Morue ogac

Gadus macrocephalus | Tilesius, 1810

N° 1692

Arctique, Atlantique Nord-Ouest, Pacifique Nord-Est

Clé d'identification

Coloration brun foncé avec marbrures sur les flancs
Barbillon sous le menton
Trois nageoires dorsales arrondies et deux nageoires anales
Nageoire caudale tronquée
Ligne latérale distincte de même couleur que les flancs

Noms

Autres noms communs français

Morue de roche, ogac, morue du Groenland, morue noire, petite morue, loche, morue du Pacifique

Noms communs internationaux

Pacific cod, Greenland cod, rock cod (GB), Bacalao de Groenlandia (E), Fjord-Dorsch, Grönlanddorsch (D)

Synonymes du nom scientifique actuel

Gadus morhua macrocephalus Tilesius, 1810
Gadus pygmaeus Pallas, 1814
Gadus ogac Richardson, 1836
Gadus morhua ogac Richardson, 1836
Gadus morhua ogac Richardson, 1836
Gadus macrocephalus ogac (Richardson, 1836)

Gadus ovak Reinhardt, 1837
Gadus ovak Reinhardt, 1837
Gadus ogat Krøyer, 1847
Gadus auratus
Cope, 1873
Gadus brandtii
Hilgendorf, 1875
Gadus callarias macrocephalus
Tilesius, 1810
Gadus callarias marisalbi
Derjugin, 1920
Gadus morhua marisalbi
Derjugin, 1920

Distribution géographique

Arctique, Atlantique Nord-Ouest, Pacifique Nord-Est

Zones DORIS : ● Atlantique Nord-Ouest

La morue ogac est présente depuis l'ouest du Groenland, côté Atlantique, jusqu'à la pointe Barrow en Alaska pour son extension ouest maximale du côté Pacifique.
On la rencontre au Canada le long des régions arctiques, de l'anse Bathurst à la baie d'Ungava. On note sa présence dans la baie d'Hudson, dans la baie James, sur la côte du Labrador (Grands Bancs de Terre-Neuve), le long de la côte nord du golfe du Saint-Laurent jusqu'à Sept-Iles au Québec. A Saint-Pierre et Miquelon elle est observée près des côtes et autour des épaves.

Biotope

La morue ogac affectionne les eaux froides, elle est présente dans les anses et près des côtes. Il est très rare qu'on la trouve au large en eau profonde. Elle tolère les eaux à faible salinité. Elle n'a jamais été observée en eau douce. On la retrouve souvent cachée dans des anfractuosités rocheuses ou sous des quais.

Description

La morue ogac possède un corps allongé, légèrement comprimé, à la forme très semblable à Gadus morhua, la morue franche, mais sa ligne latérale* n'est pas accompagnée d'une bande longitudinale de couleur pâle. Elle peut mesurer jusqu'à 77 cm.
Les nageoires pectorales de la morue ogac sont de taille modérée. Les pelviennes sont situées en dessous et devant les pectorales. L'ogac possède trois nageoires dorsales arrondies et deux nageoires anales. Son pédoncule* caudal est un peu plus petit que celui de la morue franche. La caudale est de forme tronquée. La mâchoire supérieure est en saillie au-dessus de la mâchoire inférieure ; cette dernière est dotée d'un long barbillon mentonnier.
La morue ogac est de couleur brun foncé sur le dessus avec des marbrures jaunâtres sur les flancs. Le dessous varie du blanc au gris. L'intensité de sa couleur varie selon le fond.

Espèces ressemblantes

La morue ogac Gadus macrocephalus a longtemps été considérée comme une sous-espèce de la morue franche Gadus morhua. La ligne latérale de cette dernière est plus pâle et surtout plus visible. Son corps est tacheté de points foncés très prononcés, et ses yeux sont plus petits. La morue franche est présente dans des eaux beaucoup plus profondes, jusqu'à 450 m.

Alimentation

Son alimentation est très semblable à celle de la morue franche. Elle est très variée et constituée de zooplancton*, d'annélides, de mollusques comme les calmars, de crustacés (crevettes et crabes), d'échinodermes et de différentes espèces de poissons : capelans (Mallotus villosus), petits poissons plats, et morues polaires (Boreogadus saida).

Reproduction - Multiplication

La morue ogac atteint sa maturité sexuelle entre 3 et 4 ans. Le frai a lieu au printemps, entre mars et avril, en eau peu profonde.

Divers biologie

Le phoque commun Phoca vitulina et le phoque gris Halichoerus grypus se nourrissent de morues ogac.

Informations complémentaires

Son importance commerciale est très peu considérée. La morue ogac fait l'objet de pêche sportive (pêche blanche) dans le fjord du Saguenay au Québec. Environ 15 000 individus ont été péchés en 2006. Les taux de capture sont parmi les plus faibles observés depuis 1995. A cette époque le total des morues (franche et ogac confondues) s'élevaient à 35 000 individus. En 2002 le taux de capture était de 20 000. La morue ogac est surtout utilisée dans la préparation de nourriture animale.
Sa longévité est de 11 ans dans les eaux du Groenland.
Son poids moyen varie de 1,3 kg à 3,6 kg.

Réglementation

La pêche récréative hivernale à la morue ogac est réglementée chaque année aux Iles de la Madeleine au Québec.(LRC 1985, c F-14). Chaque personne qui pratique la pêche récréative peut prendre et garder un total de 5 poissons de fond par jour.

Origine des noms

Origine du nom français

"Morue" ou "cabillaud" sont des noms vernaculaires qui désignent plusieurs espèces de Gadiformes.
Le nom "cabillaud" peut être réservé aux morues d'âge mûr, alors que le terme "morue" est employé de préférence pour les individus juvéniles.
En gastronomie, cabillaud s'emploie pour désigner le poisson frais ou surgelé par opposition à morue qui s'applique au poisson séché et salé.
On trouve dorénavant l'appellation morue fraîche, car le terme cabillaud renvoie à un poisson trop commun ou industriel.
Le nom ogac est sans doute dû à sa présence dans le lac salé Ogac situé sur l'île de Baffin au Nunavut. Cette île est la plus grande île du Canada et la cinquième en importance dans le monde de par sa superficie (507 451 km²).
En espagnol [morros] désigne les intestins de la morue qui sont salés et mis en vente dans le commerce.

Origine du nom scientifique

Du latin [gadus] dérivé du grec [gados] = morue, merluche.

macrocephalus : du grec [macros] = grand ou long et du grec [képhalé] = tête : qui a une grosse tête.

Classification

Numéro d'entrée WoRMS : 254538

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Ordre Gadiformes Gadiformes Présence d’un barbillon mentonnier (peut être absent). Inclut les morues, aiglefins (haddocks), merlans, tacauds, mostelles, lieus, etc.
Famille Gadidae Gadidés Corps fusiforme à allongé. La plupart des espèces ont des dents bien développées sur la tête du vomer (voûte buccale). Barbillon mentonnier souvent présent. Nageoires dépourvues d'épines. 1, 2 ou 3 dorsales et 1 ou 2 anales. Pelviennes thoraciques.
Genre Gadus
Espèce macrocephalus

Nos partenaires