Notonecte

Notonecta glauca | Linnaeus, 1758

N° 939

Europe, Caucase et Afrique Septentrionale

Clé d'identification

Brun clair avec un triangle noir sur le dos
Paire de pattes postérieure plus longue que les deux autres paires
Nage sur le dos en agitant ses pattes postérieures comme des rames
Vient respirer en surface.

Noms

Autres noms communs français

Abeille d'eau, notonecte glauque, punaise d'eau

Noms communs internationaux

Common water boatman, common backswimmer, notonect, water boatman (GB), Notonetta (I), Nadador de espalda, Nedador d'esquena (E), Gemeiner Rückenschwimmer, Rückenschwimmer (D), Gewoon bootsmannetje (N)

Distribution géographique

Europe, Caucase et Afrique Septentrionale

Zones DORIS : 2 Eau douce d'Europe

Europe (sauf au nord de la Scandinavie), Caucase et Afrique Septentrionale

Biotope

Eaux dormantes (étangs, mares à fond vaseux) ou faiblement courantes.

Description

La notonecte est un insecte hétéroptère (yeux composés, présence de fourreaux alaires* chez la larve adulte, absence de cerques* à l'extrémité abdominale, rostre piqueur comme pièces buccales) hydrocorise (à antennes réduites et peu visibles).
L'adulte possède deux paires d'ailes, dont la première, l'aile antérieure, est en partie durcie et forme un hémélytre* (les élytres c'est à dire les ailes supérieures, ne sont cornées ou coriaces qu'à la base). La tête, enchâssée dans le thorax, porte 2 grands yeux noirs.
N. glauca présente un hémélytre* brun clair avec un triangle noir sur le dos (scutellum*) et des parties couleur vert d'eau. La paire de pattes postérieure beaucoup plus longue que les deux autres paires, est munie de soies natatoires.
Elle atteint une taille de 13 à 15 mm.
Elle nage sur le dos en agitant ses pattes postérieures comme des rames et vient respirer en surface.
C'est un des insectes dulcicoles les plus communs d'Europe.

Espèces ressemblantes

La Famille des Notonectidae est représentée dans le monde par quelques 500 espèces, dont une demi-douzaine de tailles comparables pour l'Europe :
- Notonecta lutea, OF Müller, 1776 : la notonecte jaune. L'hémélytre* est verdâtre, les ailes postérieures sont blanc cassé. Les yeux sont rouge foncé avec une tâche noire. Elle passe l'hiver à l'état d'œuf.
- Notonecta maculata, Fabricius, 1794 : la notonecte tachetée. L'hémélytre* et les ailes postérieures sont noirs. Les yeux sont rouge très foncé. Les pattes sont vertes. Très commune dans le midi de la France.
- Notonecta obliqua, Gallen, 1787 : l'hémélytre* et les ailes postérieures sont noirs avec deux bandes obliques blanches. La tête est blanche et les yeux rouge très foncé. Les pattes sont vert foncé.
- Notonecta reuteri, Hungerford, 1928 : la notonecte nordique. Elle est entièrement blanche avec des rayures noires sur le dos et la tête. Les yeux sont rouges à tâches noires, les pattes sont brunes.
- Notonecta viridis, Delcourt, 1909 : la notonecte verte. L'hémélytre* est de couleur brune, tandis que les ailes postérieures sont de couleur saumon. Les yeux sont rouges.

Sur le continent Nord-Américain, on peut également trouver :
- Notonecta lunata, Hungerford, 1926 : avec les yeux rouges, le thorax jaune et le dos blanc cassé
- Notonecta irrorata, Uhler, 1879 : entièrement noire.
- Notonecta uhleri, Kirkaldy, 1897 : avec les yeux rouges et le dos brun rayé de noir.

Alimentation

N. glauca fait partie des punaises. C'est donc un insecte piqueur-suceur muni d'un rostre acéré et puissant. Les pattes antérieures servent à maintenir la proie, le temps de porter l'estocade.
Excellente nageuse, la notonecte poursuit et capture des vers, des larves, d'autres insectes, de petits têtards et à l'occasion de jeunes poissons. La puissance de son rostre lui permet de s'attaquer à des proies comparativement de grande taille (par exemple : des criquets).
Son comportement de chasse peut être divisé en trois séquences, chacune étant évoquée par des stimuli différents :
- l'approche de la proie provoquée par des stimuli vibratoires ;
- le saut, la capture de la proie par des stimuli optiques ;
- la piqûre finale par des stimuli tactiles.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés, mais très comparables.
L'accouplement a lieu à la fin de l'hiver et au début du printemps.
La femelle insère ses nombreux œufs aux trois-quarts et obliquement dans les tiges des plantes aquatiques. Les nymphes qui en sortent ressemblent aux adultes, ont le même mode de vie et atteignent leur taille définitive à l'âge de deux mois (entre juin et septembre). Comme tous les insectes hétéroptères, les larves de notonecte subissent 5 mues successives pour atteindre le stade adulte. Les adultes hivernent, se reproduisent dès le printemps suivant et meurent pendant l'été (ils sont souvent parasités par des champignons).
Lorsqu'elles veulent coloniser d'autres mares, les notonectes se retournent dans l'eau, percent la surface avec leur dos, déploient leurs ailes et décollent. Leur vol produit un vrombissement audible.

Vie associée

Caraphractus cinctus (un insecte de la famille des Mymaridae) pond dans les œufs des notonectes.
La notonecte est, à l'occasion, la proie d'autres prédateurs aquatiques comme les népidés, les grosses larves d'odonates et certains oiseaux aquatiques. Elle est rarement au menu des poissons.

Divers biologie

La notonecte peut piquer douloureusement, d'où le surnom d' "abeille d'eau" qui lui est parfois donné.
Sa respiration est aérienne. N. glauca pique la pointe de son abdomen à travers la surface de l'eau. Les fins poils hydrofuges qui garnissent le ventre et sous les hémélytres* (ailes antérieures) conservent sa réserve d'air.
A sec, elle se traine péniblement ou sautille maladroitement. Par contre, elle vole avec beaucoup d'aisance.
Pendant la période hivernale, elle reprend plus ou moins ses activités dès que la température s'adoucit. Il n'est pas rare d'apercevoir, sous la glace fondante d'une pièce d'eau, des notonectes se déplacer.

Informations complémentaires

La notonecte a été l'objet de nombreuses études scientifiques. En effet, elle dispose d'yeux comparables à un double système de lentilles sans aucune aberration sphérique (tandis que toutes les lentilles de fabrication humaine présentent des aberrations plus ou moins marquées).

Origine des noms

Origine du nom français

Notonecte: traduction du nom scientifique
Abeille d'eau : car provoque une piqure douloureuse

Origine du nom scientifique

Notonecta : du grec [notos] = dos et du grec [nectos] = nage. Qui nage sur le dos.
glauca : du latin [glaucus] = glauque, vert de mer

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Hexapoda Hexapodes Arthropodes à six pattes. Ce sont les insectes au sens large.
Classe Insecta Insectes Hexapodes terrestres et dulcicoles possédant trois paires de pattes et deux paires d’ailes (sauf chez les Diptères).
Sous-classe Pterygota Neoptera Ptérygotes Néoptères Insectes ailés dont les ailes sont rabattues au repos. L'immense majorité des insectes.
Ordre Hemiptera Hémiptères Des antennes longues, des pièces buccales piqueuses avec un long rostre, et deux paires d'ailes dont l'une, en partie cornée, est transformée en hémiélytre.
Sous-ordre Heteroptera Hétéroptères Insectes ptérygotes hétérométaboles, avec un appareil buccal de type piqueur-suceur, deux paires d'ailes : les postérieures sont membraneuses, les antérieures sont partiellement cornées. Antennes longues.
Famille Notonectidae Notonectidés Punaises aquatiques carnassières.
Genre Notonecta
Espèce glauca

Nos partenaires