Lissa goutteuse

Lissa chiragra | (Fabricius, 1775)

N° 1385

Méditerranée + Atlantique portugais

Clé d'identification

Crabe de couleur rouge vif
Carapace fortement bosselée
Rostre assez court en forme de T
Pattes courtes couvertes de tubercules

Noms

Autres noms communs français

Araignée noueuse, araignée goutteuse, araignée de mer rouge, crabe tête d'Homme

Noms communs internationaux

Warty spider crab, entirely red crab, arrow spider crab, decorator crab (GB), Granchio rosso, granchietto tutto rosso (I), Falso centollo, falsa centolla, cámbara roja, cangrejos lágrima (E), Rote Gespensterkrabbe (D), Pók rák (Balkans), Round-jointed spider crab (Malte)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pisa chiragra Latreille 1825

Distribution géographique

Méditerranée + Atlantique portugais

Zones DORIS : 1 Europe (côtes françaises), 1.2 [Méditerranée française]

Malgré deux signalements au Portugal, la lissa goutteuse peut être considérée comme une espèce endémique* stricte de Méditerranée. Elle y a été observée sur les côtes de différents pays : Espagne (y compris les Baléares et Melilla), France, Italie, Grèce, Chypre... Elle est sans doute présente partout où il y a du coralligène*, ou des herbiers denses de posidonies.

Biotope

La lissa goutteuse est une espèce typique du coralligène*. Elle est également présente dans les posidonies (rhizomes et feuilles) et a été signalée sur des fonds détritiques et sur des fonds vaseux. Cette araignée de mer est habituellement observée de quelques mètres de profondeur à une cinquantaine de mètres ; elle a été trouvée jusqu'à 90 m.

Description

La lissa goutteuse est une petite araignée de mer de taille modeste (environ 4 cm de longueur) et typiquement de couleur rouge vif.
La carapace porte des bosses séparées par des sillons. Il y a parfois une tache blanche sur la région médiane et arrière de la carapace. L'ensemble des taches et des reliefs de la carapace peut faire penser à un « masque » souriant ou grimaçant (cf. photos).
Les pinces et les pattes portent également de nombreux tubercules ; la couleur des pattes est uniforme (pas annelée), avec parfois de minuscules taches blanches.
Le rostre* est court et en forme de T, avec une extrémité parfois blanche ou rose violacée.
Les mâles adultes ont la pince comprimée latéralement, les doigts sont courts et laissent un espace entre eux lorsque la pince est fermée. Les jeunes mâles et les femelles ont les pinces plus petites et plus fines que les mâles adultes.
Quelques poils en crochet, servant à accrocher des algues ou autres organismes, se rencontrent sur le corps de l'animal, principalement sur la moitié avant ; des poils en massue sont présents, mais plutôt à l'arrière de l'animal et du côté ventral. Des épibiontes* peuvent compléter ce dispositif de camouflage, mais à la différence d'autres crabes dits "décorateurs", la lissa goutteuse n'est pas toujours ou pas spécialement adepte de la récupération et du recyclage de tout ce qui l'entoure.
Des spécimens roses ont été signalés (mais pas photographiés) ; il pourrait s'agir de spécimens venant juste de muer et n'étant pas encore calcifiés, ou plus probablement d'une confusion avec des spécimens de Pisa nodipes.

Caractères anatomiques utilisés en systématique :
La carapace* des plus gros individus atteint 36 mm de largeur pour 46 mm de longueur. Les femelles peuvent être matures (ovigères*) à partir de 32 mm de longueur de carapace.
Les segments abdominaux 3 à 6 sont soudés.
Parmi les bosses de la carapace, observer celle qui est située tout à l'arrière et au milieu du dos : chez cette espèce elle est divisée en 2 boules accolées. Elle est appelée « épine intestinale » par les scientifiques.
Le rostre en T est formé de deux lames plates et jointives, tronquées à l'extrémité et se prolongeant de chaque côté à angle droit.

Espèces ressemblantes

Lissa chiragra est la seule espèce du genre Lissa ; il est difficile de la confondre avec d'autres espèces au vu de ses caractéristiques si particulières de coloration et de forme. Dans les petites araignées de mer, le genre Pisa est un genre assez voisin qui comporte plusieurs espèces méditerranéennes ; en particulier Pisa nodipes peut présenter certaines ressemblances, ce qui a déjà conduit à des erreurs d'identification (sur le net). Pisa nodipes est généralement de couleur brune, mais des spécimens brun-rouge voire rouges (essentiellement des jeunes) sont connus ; les pattes peuvent présenter des annulations de couleur claire. Cette espèce n'a pas un rostre en T, mais deux épines rostrales longues et pointues, légèrement divergentes à l'extrémité. La dernière bosse de la carapace (l'épine intestinale) n'est pas divisée en deux bosses accolées, mais elle est large, tronquée et arrondie.

Alimentation

On sait peu de choses sur son alimentation. Elle consomme probablement de petits organismes fixés.

Reproduction - Multiplication

Sur les côtes d'Espagne on trouve des femelles ovigères* de mai à août. Le diamètre des œufs est de 0,54 mm. Comme chez tous les Majidés, le développement larvaire est condensé, avec seulement deux stades zoé* et une mégalope* précédant le premier stade juvénile.
La morphologie des larves est très voisine de celle des espèces du genre Pisa.

Vie associée

Pour se camoufler, l'espèce se recouvre souvent de divers organismes prélevés dans son milieu comme les algues du genre Peyssonnelia, Halimeda tuna, Flabellia petiolata, des éponges Axinella spp., des serpulidés.

Informations complémentaires

Le nom de "crabe tête d'Homme" semble utilisé par certains plongeurs de la côte d'Azur pour désigner Lissa chiragra ; ce nom n'a pas été retrouvé dans des documents graphiques ou sur le web.
En relation avec cette appellation, il convient de signaler que l'Homme a vu depuis très longtemps des visages sur le dos des crabes ! Par exemple, dans l'antiquité des pièces de monnaie (tétradrachmes) ont circulé avec une face représentant un crabe en vue dorsale et dont le corps présente l'aspect d'une tête humaine. Les crabes sur ces monnaies méditerranéennes ressemblent à des Carcinus ou à des Potamon, et sont donc d'allure assez différente de celle de la lissa goutteuse.
Ils sont différents également des crabes dits « à face humaine » appartenant à la famille des dorippidés dont le crabe laineux Medorippe lanata est le représentant en Méditerranée. Cette dernière espèce est très voisine des fameux "crabes des samouraïs" Heikea (Heikeopsis) japonica + H. arachnoides en Asie, dont la carapace évoque assez bien le visage d'un guerrier grimaçant.
Un autre crabe des côtes françaises métropolitaines, le Corystes cassivelaunus, est appelé "crabe masqué" en raison, dit-on, des traits d'un visage humain que l'on peut deviner sur la carapace.

Origine des noms

Origine du nom français

"Lissa goutteuse" est une proposition du site DORIS.
Lissa est repris du nom de genre latin, goutteuse : à cause de la forme bosselée de la carapace et des tubercules des pattes (cf. nom latin d'espèce).

Origine du nom scientifique

Lissa = lisse, encore que ce qualificatif s'applique difficilement à une carapace aussi déformée !

chiragra :
de chiragre, vieux français, mot formé sur le modèle de podagre par remplacement du préfixe grec [pod-] (= pied) par [chir-] ( = main). Podagre signifie "qui souffre de goutte aux pieds" (cristaux d'urée dans les articulations, suite à des excès de table !), chiragre = la même chose dans les articulations des mains.
Ce nom lui a été donné en référence à la maladie de la goutte, caractérisée chez l'homme par des nodules au niveau des articulations des membres, en particulier des mains et des pieds. L'araignée avec ses pattes bosselées ressemble à la main déformée d'un malade atteint de la goutte.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Brachyura Brachyoures Les brachyoures ont un abdomen réduit replié sous le céphalothorax. Ils sont représentés par les crabes et les araignées de mer.
Famille Epialtidae Epialtidés Orbites faiblement développées. Carapace triangulaire épineuse ; pattes relativement courtes. Se déguisent souvent à l’aide d’algues fixées sur leur carapace.
Genre Lissa
Espèce chiragra

Nos partenaires