Mygale intertidale

Idioctis intertidalis | (Benoit & Legendre, 1968)

N° 4669

Océan Indien Ouest

Clé d'identification

Chélicères parallèles à l’axe longitudinal du corps
Fovea très large et droite ou très légèrement recourbée vers l’avant
Abdomen de couleur sombre, sans motif
Céphalothorax duveteux de couleur ferrugineuse
Une dizaine de soies positionnées entre les yeux et la fovea
Longueur moyenne sans les pattes : 10 mm

Noms

Autres noms communs français

Mygale des Badamiers (Mayotte)

Noms communs internationaux

Intertidal trapdoor spider (GB)

Synonymes du nom scientifique actuel

Atrophonysia intertidalis Benoit & Legendre, 1968

Distribution géographique

Océan Indien Ouest

Zones DORIS : ● Indo-Pacifique

On rencontre l'espèce à Madagascar (Nosy Be), aux Seychelles et dans les Comores (sur Grande Comore et plus récemment à Mayotte).

Biotope

Au sein de la zone de balancement des marées (zone intertidale*) ou à proximité, cette araignée creuse son terrier dans un sol boueux argileux exclusivement.

Description

Idioctis intertidalis est une mygale Barychélidé qui a été décrite en 1968 par Benoit et Legendre à partir de 2 spécimens (une femelle et un juvénile) : il n’y a pas de description de mâle connue à ce jour.

Comme toutes les araignées, le corps d’une mygale est constitué d’un abdomen (l'opisthosoma*) et d’un céphalothorax (le prosoma*) sur lequel on trouve 4 paires de pattes ambulatoires. Chez les mygales, chacune des pattes possède une terminaison en coussinet de poils adhésifs (les scopules*).
La partie céphalique porte également 2 chélicères* (appendices buccaux) et 2 pédipalpes* (pattes-mâchoires entourant la bouche).
Chez les Mygalomorphes, sous-ordre d'appartenance d'Idioctis intertidalis, les chélicères sont parallèles à l’axe longitudinal du corps (contrairement aux Aranéomorphes chez lesquelles les chélicères se ferment comme une pince).

Il existe des milliers d’espèces de mygales distribuées dans le monde, recouvrant plus de 300 genres.
Les mygales du genre Idioctis se caractérisent par une carapace (partie supérieure du céphalothorax en arrière des yeux jusqu’à la base de l’abdomen) poilue et sans motif.
La fovea* (strie thoracique présente au centre de la carapace) est très large et droite ou très légèrement recourbée vers l’avant. L’abdomen est de couleur pâle, sans motifs.
Les épines rastellaires (présentes sur le rastellum*) sont en ligne, surplombant les crochets et pas sur des protubérances.
Les lames maxillaires (maxillae) présentent généralement 18-20 petites dents (cuspules*) au niveau du coin antérieur interne. Le labium* (pièce buccale inférieure) est large et sans cuspules. Le sternum* est long et étroit (environ 1.5 fois plus long que large), avec éventuellement de minuscules sigilles* (indentations circulaires marquant l’accroche des muscles internes). Pour plus de détails sur les positions des poils (scopules) sur les différentes paires de pattes et la configuration des mâchoires voir Churchill et Raven, 1992.

Pour différencier Idioctis intertidalis des autres Idioctis spp., bien qu’elles ne soient pas du tout sympatriques*, cette espèce (femelle uniquement, donc) a été décrite par les auteurs initiaux comme étant de couleur ferrugineuse, excepté pour l’abdomen qui est de couleur noirâtre. Le rastellum est composé de 9-10 épines (6 pour les juvéniles) couvrant l’articulation des crochets, au niveau de leur jonction avec les chélicères. Ces derniers sont équipés de 8 dents chélicérales (6 pour les juvéniles), la première étant rudimentaire. La pilosité est duveteuse et clairsemée, avec une dizaines de soies* positionnées entre les yeux et la fovea. Les lames maxillaires présentent 2 spicules* sur le bord inférieur et sont uniformément couvertes de poils longs et abondants.
Très peu d'individus sont connus de par le monde mais chez le type femelle, la longueur de l'abdomen et du céphalothorax est de 8,6 mm (hors chélicères).

Espèces ressemblantes

Aucune espèce ressemblante (du même genre) dans l'aire de répartition d'Idioctis intertidalis.
L’espèce la plus proche morphologiquement est Idiophthalma sp., qui n’existe qu’en Amérique du Sud (non sympatrique*) et a priori dans un environnement différent de la zone intertidale.

Alimentation

Il n’existe pas d’information sur le régime alimentaire spécifique à Idioctis intertidalis.
En revanche, Benoit et Legendre (1968) indiquent qu'Idioctis littoralis, provenant de Singapour, semble se nourrir exclusivement de vers annélides polychètes, d'après son descripteur Abraham, en 1924 (qui l'avait décrite des lagunes de Malaisie).

Reproduction - Multiplication

Il n’existe à ce jour aucune information sur la reproduction propre à Idioctis intertidalis.

Vie associée

Une association (partage de biotope*) est connue dans les Seychelles avec une autre araignée mygalomorphe, Nesiergus halophilus Benoit, 1978, de la famille des Théraphosidés.

Divers biologie

Le genre Idioctis compte à ce jour 9 espèces réparties dans l’Indo-Pacifique.

Idioctis intertidalis est une espèce rare (l'UICN* l’a même déclarée PE (Possibly extinct) en 2017) dont on ne connaît que la physiologie de femelles et juvéniles. Les individus étudiés par Benoit (1978) et Raven (1988) par la suite provenant respectivement des Seychelles et de Grande Comore (archipel des Comores) sont également des femelles ou des immatures.
L'holotype* provient de Nosy Be (Madagascar).

Cette mygale vit exclusivement en zone littorale, juste au-dessus de la limite moyenne des marées de vives-eaux dans un terrier creusé dans un sol boueux argileux (constaté à Nosy Be et aux Seychelles).
Ce terrier est coudé (description détaillée dans Benoit, 1978) et les parois sont recouvertes d’une soie blanche très serrée.

Informations complémentaires

Pas d’information spécifique quant à la dangerosité de la morsure de I. intertidalis.
En revanche, comme pour toute araignée, il convient de rester prudent et de ne pas la manipuler, la morsure pouvant potentiellement être douloureuse et le venin déclencher des réactions allergiques.

Réglementation

Pas de réglementation connue sur cette espèce.
En revanche, Idioctis intertidalis est actuellement classée CR (en danger critique) sur la liste rouge de l'UICN*.
Concernant Mayotte : le seul endroit où l'espèce est connue, à savoir la vasière des Badamiers, constitue un site protégé, reconnu en 2011 comme zone humide d’importance internationale (site RAMSAR). Il fait l'objet d'une convention (Convention RAMSAR), qui fournit des orientations aux parties contractantes sur la gestion de ces sites.

Origine des noms

Origine du nom français

Mygale intertidale : francisation du nom scientifique d'espèce, précisant en sus son appartenance au sous-ordre des Mygalomorphes.

Mygale des Badamiers : à Mayotte, l'espèce n'est connue que de la vasière des Badamiers et en porte donc le nom. Cette zone se trouve sur l'île de Petite Terre. Il s'agit d'une lagune littorale particulière et unique, alimentée à la fois par les brèches du lagon (eau salée) et par les bassins versants (eau douce).

Origine du nom scientifique

Idioctis : origine du nom inconnue. Ce choix n'est pas expliqué par le descripteur du genre, Ludwig Carl Christian Koch en 1874.
intertidalis : mot formé sur la base du latin [inter] = "à l'intérieur de", "au milieu de" et de l'anglais [tide] = marée. La zone intertidale est l'un des noms de la zone de balancement des marées (ou estran) et c'est la zone de vie de cette espèce.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Chelicerata Chélicérates Corps divisé en prosome* et opisthosome*. Chélicères et Pédipalpes. 4 paires de pattes locomotrices.
Classe Arachnida Arachnides Corps formé d’un céphalothorax et d’un abdomen. Présence de chélicères.  Huit pattes (4 paires).
Ordre Araneae Araignées Glandes séricigènes abdominales, chélicères avec des glandes à venin.
Sous-ordre Mygalomorphae Mygalomorphes

Araignées orthognathes (Orthognatha) : base des chélicères dirigée vers l'avant.
Mygales.

Famille Barychelidae Barychelidés

Mygales tropicales caractérisées par des peignes de soies à l'extrémité des pattes.

Genre Idioctis
Espèce intertidalis

Nos partenaires