Cardinal queue fine

Holocentrus rufus | (Walbaum, 1792)

N° 2616

Atlantique Ouest tropical

Clé d'identification

Corps rouge orangé parcouru de rayures argentées et de taches blanches
Gros yeux, encadrés d'un V blanc argenté penché vers l'avant
Des taches blanches triangulaires à l’extrémité des rayons épineux de la nageoire dorsale
Une série de marques blanches forme une ceinture irrégulière à l’arrière du corps
Portion souple de la dorsale érigée vers le haut et l'arrière
Pédoncule caudal très aminci, caudale nettement fourchue

Noms

Autres noms communs français

Marignan tet-fé (Martinique), poisson soldat à longue épine, marignan-soldat, rouge brûlé, mawali
Cardinal queue fine est utilisé surtout en Guadeloupe.

Noms communs internationaux

Longspine squirrelfish (GB), Carajuelo rufo (E), Karibischer Eichhörnchenfisch (D), Caribische eckhoornvis (NL), Candil (E), Miss Darlington (Jamaïque), Candil rufo, carajuelo (Cuba)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Perca rufa Walbaum, 1792
Holocentrum osculum Poey,1860
Holocentrus meeki Bean, 1906

Distribution géographique

Atlantique Ouest tropical

Zones DORIS : Caraïbes

Holocentrus rufus est commun depuis les Bermudes et le sud de la Floride, sur toute la façade atlantique de l’Amérique centrale, jusqu’au nord du Brésil.

Biotope

Ce poisson se rencontre entre 1 et 30 m de profondeur. Le jour, il affectionne les zones ombragées des massifs coralliens (grottes, formations d’acropores). Plus actif la nuit, il gagne les herbiers et les zones sableuses pour se nourrir.

Description

Généralement compris entre 13 et 25 cm de long, Holocentrus rufus peut atteindre un maximum de 32 cm. Il appartient à la famille des poissons-soldats caractérisée par une couleur rougeâtre, de grands yeux globuleux et une nageoire dorsale postérieure dressée comme la queue d’un écureuil (d'où le nom en anglais de squirrelfish : poisson-écureuil).

Le corps du cardinal queue fine est fuselé, comprimé latéralement, rouge orangé, souvent parcouru de rayures argentées, les rayures étant plus visibles au-dessus de la ligne latérale* qu'en dessous. On perçoit nettement une bande verticale irrégulière de marques rectangulaires blanches qui descend de la fin des rayons durs de la dorsale jusqu'au ventre. Il possède de larges écailles rêches.
L'œil rouge à pupille noire est gros (le diamètre de l’œil occupe les ¾ de la hauteur du museau), près du front. Le maxillaire n’atteint pas une verticale passant par le centre de l’œil. La bouche est garnie de petites dents. Depuis les commissures de la bouche part un trait blanc argenté qui passe sous l’œil et file vers le bas de l'opercule*. Un autre trait blanc argenté, vertical celui-ci, s'inscrit entre l’œil et le bord de l'opercule, ces deux traits formant une sorte de V incliné et ouvert vers l'avant. La gorge est blanche.
Le bas du préopercule* est armé d’une grande épine dirigée vers l'arrière, et il y a deux ou trois épines operculaires, peu visibles, en forme de languette aplatie.

Toutes les nageoires sont de couleur jaune à l’exception de la partie épineuse de la dorsale qui a un aspect bleuté.
La portion dure, antérieure, de cette nageoire dorsale est constituée de 11 rayons épineux reliés par une membrane bleutée à l'apex* plus sombre, membrane pointée d’une petite marque blanche triangulaire à l'arrière de chaque épine. Sur les premiers rayons, la marque blanche de la membrane est plus proche de la bordure extérieure.
Sur l'arrière de la dorsale, la partie souple, remarquablement dressée vers le haut et l'arrière, est constituée de 14 à 16 rayons mous. Elle est jaune à translucide.
Le bord d'attaque des nageoires pelviennes est souligné de blanc.
La partie antérieure de la nageoire anale porte 4 rayons épineux, le troisième étant particulièrement développé, et la partie postérieure de cette nageoire anale est formée de 9 à 11 rayons mous.
Le pédoncule* caudal jaune est marqué d'une tache blanche. La nageoire caudale, fine, est nettement fourchue.

Espèces ressemblantes

Le cardinal queue fine peut être confondu avec d’autres membres de la famille des poissons-soldats.
Et notamment :

- Holocentrus adscensionis
(Osbeck, 1765) : le cardinal blanc a la partie épineuse de sa nageoire dorsale qui est jaune, l’arrière du corps et le pédoncule caudal sont blancs. H. rufus et H. adscensionis ont été considérés comme des variantes géographiques de la même espèce.

- Sargocentron coruscum
(Poey, 1860) : le poisson-écureuil rayé montre des marbrures noires du 1er au 4e rayon épineux de la nageoire dorsale.

- Sargocentron vexillarius
(Poey, 1860) : le poisson-écureuil sombre porte des nageoires anale et caudale bordées de rouge brun ou rouge vif. L'extrémité de la partie épineuse de la nageoire dorsale est également marquée de rouge.

- Neoniphon marianus (Cuvier, 1829) : le poisson-écureuil longue épine a un corps couvert de rayures or orangé et se caractérise par une très longue épine blanche bien visible à la nageoire anale.

- Sargocentron bullisi (Woods, 1955) : le cardinal grand-fond a les flancs couverts de rayures rouges et blanches alternant avec de fines rayures brunes.

- Plectrypops retrospinis (Guichenot, 1852) : le cardinal pourpre possède un corps rouge orangé à rouge vif uni, sans rayures ni marques. Le lobe de sa caudale est arrondi.

- Myripristis jacobus (Cuvier, 1829) : le mombin se reconnaît à la large bande verticale noire située en arrière de sa tête à profil arrondi. Pas d’épine operculaire.

Alimentation

Le cardinal queue fine chasse surtout la nuit dans les herbiers et les zones sableuses. Il se nourrit de petits poissons, crustacés, mollusques, ophiures, qu’il capture avec ses dents avant de les avaler en entier.

Reproduction - Multiplication

La fécondation est externe. On constate deux saisons de reproduction par an. Le cycle de développement est complexe, avec une phase larvaire* pélagique* suivi d’une phase juvénile benthique*.

Divers biologie

Ce poisson est capable d’émettre des sons en faisant vibrer ses côtes contre sa vessie natatoire. On distingue deux types de sons de basse fréquence émis en cas de danger : le « grognement » est un son bref destiné à défendre son territoire tandis que le « staccato » est une série de petits bruits successifs signalant un danger aux autres membres du groupe.

Holocentrus rufus
et Holocentrus adscensionis sont les deux seules espèces parmi les Holocentridés à présenter une vessie natatoire qui se trouve en contact avec l'oreille interne. Il est possible que cette adaptation puisse augmenter les capacités auditives de ces animaux.

Le cardinal queue fine se rencontre souvent en petits groupes de 8 à 10 individus. Il est relativement indifférent à la présence de plongeurs et se laisse facilement approcher.

Informations complémentaires

La résilience* est considérée comme élevée : le temps de doublement de sa population est inférieur à 15 mois.

Parmi les prédateurs connus d'Holocentrus rufus, on peut citer par exemple des Serranidés (tels le couronné chat Cephalopholis cruentata, la badèche de roche Mycteroperca venenosa ou le mérou de Nassau Epinephelus striatus), des Lutjanidés (comme Lutjanus jocu ou Lutjanus mahogany) ; citons également le vorace poisson-trompette Aulostomus maculatus ou la murène tachetée Gymnothorax moringa...
Etant une espèce commune, un chasseur actif et lui-même une proie facile pour de nombreux prédateurs, le cardinal queue fine est un maillon important de la chaîne trophique dans les eaux tropicales.

Peu consommé du fait de sa petite taille, Holocentrus rufus est peut-être vecteur de la ciguatera*.

Le genre Holocentrus ne compte actuellement que deux espèces (toutes deux dans l'Atlantique Ouest) : Holocentrus rufus et Holocentrus adscensionis.

Origine des noms

Origine du nom français

Cardinal queue fine : les poissons cardinaux sont ainsi baptisés à cause de leur couleur rouge (couleur de la robe des cardinaux de l'église catholique, symbolisant la couleur du sang du Christ). La précision sur la finesse de la queue de notre espèce est là pour discriminer celle-ci des autres poissons de la même famille.

Plus généralement, les poissons-soldats doivent ce nom à l’aspect hérissé de leurs nageoires dorsales et anales bardées de rayons épineux.

Origine du nom scientifique

Holocentrus : du grec [holo] = tout, entier ; et [kentron] = aiguille, épine. Donc, plein d'épines.

rufus
: du latin [rufus] signifiant rouge, roux. L'adjectif pointe la couleur générale de l'animal.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Beryciformes Béryciformes
Famille Holocentridae Holocentridés
Genre Holocentrus
Espèce rufus

Nos partenaires