article d'une patte), est recourbé vers l'arrière.

Espèces ressemblantes

Dans la même zone géographique, il convient de signaler les espèces suivantes :

Pagurus pollicaris Say, 1817, le bernard-l'ermite à pattes plates ou bernard-l'hermite gris. Ce pagure de couleur grise ou rougeâtre atteint 30 mm de long. Sa pince droite est large et plate ; elle est couverte de tubercules. La première paire d'antennes est plus courte que la seconde. Sa distribution dans l'Atlantique Nord-Ouest est dans sa partie tempérée et tropicale. (Le Canada est sa limite nord de distribution.) Commensalisme avec le ver plat zébré, Stylochus ellipticus.
Pagurus longicarpus
Say, 1817, le bernard-l'ermite à longues pattes. Ce pagure de couleur grise à gris-verdâtre mesure jusqu'à 13 mm de long. La pince droite est plus longue que la gauche. Il loge habituellement dans les coquilles de littorines. C'est le pagure le plus courant sur la côte atlantique nord ouest.

Pagurus bernhardus (Linnaeus, 1758), le bernard-l'ermite commun est son cousin européen. Sa morphologie est très proche du pagure acadien. Il est cependant de taille plus grande (de 3 à 8 cm). Ce pagure est orange rouge avec des taches grises ou vertes. Les pinces sont jaune-vert et mouchetées de rouge.

Alimentation

Les pagures sont des animaux détritivores* se nourrissant généralement de débris d'origine animale ou végétale.

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce gonochorique* et la reproduction est sexuée. Comme la plupart des crustacés décapodes, les œufs incubés sur l'abdomen de la femelle donnent naissance à des larves planctoniques ; le développement larvaire complet comprend chez cette espèce quatre stades zoé* et une mégalope*. Dans le cas des pagures, ces larves sont appelées glaucothoés. Après plusieurs mues larvaires dans le plancton, ces larves subissent une métamorphose à la suite de laquelle les animaux deviennent benthiques. Les "bébés" pagures recherchent une mini-coquille à leur taille dès leur arrivée sur le fond et grandissent jusqu'à devenir adultes.

Vie associée

La fourrure d'escargot Hydractina echinata est une colonie d'hydroïdes qui vit sur les coquilles habitées par le pagure acadien. La fourrure d'escargots mesure en moyenne 5 mm de haut. Les bénéfices mutuels de cette association ne sont pas encore bien connus :
-Pour certains l'association avec Hydractinia echinata est à bénéfices réciproques. En effet, d'une part, grâce à leurs cellules urticantes, les hydractinies protègeraient le pagure en éloignant leurs ennemis. D'autre part, elles profiteraient des restes des repas du crustacé.
-Pour d'autres il s'agit plutôt de commensalisme (cum : avec, mensa : table) l'un des partenaires bénéficie de l'autre sans lui nuire : les polypes profitent des déplacements du pagure pour se nourrir et capturer leurs proies.

Divers biologie

Les pagures ont une partie postérieure molle, l'abdomen, qui est fichée dans la coquille qui l'héberge : sa forme est courbée, la cuticule* est molle. Cette espèce a la particularité de pouvoir loger dans des coquilles de gastéropodes libres comme la plupart des autres pagures afin de protéger cet abdomen. La plus usitée étant celle du buccin commun Buccinum undatum.

Ses principaux prédateurs sont le crabe commun Cancer irroratus et des poissons tels que la raie hérisson Leucoraja erinacea, la morue franche Gadus morhua, le merluche-ecureuil Urophycis chuss et les chaboisseaux.

Informations complémentaires

Les pagures sont souvent utilisés comme appâts par les pêcheurs.

Origine des noms

Origine du nom français

Les pagures sont appelés bernard-l'ermite parce qu'ils ont été comparés, lorsqu'ils sont dans leur coquille, à un ermite dans sa grotte.
acadien : en raison de sa zone de répartition géographique.

Origine du nom scientifique

Pagurus : du grec [pagos] = objet fiché, durci, et [oura] = queue.
acadianus : à l'époque de la Nouvelle-France, l'Acadie était une colonie française dûment cartographiée et circonscrite à la Nouvelle-Écosse actuelle, alors que les Acadiens y étaient dispersés le long du littoral par petites communautés. L'Acadie ne bénéficie de nos jours d'aucune existence juridique officielle, pourtant elle existe dans une région de l'Atlantique Nord, c'est-à-dire dans les provinces Maritimes actuelles du Canada ; le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, mais aussi à Terre-Neuve, au Québec. Elle existe également dans l'archipel français de Saint-Pierre-et-Miquelon et aux États-unis dans l'État du Maine.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Anomura Anomoures

Les anomoures sont caractérisés par une cinquième paire de pattes atrophiée. Ils sont essentiellement représentés par les galathées et les bernard-l'ermite.

Famille Paguridae Paguridés Dissymétrie générale, la pince droite plus grosse que la gauche. L'abdomen est mou et protégé par une cuticule fine.
Genre Pagurus
Espèce acadianus

Nos partenaires