Halophile ovale

Halophila ovalis | (R. Brown) J.D. Hooker

N° 1316

Indo-Pacifique

Clé d'identification

Feuilles ovales vertes
Petit rhizome blanc
8 nervures minimum latérales

Noms

Autres noms communs français
Herbe à dugong, herbe cuillère
Noms communs internationaux
Spoon seagrass, paddleweed, fan seagrass (GB)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Caulinia ovalis
Kernera ovalis

Distribution géographique

Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Cette espèce se rencontre dans l'Indo-Pacifique tropical, notamment en mer Rouge, sur les côtes du Kenya, du Mozambique, de Tanzanie, et de Somalie, à Madagascar, aux Seychelles, au sud de l'Inde, en Indonésie, et en Nouvelle-Calédonie, mais aussi dans quelques zones tempérées d'Australie.

Biotope

Halophila ovalis se rencontre sur les fonds sableux de divers types, de la zone intertidale jusqu'à 30 m. H. ovalis est une des phanérogames marines tropicales les plus ubiquistes*. Elle peut tolérer des variations importantes de salinité et s'adapte donc bien à la zone intertidale. Elle est aussi présente dans les étages les plus profonds colonisés par les plantes vertes (plus de 30 m).
Etant très petite et généralement discrète, elle n'est pas toujours visible au regard du plongeur, mais elle est probablement plus présente qu'on ne le remarque.

Description

Halophila ovalis est une petite plante verte sous-marine. Le limbe* est de forme ovale, délicat et de fine épaisseur jusqu'à paraître parfois translucide. Il fait jusqu'à 4 cm de long sur 2 cm de large. Une grosse nervure principale divise le limbe en deux parties symétriques. De cette nervure, partent régulièrement, en chevrons, au minimum 8 fines nervures secondaires, parallèles entre elles. Une nervure périphérique ceinture tout le limbe. Les feuilles sont disposées par paire de part et d'autre de la tige principale. Le pétiole* surélève la feuille à la verticale, il peut être aussi long que le limbe.
La tige est un rhizome*, blanc et fin (environ 2 mm maximum de diamètre). Il se développe à l'horizontale à ras du sable. Ce rhizome porte les feuilles et les racines, qui émergent régulièrement à partir de mêmes endroits, dits nœuds. Ces nœuds étant disposés à plusieurs centimètres les uns des autres, le rhizome a une allure peu feuillue.
Le rhizome* d'un même individu ou ceux d'individus différents se chevauchent et forment un maillage de surface qui permet la fixation des plantes au substrat meuble.
Quelques très fines racines blanches partent des nœuds et encastrent par-ci par-là le rhizome au sable.

Espèces ressemblantes

Les espèces du genre Halophila peuvent être difficiles à distinguer entre elles. Cependant, les limbes de H. decipiens et H. capricorni sont ceinturés d'une nervure extérieure dentelée, et portent des poils. Les nervures du limbe d'H. minor sont moins nombreuses et partent en quinconce à partir de la nervure centrale.
La confusion est aussi possible avec des Avrainvillia sp. Ces plantes ont en effet des feuilles également ovales tout comme H. ovalis. Néanmoins, elles n'ont pas autant de nervures secondaires sur leurs limbes, et les feuilles sont généralement plus dures que celles d'H. ovalis car elles peuvent être calcifiées.

Alimentation

Halophila ovalis utilise les sels minéraux prélevés au niveau des racines. La photosynthèse* réalisée au niveau des feuilles vertes est leur source de carbone, et nécessite une bonne exposition au soleil. La couleur verte est due à la présence d'un pigment vert photosynthétique, la chlorophylle, particulièrement efficace dans les dix premiers mètres d'eau.

Reproduction - Multiplication

Cette espèce est à sexes séparés.
Les fleurs apparaissent sur le rhizome, mais peuvent avoir une taille dépassant celle des feuilles.
Les fruits sont minuscules et contiennent de nombreuses graines.

Vie associée

La plante est souvent discrètement associée à d'autres phanérogames, mais elle constitue aussi des herbiers diffus à denses.
En tant qu'êtres photosynthétiques*, les herbes sous-marines forment les premiers maillons des chaînes alimentaires : en se nourrissant de sels minéraux et de lumière, ce sont les premiers êtres vivants à pouvoir coloniser une zone pauvre, dépeuplée ou abîmée. Puis viennent les organismes herbivores (Dugong, tortues, divers poissons, nombreux nudibranches, etc), ainsi que divers juvéniles qui se réfugient entres les herbes. Les herbiers sont donc un incroyable vivier nourricier pour les océans. Halophila ovalis est d'ailleurs une des nourritures préférées du mammifère dugong, et est pour cette raison parfois appelée herbe à dugong. Elle a une forte capacité de régénération après le passage d'un dugong.

Divers biologie

Cette herbe est utilisée dans les aquariums d'eau de mer.

Origine des noms

Origine du nom français

Ce nom est une traduction française du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Halophila : du grec [halos] = sel de mer et du grec [phile] = aimer,
ovalis : du latin [ovatus] = ovale.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Magnoliophyta Angiospermes Plantes à fleurs dont les graines fécondées sont renfermées dans un fruit.
Classe Liliopsida Monocotylédones Un seul cotylédon* dans la graine. Les nervures des feuilles sont parallèles.
Sous-classe Alismatidae Alismatidées
Ordre Hydrocharitales Hydrocharitales
Famille Hydrocharitaceae Hydrocharitacées
Genre Halophila
Espèce ovalis

Nos partenaires