Anémone noduleuse

Hormathia nodosa | (Fabricius, 1780)

N° 1587

Atlantique, Arctique

Clé d'identification

Gros nodules hémisphériques blanchâtres recouvrant la colonne
Sphincter buccal gros et épais
Hauteur 12 cm, diamètre 6 cm
Couleur brune, jaunâtre, chair ou rouge pâle

Noms

Noms communs internationaux

Rugose anemone, rugose knobby anemone, nodular anemone (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Actinauge nodosa (Fabricii, 1780)
Actinia nodosa Fabricii, 1780
Actinoloba nodosa (Fabricii, 1780)
Chondractinia nodosa (Fabricii, 1780)
Metridium nodosum (Fabricii, 1780)

Distribution géographique

Atlantique, Arctique

Zones DORIS : Atlantique Nord-Ouest

Elle est présente au Canada dans le nord de l'estuaire moyen et de l'estuaire maritime. On la retrouve également sur la côte de l'Atlantique Nord-Ouest, du Labrador au Maine. En Europe on relève sa présence au Danemark et en Norvège. Des individus ont été identifiés au large de la péninsule ibérique, ainsi qu'au Royaume Uni, proche de Newbiggin by the sea.

Biotope

L'anémone noduleuse est habituellement présente dans l'étage infralittoral (de 9 à 40 m), dans des eaux froides au fond rocheux. On la retrouve également fixée sur les rochers des tombants.

Description

L'anémone noduleuse est un polype habituellement solitaire de coloration jaunâtre, beige, chair ou rouge pâle. Elle peut atteindre de 45 mm à 60 mm de diamètre, et 120 mm de hauteur. De gros nodules hémisphériques blanchâtres recouvrent aléatoirement son corps. On note la présence d'un tégument* rigide et épais, sauf sur le disque oral et au-dessous des tentacules où il est plus souple et légèrement strié. La partie inférieure de la colonne est recouverte d'une sécrétion épidermique grisâtre. L'anémone noduleuse possède un sphincter buccal gros et épais. Les tentacules sont nombreux et droits ; ceux de l'extérieur sont nettement plus courts que ceux de l'intérieur.

Alimentation

Ces anémones sont des animaux filtreurs microphages. Les tentacules sont munis de cellules urticantes (cnidoblastes*) qui renferment des capsules harpons (nématocystes ou cnidocystes*) capables d'injecter un venin.
Les proies sont alors paralysées et amenées à la bouche centrale. Après digestion, les déchets sont rejetés par le même orifice.

Reproduction - Multiplication

Les deux types de reproduction sont observés :
- asexuée : l'anémone peut se scinder en deux anémones filles,
- sexuée : les sexes sont séparés (espèce gonochorique*). Des anémones mâles et femelles libèrent leurs gamètes en pleine eau où a lieu la fécondation. Il en résulte une larve ciliée pélagique, la planula, qui finit par tomber sur le fond et se fixer sur le substrat rocheux pour donner une jeune anémone.

Vie associée

Elle est associée à l'anémone rouge du nord Urticina felina et l'anémone marbrée Stomphia coccinea.

Divers biologie

Le polype se rétracte s'il sent des vibrations.

Informations complémentaires

L'anémone noduleuse est la proie de nudibranches, tel le nudibranche hérissé Dendronotus frondosus, qui récupère les nématocystes sans les déclencher ni les digérer pour les utiliser à sa propre défense. Mais également d'étoiles de mer tel le soleil de mer pourpre Solaster endeca.

Origine des noms

Origine du nom français

L'anémone noduleuse doit son nom à la présence des gros tubercules qui parsèment son corps.

Origine du nom scientifique

Hormathia du grec [hormathos] = la chaîne ou le collier. PH Gosse créateur du genre, l'a décrit à partir d'un spécimen fourni par le Révérend Walter Gregor (il s'agissait de l'espèce Hormathia margaritae). Ce nom lui a été donné à la demande du découvreur, en hommage à une de ses amies : en effet il signifie « collier de perles » à cause de la rangée bien nette de verrues d'un blanc de perle en bordure de la colonne. Hormathia nodulosa a par la suite été intégrée dans le même genre.

nodosa : du latin [nodulus] = petit nœud ou nodule, en référence aux gros tubercules.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Thenaria Nynanthées Thenaria
Famille Hormathiidae Hormathiidés Sphincter fort, mésogléal. Aconties présentes. Septes non divisibles en macro ou microcnèmes, seulement 6-12 paires (de mésentères). Colonne résistante tuberculée. Souvent sur des substrats « détachés », carapaces, coquilles, gorgones… 
Genre Hormathia
Espèce nodosa

Nos partenaires