Crabe araignée

Hyas araneus | (Linnaeus, 1758)

N° 924

Estuaire et golfe du St Laurent, côte Atlantique Nord

Clé d'identification

Carapace de forme triangulaire
Carapace moins large que longue
Rostre effilé
Pattes fines

Noms

Autres noms communs français

Crabe crapaud, araignée nordique

Noms communs internationaux

Toad crab, great spider crab, atlantic lyre crab (GB), Gewone spinkrab, Noordzee spinkrab (NL), Sandkrabbe (NO)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Hyas lyratus Dana, 1851

Distribution géographique

Estuaire et golfe du St Laurent, côte Atlantique Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Hyas araenus est présent dans l'estuaire et le golfe du Saint Laurent, sur la côte Atlantique Nord, de l'Arctique au Cape Cod. On le trouve également sur les côtes britanniques, au nord jusqu'en Norvège, au Spitzberg et en Islande. Il est également fréquent de le rencontrer dans l'archipel de Saint Pierre et Miquelon.

Biotope

Le crabe araignée est présent sur les zones sableuses et rocheuses depuis la surface jusqu'à 75 m.

Description

Hyas araneus est un des crabes les plus visibles en Amérique du Nord. Il est actif de jour comme de nuit. Sa carapace est dite piriforme, c'est-à-dire en forme de poire ou de violon. Elle est à peu près ronde à la base, et couverte de gros tubercules. Sa coloration est rouge brun. Cette couleur pâlit lorsque la carapace est exposée à l'air libre. Le rostre est constitué de deux cornes effilées et rapprochées, chacune d'elles possède deux rangées de soies dorsales crochues. L'épine postorbitale est large et le bord de la carapace est aplati derrière, formant une plaque distincte. Sa taille peut atteindre jusqu'à 105 mm de long pour les mâles contre 65 mm pour les femelles. Les chélipèdes* représentent environ les deux tiers de la longueur des pattes ambulatoires.

Espèces ressemblantes

Hyas araneus peut être confondu avec Hyas coarctatus (crabe lyre). Il est parfois difficile de faire la distinction entre les deux espèces. Mais Hyas coarctatus possède un rebord dentelé proéminent situé en arrière des yeux sur la carapace, ce qui permet de faire la différence entre les deux espèces.

Alimentation

Ses proies sont essentiellement constituées de petits crustacés mais il se nourrit aussi d'algues, de vers, de bryozoaires et de détritus.

Reproduction - Multiplication

Les premières occurrences de maturité chez la femelle surviennent lorsque celle-ci atteint une largeur de carapace d'environ 20-25 mm. La reproduction a lieu au printemps et plus exactement en février, en mars et en avril. Après avoir choisi une femelle, le mâle l'attrape, et la transporte avec lui jusqu'à ce qu'elle soit prête à s'accoupler.
A la différence d'autres espèces de crustacés, le mâle n'attend pas que la femelle mue, l'accouplement peut se faire même si la carapace est dure. Les spermatozoïdes du mâle sont insérés à l'aide de sa première paire de pattes abdominales dans l'ouverture génitale de la femelle lors de la copulation. La femelle porte les œufs ; l'éclosion a lieu à un stade larvaire planctonique.

Vie associée

Sa carapace est souvent recouverte d'éponges, d'hydraires, de bryozoaires, des tubes de vers, des algues, des anémones et des tuniciers.
Cette association est un moyen de protection plus marqué chez les jeunes individus. Hyas araneus vit souvent à proximité du trou d'un homard Homarus americanus. Il lui arrive également de cohabiter avec le crabe tourteau Cancer irrotatus.

Divers biologie

La mue a lieu de mai à septembre. L'état de la carapace est classé d'après l'âge relatif et la dureté de celle-ci. Les crabes qui viennent de muer ont une nouvelle carapace molle, de couleur vive et chatoyante, dépourvue d'épibiontes. Leur pince se compresse sous l'effet d'une pression moyenne. Les crabes à nouvelle carapace dure peuvent porter des épibiontes. Ils revêtent une couleur plus terne ; de plus, leurs pinces ont retrouvé leur dureté. On trouve communément des crabes âgés à vieille carapace molle ; il s'agit d'une carapace noircie comportant des parties ramollies par la perte de chitine.

Informations complémentaires

Son aptitude au camouflage ne facilite pas son observation, mais c'est une espèce très active et donc tout de même facile à observer. Le poids moyen d'un crabe araignée mâle immature a été estimé à 207 g.

Réglementation

La pêche au crabe-araignée est gérée au Canada selon une politique appelée « Politique sur les nouvelles pêches » en vigueur depuis 1998. Les données sur les prises sont officiellement recueillies au Canada depuis 1997. Dans de nombreuses zones, l'effort de pêche et les débarquements sont stables depuis 2000. Au cours des six dernières années, les débarquements moyens de crabes-araignées ont dépassé 1000 tonnes annuellement, et on s'attend à ce que cette tendance se maintienne compte tenu des données sur les prises et l'effort de pêche. Cette politique légifère la limitation du nombre de permis de pêche, la largeur minimale des carapaces, le nombre de casiers, le maillage, les conditions de participation et les saisons.
Au total, 170 permis de pêche au crabe-araignée ont été délivrés à Terre-Neuve-et-Labrador (T.-N.-L.) au cours des dernières années. Selon les pêches exploratoires des années précédentes, la pêche au crabe-araignée semble être durable à condition de maintenir les captures à leur niveau actuel, compte tenu de l'envergure limitée et des antécédents de cette pêche.
Un permis commercial a été délivré aux 170 pêcheurs qui ont été autorisés à exploiter le crabe-araignée en 2006 et qui répondaient aux critères de renouvellement du permis de 2007. A titre d'information le rapport sur l'état des stocks du Ministère canadien pêches et océans intitulé " Rapport sur l'état des stocks 96/38F au Cap Breton " rappelle que les règlements fixent à titre préventif la largeur minimale de carapace à 62 mm, l'interdiction de garder des femelles ou toute autre espèce commerciale et limitent à 150 le nombre de casiers. Pour réduire les prises accidentelles d'autres crustacés commerciaux, les pêcheurs doivent rester à une distance de trois milles nautiques des côtes et pêcher à une profondeur d'au moins 20 m.

Origine des noms

Origine du nom français

Il a été nommé ainsi à cause de son corps long et grêle.

Origine du nom scientifique

Du grec [arachnê] = araignée.
Hyas est le frère des Hyades. Leur nom signifiait les "pluvieuses" car elles étaient les nymphes des pluies de printemps. Selon une légende Hyas aurait péri à la chasse, tué par un lion ou un sanglier ; plusieurs Hyades moururent de douleur alors Zeus les aurait changées en une constellation de sept étoiles dans la tête du Taureau.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Brachyura Brachyoures Les brachyoures ont un abdomen réduit replié sous le céphalothorax. Ils sont représentés par les crabes et les araignées de mer.
Famille Oregoniidae Orégoniidés
Genre Hyas
Espèce araneus

Nos partenaires