Doris léopard

Goniobranchus leopardus | (Rudman, 1987)

N° 456

Océan Pacifique Ouest tropical

Clé d'identification

Livrée réticulée brun jaunâtre à brun rougeâtre avec grandes taches blanches diffuses
Ocelles, incomplets ou pas, noir à pourpre foncé lisérées de blanc vif
Liséré mauve/bleu foncé sur le bord du manteau et sur le bord du pied
Pied et côtés du corps beiges
Taches noires à pourpre foncé lisérées de blanc vif juste en dessous du manteau
Rhinophores longs blanc translucide avec apex et axes antérieurs de la partie lamellée mauves
Branchies rétractiles blanches dont faces intérieures brunes

Noms

Noms communs internationaux

Leopard chromodoris (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Chromodoris leopardus Rudman, 1987

Distribution géographique

Océan Pacifique Ouest tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Connu de la Malaisie et d'Okinawa (Japon) jusqu'à la Nouvelle-Calédonie.

Biotope

Goniobranchus leopardus fréquente les zones infralittorales* de coraux, d'éponges, d'algues, etc., peu profondes jusqu'à 20 m.

Description

Goniobranchus leopardus peut atteindre 65 mm.
Le manteau* à jupe assez large, cache presque tout le pied sauf une petite partie de l'arrière.
La livrée réticulée va du brun jaunâtre au brun rougeâtre avec de grandes taches blanches diffuses. Au centre de chaque tache, on trouve un ocelle*, souvent incomplet mais pas toujours, de couleur noire à pourpre foncé, liseré de blanc vif.
Un liseré mauve/bleu foncé contourne le bord du manteau. Parfois le dessous de la partie antérieure du manteau est aussi mauve/bleu foncé.
Le pied et les côtés du corps sont beiges avec une rangée de taches noires à pourpre foncé, liserées de blanc vif juste en dessous du manteau. Le pied est contourné d'un liseré de la même couleur que le manteau.
Les troncs des longs rhinophores* lamellés et rétractiles, sont de couleur blanc translucide. Le sommet et l'axe antérieur de la partie lamellée blanche sont mauves.
Les branchies* rétractiles sont blanches avec des axes intérieurs bruns.

Espèces ressemblantes

Goniobranchus leopardus fait partie d’un groupe d’espèces de coloration très similaire appelé le « Groupe de couleur Risbecia tryoni » (l'ancien nom d'Hypselodoris tryoni) par [Rudman 1987] : le manteau de ces espèces présente des taches mauves ou brun foncé à noires.

  • Hypselodoris tryoni (Garrett, 1873), qui ressemble le plus à C. leopardus, présente les caractéristiques suivantes : corps plus élevé, long et étroit ; taches sur le manteau en forme de pois mauves à brun foncé à noir lisérées de blanc vif ; jupe des côtés du manteau plus étroite laissant visible le pied ; les parties lamellées des rhinophores sont mauves contournées de blanc.
  • Goniobranchus kuniei Pruvot-Fol, 1930 dont le manteau est beige à jaune crème constellé de taches mauves ocellées de violet puis de jaune et dont la bordure du manteau est assez large et mauve ou violette.
  • Goniobranchus geminus Rudman, 1987 et Goniobranchus tritos Yonow, 1994 se trouvent seulement dans l’océan Indien.
  • Goniobranchus cavae (Eliot, 1904) à une robe beige à petits pois auréolés de blanc, pois parfois rouges mais aussi brun sombre ou noirs. Certains individus montrent des pois assez gros, ce qui rend une livrée très proche de G. leopardus (et de G. tryioni).
Il existe également un ver plat qui reprend un peu cette robe : le ver plat léopard Pseudoceros nigropunctatus Dixit, Raghunathan & Chandra 2017.

Alimentation

Goniobranchus leopardus se nourrit d'éponges siliceuses, qu'il ronge grâce à sa radula*.

Reproduction - Multiplication

Les nudibranches sont des animaux hermaphrodites* synchrones (simultanément mâles et femelles) et les rapports de reproduction sont proximaux puisqu'ils nécessitent une copulation fertilisante. Les organes reproductifs débouchent sur le flanc droit de l'animal, un peu derrière la tête, et les deux individus vont donc se présenter sur leur côté droit respectif afin de pouvoir "connecter" leurs organes génitaux. Cette position tête-bêche est caractéristique et c'est à ce moment que les gamètes* mâles passeront de l'un à l'autre des partenaires. Chacun d'entre eux pourra ensuite aller pondre de son côté.
Chez Goniobranchus leopardus, la ponte orange est déposée dans une spirale verticale sur la tranche [Wilson 2002].

Divers biologie

Cette espèce a tendance à soulever et à abaisser la jupe du manteau lorsqu'elle rampe et même à l'arrêt (comme Goniobranchus kuniei).

Origine des noms

Origine du nom français

Doris léopard : simple francisation de l'ancien nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Goniobranchus : ce nom est probablement constitué du grec [gonia] = angle, et [branch] = branchies. On peut donc supposer que le mot décrit une particularité morphologique de ces organes respiratoires.
Le genre Goniobranchus a été créé en 1866 par William Harper Pease (1824–1871) dans "Remarks on nudibranchiata inhabiting the Pacific islands, with descriptions of two new genera.

leopardus
: du latin [leopardus] = léopard, d'après les taches foncées du manteau qui font penser à la livrée d'un léopard.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Chromodorididae Chromodorididés Doridiens au corps mou allongé et étroit, à coloration vive. Dos en général lisse, bord du manteau développé à l’avant. Pied effilé à l’arrière, dépassant du manteau. Rhinophores lamellés, tentacules buccaux courts et coniques, branchies pennées.
Genre Goniobranchus
Espèce leopardus

Nos partenaires