Jorunna funèbre

Jorunna funebris | (Kelaart, 1859)

N° 1956

Océan Indien, Indo-pacifique et Pacifique tropical ouest

Clé d'identification

Nudibranche blanc à taches sombres irrégulières, souvent circulaires et composées de points
Points noirs le long de la marge du pied
Rhinophores noirs avec une base blanche
Panache branchial bicolore blanc et noir (ou marron)

Noms

Noms communs internationaux

Funeral jorunna, ringed dorid (GB)

Distribution géographique

Océan Indien, Indo-pacifique et Pacifique tropical ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

L'espèce se rencontre dans l'océan Indien (notamment à Mayotte, à la Réunion, aux Maldives... mais aussi de l'Afrique du Sud à Oman vers le nord). Elle est également présente dans l'Indo-Pacifique et dans l'océan Pacifique tropical Ouest, de l'Australie au Japon et en Nouvelle-Calédonie.

Biotope

Ce nudibranche s'observe sur le récif peu profond à moins de 10 mètres, sur le substrat dur ou sur le sable. Il est visible de jour comme de nuit.

Description

C'est une limace de forme ovale, de couleur blanche avec des cercles marron ou noirs irréguliers, plus ou moins denses et constitués de petits points sombres.
La taille de ce nudibranche peut atteindre 12 cm mais en moyenne, elle est de 5 cm.

Le manteau recouvre le pied, même si l'on peut souvent observer ce dernier sur l'arrière. Le manteau est couvert de petites papilles appelées caryophyllidia caractéristiques du genre, qui lui donnent un aspect rugueux au toucher (ce que l'on évitera bien sûr de faire). Ces villosités sont d'ailleurs visuellement observables sans problème. Ce sont certaines de ces caryophyllidia colorées en sombre qui constituent les dessins variés du manteau.
Il existe des points noirs, le long du bord du manteau.
Les rhinophores* ont une structure lamellaire, ils sont de couleur noire avec une base blanche.
Le panache branchial apparaît souvent bicolore, les feuilles blanches étant nervurées de noir ou de marron. Comme pour toutes les espèces de cette famille, les rhinophores et les branchies sont rétractables.

Chez les juvéniles, il n'existe pas de cercles noirs constitués mais seulement des points noirs.

Espèces ressemblantes

Jorunna zania est une limace très proche d'aspect, rencontrée uniquement en Afrique du Sud. Les tentacules oraux sont blancs à la différence de Jorunna funebris. L'autre différence tiendrait à l'anatomie du tractus sexuel. Ces aspects n'étant pas facile à observer, l'espèce est, sur simple photo, difficile à distinguer de J. funebris, qui est également présente sur la zone. Certains auteurs soupçonnent même qu'il s'agit de synonymie.
Dans le Pacifique oriental (Californie), Jorunna pardus Behrens & Hederson, 1981 est esthétiquement très proche.

Dans l'aire de distribution de notre jorunna funèbre, et notamment à Mayotte, à la Réunion, on peut rencontrer plusieurs espèces de Trapania assez ressemblantes par leurs taches noires sur fond blanc. Évoquons principalement Trapania naeva Gosliner & Fahey, 2008. Mais celle-ci est beaucoup plus petite (pas plus de 2 cm) avec un corps plus élancé. Elle possède des tentacules céphaliques blancs et des excroissances de couleur sombre autour du panache branchial.

Alimentation

Ce nudibranche se nourrit d'éponges essentiellement de couleur bleue, comme Haliclona sp, Xestospongia et Euplacella cf australis.
Il se nourrit de jour comme de nuit.

Reproduction - Multiplication

Comme tous les nudibranches, la jorunna est hermaphrodite. La fécondation est simultanée et réciproque, les deux individus se présentant tête-bêche. En effet, les organes génitaux se trouvent sur le côté avant droit du corps et doivent être mis en relation. Chacun des partenaires pourra ensuite aller pondre.
La jorunna funèbre pond des chapelets d'œufs blancs en large ruban ondulé et spiralé. L'ondulation du ruban donne un aspect "crénelé" à la spirale de ponte.

Vie associée

On a signalé aux Philippines sur un individu de grande taille, la présence d'une petite crevette impériale Zenopontonia rex. Difficile de dire s'il s'agit d'un cas fortuit ou d'une association régulière.

Informations complémentaires

Son tégument contient une substance cytotoxique : la jorumycine, sans doute à rôle répulsif, et qui intéresse les chercheurs pour ses propriétés anti-tumorales.

Origine des noms

Origine du nom français

Jorunna funèbre est la reprise en français du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Jorunna : Bergh a créé ce nom de genre certainement en référence à une héroïne d'une saga islandaise (Njal's Saga). Il semble d'ailleurs coutumier du fait puisque les genres Thuridilla, Halgerda dont il est également l'auteur, sont aussi tirés de personnages de cette saga.

funebris (latin) signifie funèbre, relatif aux obsèques, à cause des mouchetures noires qui marquent la robe blanche de cette limace et lui donnent un aspect demi-deuil.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Discodorididae Discodorididés Forme aplatie ovale ou un peu rectangulaire. Pied plus petit que le manteau granuleux. Possibilité d’autotomie du bord du manteau. Présence de glandes à acide. Tentacules buccaux coniques ou digitiformes.
Genre Jorunna
Espèce funebris

Nos partenaires