Vivaneau-pagaie

Lutjanus gibbus | (Forsskål, 1775)

N° 2270

Mer Rouge et Indo-Pacifique tropical

Clé d'identification

Silhouette caractérisée par une bosse sur le dos, une tête avec front long
Œil rond, noir cerclé de jaune et rouge, en arrière des commissures
Couleur générale grise ou rouge
Nageoires pectorales lie-de-vin
Nageoire caudale rouge foncé à noire, fourchue à 2 lobes arrondis

Noms

Autres noms communs français

Lutjan bossu, perche pagaie (Polynésie française), lutjan queue en pagaie (Nouvelle-Calédonie), vivanneau têtu (Djibouti), bord de mare (Seychelles)

Noms communs internationaux

Humpback red snapper, paddletail, paddletail snapper, paddle-tail sea-perch (GB), Pargo jorobado (E), Buckelschnapper (D), Pargo curvado, pargo encarnado, sassoni (P), Zaoiche, ziache (Comores), Boggel-snapper (Afrique du Sud), Taea (Maori), Jayo, jumöc, mabwa (Nlle-Calédonie), Tuhara (Tahiti)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sciaena gibba Forsskål, 1775
Lutianus gibbus (Forsskål, 1775)
Diacope lineata Quoy & Gaimard, 1824
Diacope borensis Cuvier, 1828
Diacope coccinea Cuvier, 1828
Diacope striata Cuvier, 1828
Lutjanus coccineus (Cuvier, 1828)
Diacope axillaris Valenciennes, 1830
Diacope rosea Valenciennes, 1830
Diacope tiea Lesson, 1831
Diacope melanura Rüppell, 1838
Mesoprion janthinurus Bleeker, 1854
Genyoroge bidens Macleay, 1882
Lutianus tahitiensis Seale, 1906
Anthias heraldi Schultz, 1953
Lutjanus comoriensis Fourmanoir, 1957

Distribution géographique

Mer Rouge et Indo-Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

On trouve Lutjanus gibbus en mer Rouge et dans tout l'océan Indien depuis les côtes africaines, de Djibouti jusqu'au KwaZulu-Natal en Afrique du Sud (il est présent à Mayotte et La Réunion). Cette espèce se rencontre également dans l'océan Pacifique depuis le nord du Japon jusqu'à l'Australie tropicale au sud et la Polynésie française à l'Est.

Biotope

Récifs coralliens, pentes récifales et tombants sont des zones où le vivaneau-pagaie est rencontré la plupart du temps, en bancs très importants et peu mobiles. Les passes de lagons constituent aussi un biotope* fréquenté, notamment au moment de la reproduction.
Des individus solitaires de grande taille ont été aperçus à proximité d’épaves.
Les juvéniles préfèrent les mangroves*, les zones mixtes sable-corail à faible profondeur ou les zones intertidales*.

Description

Lutjanus gibbus a une taille adulte pouvant aller jusqu’à 50 cm. Il présente une silhouette caractérisée par une bosse sur le dos.
La coloration peut varier fortement. Souvent rouges, parfois gris, les individus adultes montrent une tête à concavité prononcée, avec un front long et une bouche proéminente. L’œil, assez gros et bien rond, situé prés du front, est placé un peu en arrière de la commissure des lèvres. Il est bordé de jaune si l’individu est gris et de rouge plus foncé si l’individu est rouge, parfois un mélange des deux.
L. gibbus est généralement plus foncé sur la partie haute du dos avec une macule jaune-orange à rouge foncé (selon que la livrée de l’individu est grise ou rouge respectivement) d’une part sur la partie inférieure de l'opercule* qui se prolonge en protubérance (pas vraiment une épine) vers l’avant, dans une encoche du préopercule* qui l'accueille, et d’autre part dans la partie axillaire* de la nageoire pectorale.
Les nageoires pectorales sont lie-de-vin. Les nageoires dorsale et anale,dont seule l’extrémité postérieure est bien visible, sont rouge foncé à noires, finement margées de blanc.
La ligne* latérale suit la gibbosité du dos. La queue homocerque* est fourchue avec deux lobes arrondis (le lobe supérieur semble souvent un peu plus rond que l'inférieur). Cette caudale est également rouge foncé à noire, avec une fine ligne blanche sur son bord de fuite.



Les juvéniles sont plutôt gris clair. La concavité de la tête est à peine marquée. Le bord de la nageoire dorsale est foncé ; les pectorales sont à peine colorées. Le pédoncule* caudal porte un large point noir arrondi alors que la nageoire caudale est entièrement jaune translucide. Cette coloration jaune de la caudale disparaît progressivement avec l’âge. Ainsi, les individus sub-adultes présentent encore une tache jaune à chaque extrémité de la caudale tandis que la livrée reste gris clair. La belle coloration des pectorales se développe elle aussi avec l’âge.

Espèces ressemblantes

Parmi les autres membres du genre Lutjanus, peu d'espèces ont le même profil bossu associé à la même palette de couleur.
Certains empereurs ou becs de cane (Lethrinidés), comme Lethrinus nebulosus, présentent également une taille et une silhouette analogues, avec une concavité au dessus de la tête. Leur distribution géographique est pratiquement la même. On en distingue aisément Lutjanus gibbus par sa couleur rouge ou gris très clair sur le corps, ses pectorales rouges et sa caudale noirâtre bilobée.
Une autre confusion est possible avec le poisson écureuil géant, Sargocentum spiniferum, qui lui aussi, rouge, a un grand front, une bouche proéminente et des nageoires jaunes. Mais le corps plus massif et les fortes écailles bien visibles de ce dernier, sa deuxième nageoire dorsale ainsi que son épine préoperculaire longue et proéminente permettent de les distinguer sans ambiguïté.

Alimentation

Lutjanus gibbus chasse la nuit. Il se nourrit de poissons et d’invertébrés parmi lesquels crevettes, crabes, langoustes, squilles, céphalopodes et échinodermes.
Les juvéniles se nourrissent de plancton*.

Reproduction - Multiplication

En décembre et janvier, on peut observer des rassemblements très importants de vivaneaux-pagaies, probablement de plusieurs milliers d’individus. Les femelles lâchent leurs œufs en pleine eau. Ces œufs sont fécondés par les mâles qui disséminent leur laitance dans un véritable ballet aquatique.

Vie associée

Lutjanus gibbus se rencontre fréquemment en compagnie d’autres espèces de vivaneaux, notamment Lutjanus kasmira. On a également pu le voir mêlé à des bancs de Caranguidés, tels que Caranx latus.

Informations complémentaires

Des cas d’empoisonnement par la ciguatera* après consommation de spécimens de grande taille ont été rapportés par plusieurs sources. Les populations locales évitent de le pêcher, ce qui expliquerait en particulier sa bonne santé écologique.

Origine des noms

Origine du nom français

Vivaneau-pagaie : le mot vivaneau est un nom donné à la plupart des espèces de la famille des Lutjanidés. D’origine antillaise, il provient du nom d'espèce de Lutjanus vivanus et signifie "vivant, vivace", probablement en rapport avec l’activité débordante des Lutjanidés dans le récif.
Le nom de pagaie vient de la forme caractéristique de la queue (le nom anglais paddletail signifie d’ailleurs « queue en pagaie »).
En ce qui concerne son principal autre nom français, lutjan bossu : le mot lutjan est une francisation de son nom scientifique de genre, Lutjanus, et l’adjectif bossu fait référence à la forme du dos et à la concavité de la tête.

Origine du nom scientifique

Lutjanus : mot probablement d’origine malaise (si vous en connaissez le sens, contactez-nous !).
gibbus
: en latin, signifie bossu, gibbeux.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Lutjanidae Lutjanidés
Genre Lutjanus
Espèce gibbus

Nos partenaires