Eponge encroûtante rouge sang

Clathria (Microciona) atrasanguinea | (Bowerbank, 1862)

N° 433

Manche, Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Couleur rouge sang
Revêtante
Surface irrégulière et d’aspect velouté
Canaux exhalants rayonnant autour des oscules souvent bien visibles

Noms

Noms communs internationaux
Red sheet sponge (GB)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Microciona atrasanguinea (Bowerbank, 1862)
Plumohalichondria atrasanguinea (Bowerbank, 1862)

Distribution géographique

Manche, Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Manche, Atlantique (du sud des îles Shetlands au golfe de Biscaye), Méditerranée.

Biotope

Fonds rocheux, épaves de l’infralittoral, sur les parois verticales. Elle peut encroûter les galets dans des zones littorales à fort courant. Sa présence est observée également dans des zones calmes (ports).

Description

Cette éponge revêtante ne dépasse pas 3 mm d’épaisseur. Elle ressemble typiquement à une tache de peinture dont le diamètre peut atteindre 30 cm. Sa couleur va du rouge écarlate au rouge sang. Fréquemment rouge minium, elle peut, dans certains milieux (ports), être de coloration beaucoup plus pâle allant jusqu’au beige orangé. Sa surface est assez douce et d’aspect velouté. Les oscules, nombreux et réguliers, aux bords légèrement relevés et transparents, sont au centre d’un réseau de canaux convergents.

Espèces ressemblantes

Peut être confondue avec d’autres éponges encroûtantes rouges de la famille des Clathriidés : Antho inconstans ou Plocamilla coriacea. Décolorée, elle peut aussi être confondue avec des Mycale sp. Seule une étude des spicules au microscope permettra une identification fiable.

Alimentation

Filtreur microphage* (= suspensivore* actif).

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée ou asexuée.
- Sexuée : par œufs et spermatozoïdes, aboutissant à la naissance d’une larve ciliée nageuse qui se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. Les éponges sont généralement hermaphrodites*, l’émission des gamètes mâles et femelles est parfois spectaculaire, mais rarement observée. Cette espèce est vivipare*.
- Asexuée : par bourgeonnement ou bouturage de fragments qui se détachent de l’éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Bien qu’existante, cette reproduction est relativement secondaire. Les éponges ont une énorme capacité de régénération.

Vie associée

Nourriture principale du nudibranche Rostanga rubra.

Divers biologie

Les spicules sont des subtylostyles et des acanthostrongyles pour les mégasclères*, des toxes et des isochèles* palmés pour les microsclères*.

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Microciona (ancien nom de genre) : du grec [micro] = petit et [chion]= colonnette, allusion aux faisceaux squelettiques de spicules (« colonnes ») qui sont courts (puisque perpendiculaires à la surface).
atrasanguinea : du latin [ater] = noir et [sanguineus] = teinté de sang, allusion à la couleur généralement rouge sombre.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Ordre Poecilosclerida Poécilosclérides « Eponges à spicules variés ». Charpente de spicules siliceux (styles ou acanthostyles) renforcée de spongine. Plusieurs types de mégasclères et de microsclères (chèles, sigmas...).
Sous-ordre Microcionina Microcionines
Famille Microcionidae Microcionidés
Genre Clathria (Microciona)
Espèce atrasanguinea

Nos partenaires