Petit nénuphar

Nymphoides peltata | (S.G. Gmel.) Kuntze

N° 479

Amérique du Nord, Europe, partie tempérée de l’Asie jusqu’au Japon

Clé d'identification

Feuilles flottantes et peltées*
Fleurs jaunes ciliées
Fixée
Tiges non ramifiées

Noms

Autres noms communs français

Nymphoïde, limnanthème, faux-nénuphar, petit nénufar pelté

Noms communs internationaux

Floating heart, yellow floatingheart, fringed water-lily (GB), Genziana d'acqua, limnantemio (I), Genciana acuática (E), Seekanne, Teichenzian (D), Ninfoides, watergentiaan (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Limnanthemum peltatum (Gmel.) Kuntze
Nymphoides nymphaeoides (L.) Britt.
Limnanthemum nymphoides (L.) Hoffmanns. & Link

Distribution géographique

Amérique du Nord, Europe, partie tempérée de l’Asie jusqu’au Japon

Zones DORIS : Eau douce d'Europe

Amérique du Nord, Europe, partie tempérée de l'Asie jusqu'au Japon.
Présente dans toute la France et la Belgique mais rare dans la région méditerranéenne.

Biotope

N. peltata pousse dans les eaux stagnantes ou à courant lent, de préférence sur fonds vaseux, là où la profondeur ne dépasse pas 2 m.
Elle est fréquente partout sauf en montagne où elle est pratiquement absente.

Description

Nymphoides peltata fait partie des plantes à fleurs dont les ancêtres terrestres sont retournés à l'eau. Les feuilles de cette espèce sont flottantes et les fleurs émergées. Elle est fixée.
L'eau étant surabondante, les vaisseaux conducteurs sont peu développés et les racines sont absentes. Elles sont remplacées par des rhizoïdes* qui apparaissent sur les tiges et qui fixent la plante.
Les feuilles sont plus petites que celles du nénuphar et alternées sur la tige. Les fleurs sont jaunes avec 5 pétales portant de petits cils.

Alimentation

Comme tous les végétaux, cette plante est autotrophe* grâce à la photosynthèse*. Grâce à l'eau, au CO2 dissous et à l'énergie lumineuse, elle fabrique sa propre matière organique. Les feuilles et les rhizoïdes absorbent l'eau et les minéraux car les racines ont disparu.

Reproduction - Multiplication

Plante hermaphrodite* et vivace*.
Reproduction asexuée :
N. peltata se reproduit majoritairement de manière végétative, par fragmentation et bouturage des tiges. La fragmentation de la plante se déroule de juillet à septembre et les rhizoïdes se développent souvent sur un fragment avant que celui-ci ne se détache de la plante mère.
Reproduction sexuée :
La floraison se produit de juin à septembre. La pollinisation se fait par les insectes (pollinisation entomogame*). Le fruit a la forme d'une capsule. Lorsqu'il est à maturité, son pédoncule se recourbe pour l'enfoncer dans la vase. Ensuite c'est l'ensemble de la plante qui s'enfonce jusqu'au fond où les parois des capsules sont dégradées, libérant ainsi les graines directement dans la vase. Graines qui peuvent aussi être dispersées par les mouvements de l'eau (dissémination hydrochore*).

Vie associée

C'est un refuge où s'abritent des gastéropodes, des petits crustacés, des bryozoaires, des petits poissons, des tritons et des grenouilles. Ces plantes servent aussi d'ancrage à de nombreux micro-organismes.

Divers biologie

Les éléments nutritifs étant dissous dans l'eau, ils ne sont pas absorbés par les racines (absentes) mais par toute la plante et en particulier par les feuilles.
L'oxygène se dissout moins dans l'eau que dans l'air et pour y pallier, la plante stocke de l'air dans les espaces intracellulaires. De ce fait, dans l'eau, cette plante n'a guère besoin de tissus de soutien et les parties ligneuses ont disparu.
Contrairement à d'autres espèces de nénuphars, le petit nénuphar est assez disséminé et ne forme que très rarement de vastes peuplements.

Informations complémentaires

Le petit nénuphar est une plante qui se développe très bien en étang. Elle empêche la prolifération des algues par émission de molécules toxiques et sert de protection aux alevins.
Elle est vendue partout.
Elle a été introduite en Amérique du Nord-Est.

Réglementation

Le petit nénuphar est en régression. Autrefois très présent, il souffre de la disparition de son habitat naturel (mares comblées, zones lacustres asséchées, etc.).

De portée régionale :

Espèces végétales en région Picardie : Article 1
Espèces végétales en région Haute-Normandie : Article 1
Espèces végétales en région Centre : Article 1
Espèces végétales en région Basse-Normandie : Article 1
Espèces végétales en région Bourgogne : Article 1
Espèces végétales en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur : Article 1
Espèces végétales en région Alsace : Article 1
Espèces végétales en région Pays-de-la-Loire : Article 1
Espèces végétales en région Poitou-Charentes : Article 1
Espèces végétales en région Aquitaine : Article 1
Espèces végétales en région Lorraine : Article 1

Origine des noms

Origine du nom français

Nénuphar : de l'arabe [nînûfar] = nénuphar.

Origine du nom scientifique

Nymphoides : du grec [nymphè] = jeune fille, fiancée, qui a donné nymphéa, le nénuphar, et du grec [eidos] = forme soit en forme de nénuphar,
peltata : du latin [peltata] = armé d'une pelte (petit bouclier ; une feuille peltée est une feuille dont le pétiole s'insère au milieu du foliole).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Magnoliophyta Angiospermes Plantes à fleurs dont les graines fécondées sont renfermées dans un fruit.
Classe Magnoliopsida Dicotylédones Embryons à deux cotylédons*.
Sous-classe Asteridae Astéridées
Ordre Solanales Solanales
Famille Menyanthaceae Ményanthacées
Genre Nymphoides
Espèce peltata

Nos partenaires