Mélibée magnifique

Melibe japonica | Eliot, 1913

N° 1108

Indo-Pacifique

Clé d'identification

Grand capuchon buccal
Fort mimétisme
Digitations longues et larges

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Melibe mirifica Allen 1932

Distribution géographique

Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Indo-Pacifique

Biotope

Melibe japonica se rencontre sur les fonds meubles et sablo-vaseux.

Description

Melibe japonica est un nudibranche qui, adulte, peut atteindre les 30 cm. Son observation sous l'eau n'est pas si simple, du fait de son fort mimétisme. En effet, sa livrée dans les vert-gris, son aspect translucide et ses tubercules dorsaux le font se confondre avec le substrat.

Des zébrures claires peuvent parcourir le corps.
Le corps est mou, long, sans coquille et s'amincit vers l'extrémité postérieure. Il est couvert de tubercules coniques assez gros et de couleur foncée. Ces tubercules contiendraient des algues unicellulaires symbiotiques. Du pied, partent à la perpendiculaire des grandes digitations bien remarquables. Il en existe généralement quatre de chaque côté, mais certains individus en possèdent plus. Ces digitations sont larges, longues et épaisses.

La tête forme un large capuchon buccal. Déployé, ce dernier ressemble à un dôme mais il peut aussi être totalement replié. Sur le dessus, deux petits rhinophores rétractiles sont visibles.

Espèces ressemblantes

La confusion est possible entre les différentes espèces du genre Melibe.
Les mélibées se caractérisent par leur voile (ou capuchon) oral, mais des questions restent posées quant à la classification des espèces du Pacifique.
M. fimbriata (Alder & Hancock, 1864) et M. viridis (Kelaart, 1858) formeraient une même espèce, M. viridis étant considéré comme la forme juvénile.
M. japonica se différencierait des autres mélibées par des tubercules coniques. Gosliner & Smith (2003) considèrent que Melibe japonica et Melibe mirifica ne constituent qu'une seule espèce.
M. pilosa (Pease, 1860) est également une espèce visuellement semblable.

Alimentation

M. japonica se nourrit principalement de petits crustacés, mais il pourrait également se nourrir de petits poissons. Il capture sa proie à l'aide de son capuchon buccal. Ce capuchon est continuellement projeté en avant. Ce nudibranche ne possède pas de radula*.

Les algues symbiotiques* qui vivent dans les tubercules du mélibée pratiquent la photosynthèse* et produisent ainsi des sucres que le mélibée utilise comme seconde source de nutriments.

Reproduction - Multiplication

Les nudibranches sont hermaphrodites*. Deux individus se fécondent mutuellement.
La ponte des mélibées contient de nombreux œufs minuscules et est déposée en forme d'écouvillon. De couleur très claire, elle est posée à même le substrat.

Divers biologie

Les mélibées seraient les seuls nudibranches à se nourrir de crustacés.

L'espérance de vie des nudibranches demeure courte : de l'ordre d'un à douze mois selon les espèces.

De par leur fort mimétisme, les mélibées auraient peu de prédateurs.

Les digitations peuvent être perdues au bénéfice de la défense.

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Melibe : nom inspiré de la mythologie. Mélibée est un nom de berger, on le retrouve aussi dans les Bucoliques de Virgile.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Dendronotina / Dendronotacea Dendronotinés / Dendronotacées Corps long et effilé. Appendices dorsaux en aiguille, en cigare ou branchus. Tête généralement pourvue de tentacules enroulés (rhinophores*) qui peuvent se rétracter dans des gaines. Rhinophore en tube ou en coupe. Mangeurs de Cnidaires.
Famille Tethydidae Téthydidés

Enorme tête et large capuchon oral. Présence d'appendices branchiaux à la base des cérates. Absence de radula. Espèces nageuses.

Genre Melibe
Espèce japonica

Nos partenaires