Isoète des lacs

Isoetes lacustris | L.

N° 3346

Circumboréal (régions tempérées et froides de l'hémisphère nord)

Clé d'identification

Plante entièrement submergée, haute de 20 cm
Feuilles longues de 8 à 18 cm et larges de 0,3 à 0,6 cm
Feuilles partent toutes de la base de la plante
Absence de fleurs

Noms

Noms communs internationaux

Lake quillwort, quillwort (GB), Calamaria lacustre (I), See-Brachsenkraut (D), Grote biesvaren (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Calamaria lacustris (L.) Kuntze
Isoetes brochonii Motelay
Isoetes lacustris subsp. brochonii (Motelay) Douin

Distribution géographique

Circumboréal (régions tempérées et froides de l'hémisphère nord)

Zones DORIS : Eau douce d'Europe, Atlantique Nord-Ouest

Cette plante est présente dans les lacs des régions froides et tempérées de l'hémisphère nord : États-Unis (du Maine au Wisconsin), Canada (Labrador, Québec, Ontario), Groenland, Islande, Norvège, Suède, Finlande, nord de la Russie, Danemark, nord de l'Allemagne et de la Pologne, Suisse, îles Britanniques et Pays-Bas.
En France, on peut la trouver dans le Massif central (du nord de la Lozère au Puy-de-Dôme), les Pyrénées (limite sud de cette espèce) ainsi que dans le Morvan et les Vosges (lac de Gérardmer).

Biotope

Isoetes lacustris pousse près de la surface, de 0,5 à 5 m de profondeur, de préférence dans des eaux froides, acides et peu turbides. En France, on ne la trouve que dans des lacs situés entre 600 et 2300 m d'altitude (espèce relique des périodes de glaciation) alors qu'en Europe du Nord, elle est fréquente en plaine et parfois présente en eau courante.

Description

L'isoète des lacs est une plante entièrement submergée, haute de 20 cm (maximum 40 cm).
Ses feuilles sont longues de 8 à 18 cm et larges de 0,3 à 0,6 cm. De couleur vert foncé, elles sont dressées, rigides et cassantes. Elles partent toutes de la base de la plante. Elles ont une section semi-cylindrique, des lacunes aérifères* et leur base engainante porte une petite ligule* peu visible (voir planche naturaliste). Elles persistent plusieurs années, ce qui est à l'origine du nom scientifique de la plante.
Il n'y a pas de fleurs.
I. lacustris forme des colonies, voire des herbiers.

Espèces ressemblantes

Isoetes echinospora, isoète à spores spinuleuses : ses feuilles sont vert clair et souples alors que celles de I. lacustris sont vert foncé et raides.

Litorella uniflora, littorelle à une fleur : la confusion est possible à l'état végétatif sinon la présence de fleurs permet aisément de faire la distinction ; elle pousse dans les zones inondables plutôt que dans celles immergées en permanence.

Lobelia dortmanna, lobélie de Dortmann : la confusion est possible à l'état végétatif sinon la présence de fleurs au bout d'une tige nue pouvant atteindre 70 cm, permet aisément de faire la distinction ; d'origine subtropicale, elle préfère le climat des côtes de l'océan Atlantique.

Alimentation

Comme tous les végétaux, cette plante est autotrophe* grâce à la photosynthèse*. Elle fabrique sa propre matière organique en utilisant l'eau, le CO2 dissous et l'énergie lumineuse.

Reproduction - Multiplication

Reproduction sexuée :
A la base de la feuille, du côté interne, en dessous de la ligule, il y a un sac qui renferme des spores. Les feuilles externes contiennent les mégaspores (femelles) et les feuilles internes les microspores (mâles). Les mégaspores sont globuleuses, réticulées, avec des protubérances en forme de bandelettes. Les microspores ont des crêtes saillantes.
Les spores sont à maturité entre mai et juillet.
Reproduction asexuée :
La multiplication se fait par les rhizomes*.

Vie associée

Les herbiers à isoètes des lacs abritent des gastéropodes, des petits crustacés, et des bryozoaires. Ces plantes servent aussi d'ancrage à de nombreux micro-organismes.
Les colonies sont souvent associées à des littorelles (Littorella uniflora).

Divers biologie

Les éléments nutritifs étant dissous dans l'eau, ils ne sont pas absorbés par les racines (absentes) mais par toute la plante et en particulier par les feuilles.
S'il arrive qu'une plante soit temporairement émergée (par exemple en fin d'été), elle le supporte sans mal.

Informations complémentaires

Cette espèce est sensible à la pollution et à la turbidité de l'eau.

Réglementation

De portée nationale :
Liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire français métropolitain : Article 1

Origine des noms

Origine du nom français

Isoète des lacs : traduction du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Isoetes : du grec [isos] = égal et [etos] = année, par allusion à l'aspect toujours vert de ces plantes.
lacustris : du latin [lacus] = eau dormante, lac, étang.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Classe Equisetopsida Equisetopsida
Ordre Isoetales Isoétales
Famille Isoetaceae Isoetacées
Genre Isoetes
Espèce lacustris

Nos partenaires