Liagore visqueuse

Liagora viscida | (Forsskål) C. A. Agardh

N° 273

Méditerranée, Atlantique Nord-Est

Clé d'identification

Algue buissonnante
Filaments cylindriques très fins à ramifications dichotomes
Couleur blanche avec des extrémités roses ou violacées
Visible au printemps et en été

Noms

Autres noms communs français

Liagore

Noms communs internationaux

Liagora (GB, E), Alga viscida (I), Rentiermoosalge (D), Rendiermos-wier (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Liagora viscida f. ceranoides
Fucus viscidus Forsskal 1775

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée, Atlantique Nord-Est, de la Bretagne au Maroc

Biotope

Cette algue est photophile*. On la trouve sur des fonds rocheux, éclairés, de la surface à 5 mètres de profondeur.

Description

Liagora viscida est une algue buissonnante visible au printemps et surtout en été. Elle atteint 5 à 10 cm de hauteur. Son thalle* est formé de filaments cylindriques très fins, d'environ 1 mm de diamètre, à ramifications fortement dichotomes* (qui se séparent en deux).

La couleur est blanche. Le thalle est calcifié. La consistance est ferme mais reste souple. Les extrémités (apex*), dépourvues de calcaire, sont de couleur rose à violacée, jamais rouge.
La base de fixation au substrat* est discoïde.

Espèces ressemblantes

Liagora distenta n'est visible qu'au printemps et en été. Chaque segment d'axe porte des rameaux adventifs* courts ramifiés dichotomiquement. Elle n'est présente qu'en Méditerranée et Atlantique proche.

Liagora tetrasporifera, a un développement saisonnier plus tardif (visible en été et en automne) et une aire de répartition un peu différente (présente en Méditerranée occidentale et aux Canaries). Elle ressemble beaucoup à L. viscida, mais ses apex* (extrémités) nettement rougeâtres sont caractéristiques.

Alimentation

Les différents pigments de cette algue dont le pigment rouge (phycoérythrine), la chlorophylle* (vert) et les caroténoïdes (jaune/brun) permettent à cette algue d'effectuer la photosynthèse* et de constituer sa biomasse à partir de lumière et de sels minéraux. Le pigment rouge est en abondance et colore la partie terminale en rose.

Reproduction - Multiplication

Cette algue est visible à partir du printemps, avec un maximum en été, elle disparaît à l'automne. Le cycle de vie comprend deux phases différentes : un gamétophyte* (thalle sur lequel se forment les gamètes* mâles ou femelles) visible ou macroscopique (produit des gamètes mâles ou femelles), partie visible en saison, et un sporophyte* (thalle produisant des spores) filamenteux microscopique. Les deux générations sont morphologiquement dissemblables.

Informations complémentaires

Pour vérifier la présence de calcaire déposer une goutte d'acide chlorhydrique dilué, on observe une légère effervescence.

Origine des noms

Origine du nom français

Il est d'usage pour les végétaux de franciser le nom de genre et de traduire le nom d'espèce latin.

Origine du nom scientifique

Liagora, du nom d'une Néréide.
Du latin [viscidus] = visqueux, gluant.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Rhodobionta / Rhodophyta Rhodobiontes Algues rouges, pour la plupart marines.
Sous-embranchement Eurhodophytina
Classe Florideophyceae Floridéophycées

Thalle élaboré formé de fins filaments branchés ou en lames.

Sous-classe Nemaliophycidae Némaliophycidées
Ordre Nemaliales Némaliales Les thalles sont ramifiés, cylindriques ou légèrement aplatis.
Famille Liagoraceae Liagoracées

Les thalles sont parfois incrustés de calcaire.

Genre Liagora
Espèce viscida

Nos partenaires